A Sarajevo, des migrants pakistanais dynamisent une église locale.

mardi 18 février 2020

Trouver un lieu de culte est parfois l’un des premiers réflexes des personnes migrantes. A Sarajevo, des Pakistanais convertis au christianisme ont découvert une communauté évangélique baptiste, où ils trouvent réconfort et entraide. « Ils nous sont en bénédiction », exprime son pasteur Tomislav Dobutovic.

La Bosnie-Herzégovine est un pays compliqué. Trois religions y forment des groupes distincts, avec des modes de vie et cultures différents. Il y a les Serbes, de confession orthodoxe, les Bosniaques, musulmans, et les Croates, catholiques. A côté de cela, un tout petit pourcentage de personnes sont protestantes, comme Tomislav Dobutovic, à la tête d’une communauté baptiste d’une centaine de membres. Dans son Eglise, qui est aussi un centre de formation pour jeunes pasteurs en devenir, il parle de la migration en termes de bénédiction : « Nous croyons que Dieu nous les amenés pour nous édifier mutuellement, dit-il dans sa salle de culte à Sarajevo. Plusieurs personnes migrantes qui confessent une foi évangélique viennent régulièrement dans notre église et participent aux services du dimanche matin. Il s’agit notamment de Pakistanais. Parmi eux, il y a un pasteur dont le frère a été emprisonné et qui a fui pour éviter le même sort. Sur sa route, il a rencontré d’autres chrétiens qui ont marché avec lui. En fait, trouver une église où partager sa foi a été l’un de ses premiers réflexes une fois arrivé en Bosnie. »

« Ils modifient un peu nos églises »

A Kairos, c’est le nom de l’église, les migrants représentent environ 10% des fidèles. « Mais on imagine bientôt faire des services en ourdou », explique Tomislav Dobutovic. Non sans ajouter que ces personnes animent d’ores et déjà parfois le culte de façon très dynamique, avec des chants de leur pays. Et le pasteur bosnien de parler de l’émotion qu’il ressent à leur contact, alors que lui aussi a été réfugié pendant la guerre qui a secoué son pays, et qui a cessé il y a juste 25 ans. « Je comprends ce qui signifie être migrant. J’essaie de les consoler. Il est difficile d’entrer dans l’Union européenne, mais je les encourage à ne pas renoncer. » Certains membres de l’église les accueillent spontanément chez eux, même s’ils les savent de passage et que les liens sont éphémères. « Mais leur spiritualité nous apporte beaucoup. Pour sûr, leurs églises au Pakistan sont différentes. Alors ils modifient un peu les nôtres. Ils les renouvellent. C’est une grâce de Dieu. »

Gabrielle Desarzens

Tomislav Dobutovic intervient dans une émission Hautes Fréquences sur RTS La Première.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • « Ce livre, c’est un rappel : on a quelque chose de tellement plus riche que l’argent à léguer à nos enfants »

    Mer 12 juin 2024

    C’est un premier roman, touchant et profond, que signe Gilles Geiser, pasteur dans l’Église de Châble-Croix, à Aigle (FREE). Avec « Lettres à ma fille », paru le 12 juin aux éditions BLF, il montre combien la transmission de la foi et de valeurs est un cadeau aux prochaines générations. Mais aussi l’importance du lien père-fille. Entretien avec un auteur passionné et un papa heureux.

  • Fête de la musique à Genève du 21 au 23 juin: l'Eglise de la Pélisserie propose du Gospel, de l’orgue et de la guitare classique

    Ven 07 juin 2024

    A l’occasion de l’édition 2024 de la Fête de la musique dans la vieille ville de Genève, l’Eglise de la Pélisserie propose une soirée avec le Sova Gospel Choir le vendredi 21 juin, deux concerts d’orgue le samedi 22 et un concert de guitare classique le dimanche 23. Un programme à découvrir!

  • L’Évangile en Nouvelle-Calédonie

    Jeu 06 juin 2024

    L’annonce de l’Évangile en Nouvelle-Calédonie a contribué à ce que le peuple kanak, colonisé par la France, ne disparaisse pas. Voilà une histoire qui montre la puissance transformatrice de l’Évangile.

  • Solidarité pour le peuple burkinabé

    Ven 31 mai 2024

    Thierry et Fati Cuny, coordinateurs de l’association KidsGames Afrique, ont déployé un mouvement de solidarité pour venir en aide à plusieurs familles originaires du village de Rim dans le nord du Burkina Faso. En novembre dernier, les habitants ont reçu l’ordre des djihadistes de quitter leur village sous 48h. Le couple se rendra au Burkina-Faso en octobre 2024 afin d’évaluer les besoins.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !