A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

mardi 18 février 2020

Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

La Bosnie-Herzégovine est un pays compliqué. Trois religions y forment des groupes distincts, avec des modes de vie et cultures différents. Il y a les Serbes, de confession orthodoxe, les Bosniaques, musulmans, et les Croates, catholiques. A côté de cela, un tout petit pourcentage de personnes sont protestantes, comme Tomislav Dobutovic, à la tête d’une communauté baptiste d’une centaine de membres. Dans son Eglise, qui est aussi un centre de formation pour jeunes pasteurs en devenir, il parle de la migration en termes de bénédiction : « Nous croyons que Dieu nous les amenés pour nous édifier mutuellement, dit-il dans sa salle de culte à Sarajevo. Plusieurs personnes migrantes qui confessent une foi évangélique viennent régulièrement dans notre église et participent aux services du dimanche matin. Il s’agit notamment de Pakistanais. Parmi eux, il y a un pasteur dont le frère a été emprisonné et qui a fui pour éviter le même sort. Sur sa route, il a rencontré d’autres chrétiens qui ont marché avec lui. En fait, trouver une église où partager sa foi a été l’un de ses premiers réflexes une fois arrivé en Bosnie. »

« Ils modifient un peu nos églises »

A Kairos, c’est le nom de l’église, les migrants représentent environ 10% des fidèles. « Mais on imagine bientôt faire des services en ourdou », explique Tomislav Dobutovic. Non sans ajouter que ces personnes animent d’ores et déjà parfois le culte de façon très dynamique, avec des chants de leur pays. Et le pasteur bosnien de parler de l’émotion qu’il ressent à leur contact, alors que lui aussi a été réfugié pendant la guerre qui a secoué son pays, et qui a cessé il y a juste 25 ans. « Je comprends ce qui signifie être migrant. J’essaie de les consoler. Il est difficile d’entrer dans l’Union européenne, mais je les encourage à ne pas renoncer. » Certains membres de l’église les accueillent spontanément chez eux, même s’ils les savent de passage et que les liens sont éphémères. « Mais leur spiritualité nous apporte beaucoup. Pour sûr, leurs églises au Pakistan sont différentes. Alors ils modifient un peu les nôtres. Ils les renouvellent. C’est une grâce de Dieu. »

Gabrielle Desarzens

Tomislav Dobutovic intervient dans une émission Hautes Fréquences sur RTS La Première.

Publicité

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !