« Quelqu’un te cherche ! »

jeudi 01 juillet 2021

Membre de l’église La Passerelle à Vevey (FREE), Katia Baechler, 44 ans, vient de sortir son premier roman. Elle y parle d’amour, d’espérance et de foi. « Parce que je crois que Dieu peut encore rencontrer chacun là où il se trouve », dit-elle jeudi 1er juillet sur la terrasse de sa maison.

C’est un roman qui s’articule autour des versets de l’Ecclésiaste qui rappellent qu’« il y a un temps pour tout »… et qui oscille entre deux trajectoires de vie, celle de Noa, la trentaine, et de Benjamin, la quarantaine, deux personnages qui ont chacun perdu un être cher. Et qui ont tendance à placer Dieu au banc des accusés. Car, lit-on à la page 152 : « Parfois, c’est plus facile d’en vouloir à Dieu que d’accepter les douleurs de la vie. On dit bien souvent qu’on ne croit pas en Dieu, mais on veut bien qu’il existe pour lui faire porter tout ce qui cafouille dans ce monde. En fait, on passe peut-être bien souvent à côté de lui en détournant la tête, parce que c’est plus facile de lui en vouloir que de le regarder en face. »

Il s’agit du premier livre de Katia Baechler, enseignante, épouse et mère de trois enfants.

  • Quelle est la part autobiographique de votre roman ?

Ce livre est truffé de petites anecdotes de ma vie. Je me reconnais dans la sensibilité de Noa : comme elle, je déteste le téléphone… J’aime beaucoup toute la complexité de l’être humain, la quête de sens qui l’habite, et mes personnages en sont je pense le reflet.

  • La colère est très présente dans vos pages. Etes-vous une femme fâchée ?

J’ai en moi une forme de colère. Surtout face aux blessures que peuvent éprouver des personnes, coincées par exemple dans des rapports de pouvoir. J’ai du mal aussi avec le manque de respect pour la différence. Mais je ne sais souvent pas quoi faire de ma colère !

  • A un moment donné, l’héroïne de votre livre, Noa, se souvient de ce verset qui parle de foi, d’espérance et d’amour. Elle n’a alors pas encore trouvé ou retrouvé la foi. Est-ce que c’est selon vous la choses la plus difficile à trouver ?

Je crois que oui. Quand j’ai écrit ce livre, j’avais rencontré déjà plusieurs personnes en colère autour de moi qui me disaient vouloir croire, sans y parvenir. Comme chrétienne, je sens que la foi tient souvent à peu de chose, qu’elle est mystérieuse. Mais je crois que Dieu peut se révéler à chacun au temps opportun, de la façon la plus délicate et qui corresponde à la personne.

  • Quel message voulez-vous transmettre ?

J’aimerais que les gens s’ouvrent et se demandent : « Qu’est-ce que Dieu veut me dire, dans mon histoire de vie ? », rappeler qu’il y a un temps pour cette ouverture… et toujours une espérance. J’ai titré ce livre « Après l’automne, le printemps », car je crois beaucoup à l’image de la sève qui remonte dans l’arbre, même si celui-ci semble mort. Je connais bien les hivers et les automnes, mais dans ces saisons-là, j'aime croire que demain peut être fécond.

  • Noa s’exclame vouloir être « trouvée » par Dieu… Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que l’on peut avoir parfois l’impression de chercher Dieu sans qu’Il ne dise rien. Cela m’est déjà arrivé. Ou je prie pour des personnes, sans que rien ne se passe. Je crie alors : « Seigneur, mais trouve-nous ! » Et c’est alors l’apaisement. Je pense souvent à Elie qui a cherché Dieu dans la tempête ou le tremblement de terre. Et qui Le rencontre dans un souffle.  On cherche souvent Dieu dans le ressenti, l’extraordinaire… Je crois qu’il nous faut être attentif au silence. Et aux petites choses.

  • Votre roman se termine sur une mise en valeur du mariage, des enfants… C’est voulu ?

C’est drôle que vous me disiez cela. Mais oui, j’ai sans doute voulu défendre aussi cette valeur du mariage qui implique une fidélité, un engagement. Et défendre le fait d’avoir des enfants aujourd’hui. Car on peut avoir de l’espérance et on a besoin de la famille. On a besoin d’aimer et d’être aimé ! Et puis il s’agit de transmettre cet amour. Comme aussi la foi et l’espérance. Mais surtout l’amour, qui est universel. Et qui porte le monde, la vie !

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens

« Après l’automne, le printemps », de Katia Magali Baechler, éditions Prétexte : 2021, 344 pages. CH 19.-

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen, productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et quatre jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !