Prostitution à Zurich : l’Eglise en première ligne

mardi 23 août 2022

Entre 3'000 et 5'000 personnes se prostituent dans des conditions indignes à Zurich, où une passe oscille entre 20 et 50 francs. En cause : la pauvreté aggravée par la pandémie, épinglent Sœur Ariane et le prêtre Karl Wolf, qui leur apportent quotidiennement nourriture et chaleur humaine. Un reportage diffusé dimanche 28 août dans Hautes Fréquences, sur RTS La Première.

« Nous faisons quelque chose qui nous tient à cœur ». Ariane Stocklin et Karl Wolf arborent de longs pullovers bleus avec le nom de leurs deux associations, Sant’Egidio et Incontro, et la mention « Broken Bread, s’fäscht uf dä Gass », qu’on pourrait traduire par « partage du pain à même la rue ». Plusieurs bénévoles tirent de petites charrettes remplies de victuailles et de repas chauds jusqu’au bord des rails de chemin de fer à quelques centaines de mètres de la gare. Une longue queue de personnes précarisées les y attend. Une fois les choses en place, Soeur Ariane prend spontanément une partie de la nourriture et s’engage dans la Langstrasse, la rue dite festive de Zurich, mais où « des femmes et des hommes travaillent dans la prostitution. C’est aussi une rue pleine de criminalité », nous apprend la religieuse. Plusieurs prostituées viennent à sa rencontre depuis des bars qui ont pignon sur rue de tous côtés : « Ce sont des bars contact où les femmes rencontrent les clients. A l’étage, il y a le bordel à proprement parler. Tout le quartier ici est un grand bordel. C’est comme ça. » Ariane semble connaître le prénom de chacune de ces travailleuses du sexe et en serrent plusieurs dans les bras.

Aucune sphère privée

Les plats de poulet et de pâtes changent de mains, il y a du chocolat aussi. « La prostitution est organisée en général par nationalités, poursuit Sœur Ariane : Si on va plus en avant, il y a le bar contact où il y a surtout les Africaines ; si on avance dans la rue, il y a l’Europe de l’Est, puis l’Amérique du Sud… Il y a une grande maison où il y a beaucoup d’Africaines qui vivent dans des conditions très difficiles : elles sont de 3 à 5 dans une même chambre, où elles travaillent et où elles dorment. Il y a 4 à 5 de ces chambres, et une seule cuisine, un seul wc, aucune sphère privée… »

Trafic humain

Le business de la prostitution va moins bien depuis le coronavirus. Les tarifs ont baissé. Il y a moins de clients. Et la misère gagne du terrain. Les chambres sont très chères : entre 100 et 150 francs par jour, indique Sœur Ariane. « Les femmes nous racontent qu’elles reçoivent pour une passe entre 20 et 50 francs. Pour nous, ce n’est pas seulement important d’amener de la nourriture, mais on vient également amener du contact. » « Et qui nous sommes », souligne Karl Wolf. « Les 400 repas chauds que l’on distribue chaque jour, 7 jours sur 7, sont un pont qui nous permet de nous rencontrer, reprend Ariane. Et la rencontre, c’est la base, le centre de notre travail. » Avec son collègue prêtre à Küsnacht, elle met en cause aussi le trafic d’êtres humains qui serait en forte hausse dans la capitale économique de la Suisse. « Je pense qu’une des raisons qui permet à ce trafic de s’implanter ici tient à la peur de s’opposer à la mafia. Je pense à des villes italiennes où même la mafia locale a peur de la mafia nigériane. »

Les amis de Jésus

« C’est très étrange que la situation de ces personnes prostituées existe dans un pays où on affiche un haut degré du respect humain et aussi la préservation de chacun dans ses intérêts et ses droits », commente Ghislain Waterlot, professeur de philosophie de la religion et d’éthique à l’Université de Genève. Pour lui, Sœur Ariane et Karl Wolf comblent le manque d’attention dont souffrent cette population précarisée. « Et ils prodiguent une attention véritable, désintéressée, gratuite et authentique à la personne en tant que telle, sans la juger ». Ce que Karl Wolf explicite d’ailleurs en disant que « Celui qui a lu l’Evangile sait avec quel genre de personnes Jésus a eu des contacts. Celles et ceux qui étaient ses amis sont aujourd’hui les mêmes. Et nous devons en tant qu’Eglise être là auprès d’eux et être leurs amis. »

Gabrielle Desarzens

Une émission à écouter ici

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !