Jan de Haas, l’homme qui cherche à « faire Eglise » avec les personnes en marge

lundi 08 juin 2015

L’homme est connu pour avoir créé la Pastorale de la rue à Lausanne dans les années 90. Le sida frappait alors méchamment les toxicodépendants « qui n’entraient pas dans les Eglises, mais qui s’asseyaient devant ». Le pasteur Jan de Haas a par la suite continué à rencontrer les gens dans leurs préoccupations. Rencontre.

En douze ans de ministère dans les rues de Lausanne, le pasteur réformé Jan de Haas aura enterré 221 marginaux, d’une moyenne d’âge de 33 ans. Il vient de mettre un terme à treize ans de pastorat dans la Broye vaudoise, à Moudon, où il a aussi ouvert l’Epicerie du cœur à l’adresse des démunis du bourg et de la région. Tous les jeudis soirs, ce sont 60 à 70 personnes qui s’y rendent pour y recevoir de la nourriture gratuitement. « Cela signifie entre 400 et 500 personnes qui auront ainsi à manger pendant 2 à 3 jours. Leur nombre augmente. Parmi eux, on compte toujours plus de Suisses, des working poors qui n’arrivent pas à tourner. »

L’heure de la retraite vient de sonner pour ce pasteur engagé, qui a toujours cherché à « faire Eglise avec les personnes en marge ». Invité à choisir trois lieux emblématiques de sa trajectoire, il n’hésite pas longtemps : ce seront les escaliers de l’Eglise St-Laurent à Lausanne, où se sont longtemps concentrés les toxicomanes de la capitale vaudoise. Puis l’Eglise de l’Abbaye de la Fille-Dieu à Romont, où il aime se ressourcer. Et l’Epicerie du cœur... où il entend bien continuer à travailler !

2015-05-07 15.31.12

Rendez-vous est donné dans le quartier du Vallon, où Le Passage accueille des toxicodépendants. Il rencontre là un homme qu’il a connu et suivi il y a de cela une vingtaine d’années. Les émotions sont palpables dans l’accolade. Celui-ci lui dit être clean aujourd’hui, sur le point de quitter Lausanne. « C’est bon de le voir : merci Seigneur ! Que ma journée est belle, maintenant », s’exclame Jan de Haas sur le chemin qui le mène aux escaliers de Saint-Laurent. Il s’y assied.

Jan de Haas, qu’avez-vous vécu de spécifique sur ces escaliers ?
-
La possibilité d’aller vers les gens. La zone était là. Je commençais toujours par saluer les personnes, si possible en me rappelant de leurs noms. C’était l’occasion de les rencontrer. Leur dire qu’aux yeux de Dieu, la marge, c’est le centre. Et qu’ils sont aimés de Dieu. Infiniment.

Votre foi a évolué à leur contact ?
-
Oui, ça a été un apprentissage de la lenteur, de la prière sans garantie ; et puis je n’ai jamais autant prié que dans la rue. Je rentrais le soir, j’évoquais les personnes rencontrées, ce qu’elles m’avaient dit, je les remettais à Dieu et faisais un choix de confiance. C’est quelque chose que j’ai appris dans la rue. Un jour, une femme en grande détresse m’a demandé de prier avec elle. On était à côté des escaliers, vers ces poubelles, et on s’est mis à prier au milieu des détritus ; c’est devenu comme une chapelle, cet endroit !

Avez-vous été déçu par Dieu, ou en colère contre Lui ?
- Déçu jamais, mais en colère, oui. Quand on voyait le sida qui tuait tant de personnes et que le sort continuait de s’acharner sur certains, j’ai pu me fâcher contre Dieu, oui ; j’ai connu ces moments-là. Des doutes ? J’en ai je crois toujours eus. Mais le doute nourrit ma foi.

Quelles sont les valeurs fortes que vous avez mises en avant ?
- La compassion. Pour moi, c’est le plus beau mot chrétien : la capacité de se laisser émouvoir. Il faut se détacher de toutes sortes d’étiquettes. Il faut faire chemin avec les gens là où ils sont et ces moments sont comme des cadeaux. Il ne faut pas vouloir faire plus que ça. Combien de fois m’a-t-on demandé combien j’avais sorti de gens de la drogue ? J’ai toujours répondu : aucun ! Le tiers des personnes qui s’en sortent en moyenne ont trouvé en eux-mêmes la force qu’il leur fallait. Très vite, on a eu la Chapelle de la Maladière où tous les dimanches soirs, on avait une célébration avec communion. Il y avait 20 à 30 personnes à chaque fois. Et pas des gens qu’on voyait dans d’autres lieux de culte. C’était une façon de faire Eglise avec eux. Cette question de « faire Eglise avec », je me la pose aujourd’hui à propos des jeunes : comment les rejoindre dans leurs préoccupations... ou dans leur absence de préoccupations !

2015-05-07-17.18.36Eglise de l’Abbaye de la Fille-Dieu à Romont. Jan de Haas y apprécie en particulier les vitraux qu’il trouve « d’une beauté époustouflante ».

Qu’est-ce que vous venez chercher ici ?
-
D’abord l’apaisement. Et puis l’amitié des sœurs. C’est l’un des premiers lieux monastiques où je suis venu. Cela m’a ouvert à une dimension de la foi chrétienne que je ne connaissais pas et cela a élargi ma compréhension de la prière. Car quand il faut prier 7 fois par jour et qu’on entre dans cette logique, c’est très nourrissant.

Pourquoi avoir passé de la rue au pastorat à Moudon ?
Il y a plusieurs raisons. D’abord je pense que 12 ans, c’est un beau bail. J’avais donné ce que j’avais à donner. C’était un travail très éprouvant physiquement. Et mentalement aussi : vivre avec tous ces jeunes qui meurent, c’était lourd. On était face à un vrai travail de sape de notre capacité d’espérer. Et je crois aussi que mes émotions étaient émoussées ; ce fut un signal pour moi d’arrêter. La Pastorale de la rue était reconnue et inscrite dans la durée : je pouvais partir !

2015-05-07 18.57.4117h30 à l’Epicerie du cœur à Moudon, qui ouvre à 18h. Jan de Haas fait la visite des lieux. Dans une salle juste à côté, les personnes affluent avec des enfants. « L’essentiel a toujours été là : aller vers les gens qui sont dans la nécessité et voir comment ensemble on peut faire pour trouver des solutions. C’était au cœur de mon ministère, cela a toujours été au cœur de ma vie. Comme le respect de l’autre. »

Gabrielle Desarzens

  • Encadré 1:

    Bio express :
    Jan de Haas est né en 1950 aux Pays-Bas dans une famille de constructeur de bateaux. Il a fait des études de théologie. Il est venu en Suisse à 21 ans suivre un séminaire sur la communication. Il a rencontré Geneviève, qui est devenue sa femme et la mère de ses 2 enfants. En 1978, il est nommé pasteur d’une paroisse de l’Ouest de la capitale vaudoise, qu’on appelait alors le « vivier de la délinquance lausannoise ». Dans la foulée, il crée le ministère de la Pastorale de la rue.

  • Encadré 2:

    « L’Evangile peut vraiment changer des vies ! »
    IMG 3855En 2002, âgé de 27 ans, Christophe Reichenbach a eu beaucoup de joie à faire un stage auprès de Jan de Haas. « La zone, je connaissais bien. Je me suis converti et j’ai voulu parler de Jésus à celles et ceux que j’avais laissés dans les bars et retrouver des amis dans la rue. » Au contact de Jan de Haas, il dit avoir appris notamment à poser des cadres.
    Il travaille aujourd’hui depuis 10 ans à Rue à cœur, une Pastorale des rues à Bienne. Il y est l’unique employé et y est engagé comme pasteur à 50%. Son autre mi-temps, il l’exerce dans l’Eglise évangélique des Ecluses (FREE). « Jan m’avait dit : ‘Ta voie est là !’ Il m’avait confirmé dans ce ministère. J’ai beaucoup aimé sa douceur, sa manière d’accueillir les personnes sans jugement. » De son côté, Jan de Haas se souvient bien de Christophe : « C’est un tout bon ! J’ai eu un énorme plaisir à travailler avec lui ! »
    A évoquer son travail, Christophe souligne être pasteur, non travailleur social : « Cela signifie que je crois que l’Evangile peut vraiment relever des vies ; que Jésus peut donner une identité à chacun, en dehors des sphères sociales ou professionnelles ; et que ça change tout ! »
    Le site de Rue à cœur.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !