Le fabuleux voyage de David Richir

mercredi 20 octobre 2021

Il en revient avec des paillettes plein les yeux. David Richir, professeur à la HET-PRO en Nouveau Testament, a participé au premier Forum chrétien romand, qui s’est tenu du 11 au 13 octobre à Leysin. « J’ai fait comme un voyage interculturel au niveau spirituel », indique-t-il mercredi 20 octobre à Morges. Non sans ajouter avoir été profondément enrichi par les pratiques œcuméniques partagées.

« C’est comme un pays que vous découvrez, où vous rencontrez d’autres façons de faire. J’en reviens avec plein de numéros de téléphones ! » Il rit. David Richir de l’église de l’Oasis (FREE) de Morges est l’une des soixante personnes qui ont participé au premier Forum chrétien romand. Basée sur le témoignage personnel de chacune des personnes réunies dans de petits groupes interconfessionnels de 8 à 10 personnes, cette rencontre a permis une parole vraie entre évangéliques, pentecôtistes, réformés, catholiques et orthodoxes. « Des moments réellement profonds ! Sans gommer nos spécificités, nous nous sommes rapprochés les uns des autres en nous rapprochant de Christ. J’y ai tissé des amitiés importantes. » Entretien.

  • Pourquoi avez-vous participé à ce forum romand ?

Je suis monté à Leysin parce que j’avais envie de rencontrer des croyants. J’ai ma tradition, mais je sais qu’il y en a d’autres comme je le vis d’ailleurs à la HET-Pro où il y a différents vécus de foi. Mais j’avais envie de m’ouvrir encore à d’autres façons de vivre sa spiritualité. Car je sais combien c’est enrichissant. Dans les petits groupes, les étiquettes sont rapidement tombées. Alors oui, il y a des façons de parler, d’aborder certains sujets. Quand une sœur catholique dit avoir vécu quelque chose de fort avec Dieu dans un temps de procession, enfant, c’est sûr que cela m’est étranger. Mais cela m’a rappelé des moments autour d’un feu lors d'un camp chrétien ! Et on a pu partager ces moments forts. J’ai pu discerner Dieu à l’œuvre dans la vie de croyants qui sont très différents de moi. On a vécu en fait un œcuménisme des personnes, non pas institutionnel, mais de cœur à cœur, fraternel, où les échanges ont été riches.

  • Comment se fait-il qu'un tel forum a été mis sur pied en Suisse romande ?

Le Conseil œcuménique des Eglises (COE) s’est demandé qui manquait autour de la table de la famille chrétienne. Il s’est rendu compte que c’étaient les évangéliques. Il a créé le Forum chrétien mondial à la fin des années 90. Le but de ces rencontres – comme dans une version francophone à Lyon il y a trois ans –, est de réunir pour moitié des responsables d’Eglises dites historiques, et pour moitié des évangéliques qui constituent la grande mouvance chrétienne en plein essor au 20è siècle, mais avec laquelle le mouvement œcuménique n’arrivait pas à se connecter. Cette année, c’est la première fois qu’un forum romand a été mis sur pied avec un accent porté sur le témoignage individuel. Cela a fait mouche pour les évangéliques, qui sont plus à l’aise avec des individus plutôt qu’avec des institutions. Le Réseau évangélique suisse a d’ailleurs été l’un des partenaires du comité d’organisation.  

  • Qu’est-ce que vous avez particulièrement apprécié ?

Le fait qu’on a osé s’ouvrir. Par exemple, dans le petit groupe où j’étais, une personne qui avait des responsabilités dans son église se demandait si elle était bien à sa place. Elle a partagé ce questionnement très intime sur sa vocation. Et on en a parlé. Comme on a aussi prié ensemble. On était frères et sœurs, vraiment, dans la confiance et la vulnérabilité.

Le temps passé ensemble, sur trois jours, les moments informels comme pendant les repas, ont permis aussi beaucoup d’échanges. Et des échanges très beaux. Bienfaisants.

  • Est-ce que le rapport Sauvé sur la pédo-criminalité dans l’Eglise catholique récemment publié en France a été abordé ?

Oui, il a été évoqué en ouverture au forum. En termes de colère, de tristesse et de honte. Ce que ce rapport dénonce est horrible et cela a été présenté comme tel. Et il a été souligné que quand un membre de l’Eglise souffre, c’est le corps dans son ensemble qui souffre. On a mal. Et on a la responsabilité de prier et de s’occuper des victimes. Comme des bourreaux, d’ailleurs.   

  • Dans le document final, il est mentionné que les différentes sensibilités ecclésiales et théologiques ont pu s’exprimer. Comment avez-vous pu faire valoir votre sensibilité évangélique ?

Elle a été valorisée dans le temps de prière et de chant qui nous a été confié, comme il a été confié à d’autres traditions aussi. J’ai remarqué que beaucoup connaissaient bien nos chants, même les plus récents ! A titre personnel, j’ai pu amener une méditation. J’y ai sans doute apporté ma sensibilité en demandant et réfléchissant à ce que le texte choisi pouvait nous dire. Il y avait cette volonté de ne pas gommer les différences, mais de s’en enrichir.

  • Avec quoi êtes-vous rentré ?

Avec plein de relations nouvelles ! Tout à fait concrètement, j’invite dans les jours à venir une sœur catholique à animer une lectio divina à la HET-Pro et à témoigner. Mais vous savez, la pasteure réformée Hetty Overeem a laissé une interpellation qui m’a marqué : c’est de ne pas rechercher tant l’unité que Dieu. Que c’est ainsi que l’on peut se rapprocher.  Cela me semble très juste et très important.

  • Qu’aimeriez-vous enfin dire aux évangéliques très frileux par rapport à l’œcuménisme ?

Je pense que les églises qui ont créé le mouvement œcuménique ont été celles dont les évangéliques se sont séparés. Et puis il y a une méfiance des évangéliques face aux institutions. Mais je crois qu’ils font du chemin. Ce que j'aimerais leur dire, en fait, c'est que l’œcuménisme consiste avant tout à rencontrer un chrétien d’une autre tradition et à réaliser qu’on a Christ en commun. C’est ce genre de rencontres que j’incite tous les évangéliques à vivre. Car elles nourrissent notre chemin de foi. L’élargissent. C’est de l’interculturel au niveau spirituel : cela m’apporte une sagesse, une autre vision du monde, une autre vision de l’être humain. C’est précieux.

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

Le site du Forum chrétien romand

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !