« Aujourd’hui on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! »

Nathalie Schmid lundi 21 octobre 2019 icon-comments 1

Elle travaille avec les personnes sans domicile fixe et milite pour une société plus égalitaire. Noémie Zandvliet, 28 ans, est assoiffée de justice et dit avoir reçu de Dieu son cœur pour les plus démunis.

Assise en tailleur sur le tapis de mon salon, de passage juste avant de se rendre à Paris pour une action militante, Noémie sourit et demande : « Tu crois qu’il y a vraiment de quoi faire un article sur moi ? » De son végétarisme jusqu’à son gilet jaune négligemment laissé sous son pare-brise, l’engagement social est pour elle aussi naturel que respirer. Sa vocation professionnelle ? Pas de doute, c’est dans la rue qu’elle l’a trouvée, en tant qu’éducatrice à La Tuile, un centre d’accueil d’urgence fribourgeois pour les personnes sans domicile fixe. « C’est clairement Dieu qui m’a poussée à faire ce travail », dit-elle. Et d’ajouter, avec un éclat de rire : « À choisir, j’aurais peut-être dû travailler dans une banque pour avoir plus d’argent. »

Le droit d’exister

Après s’être resservie du thé aux fruits qu’elle hume avec satisfaction, elle explique que c’est la soif de justice qui motive ses actions. Elle se rappelle de la pauvreté qui frappa d’un coup ses grands-parents et devine que sa rage vient peut-être de là. Prise d’une envie soudaine, elle entonne : « Aujourd’hui, on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid ! », la chanson des restos du cœur. Elle explique que dans un pays riche, « on a les moyens de s’entraider », et qu’il ne devrait plus y avoir de mendiants dans la rue. Réaliste ? C’est la question qu’elle se pose : « Le monde sera juste quand Dieu reviendra, mais en attendant, un monde meilleur commencerait déjà si les gens ne détournaient pas leurs regard des démunis. » Selon elle, si tu n’as pas d’adresse, tu n’es personne. Songeuse, elle raconte alors l’histoire d’un homme qui est arrivé un soir à l’accueil d’urgence, chargé de soucis, nerveux et difficile à gérer. Le lendemain, après une nuit de repos en sécurité, « il était juste un autre homme, beaucoup plus apaisé. Cette nuit lui a redonné le droit d’exister. »

Pas d’attente

De ses yeux clairs, elle fixe alors le ciel, qu’on aperçoit par la baie vitrée : « Je souhaite que les personnes dans la précarité extrême puissent plus être pris en considération. On les aiderait mieux si on n’avait pas d’attente à leur égard. On a de l’espoir en ce qui les concerne, mais il ne faut pas réfléchir en termes d’attente. » Et la jeune femme d’évoquer encore leur générosité.

Un rêve

Lorsque ses horaires le lui permettent, Noémie aime aller au Gospel Center de Fribourg (FREE). Les pasteurs étant de bons amis, elle peut parler de tout avec eux. « Ils m’ont toujours dit que j’étais à ma place dans ma sphère professionnelle », dit-elle souriante. Soutenue et encouragée, la jeune éducatrice rêve d’ouvrir un jour sa propre maison pour les personnes précarisées. Poussée par le leitmotiv que « oui, il y a déjà de l’entraide, mais on peut faire davantage encore. »

Nathalie Schmid

 

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois en la générosité de Dieu et des gens. Je crois qu'il y a toujours une solution, un espoir. Les situations ne sont pas irréversibles. Je crois que la vie peut être belle malgré les circonstances.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que sans Dieu on puisse être complet. Je ne crois pas que la vie est un long fleuve tranquille. Je ne crois pas qu'en fermant les yeux, on est plus heureux.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus que notre système actuel trouvera des réponses pour aider les personnes démunies.

1 réaction

  • Erik Veldman lundi, 21 octobre 2019 11:27

    En lisant cet article, je me sens triste. Elle a de beaux rêves, mais la réalité est que même Jésus a dit que les pauvres seront toujours avec nous. La justice sociale n'est qu'un autre mot pour le socialisme et le néo-marxisme. Enlever aux autres pour donner à ceux qui ne veulent pas travailler pour leurs besoins.

    Aider quelqu'un dans le besoin est un don de Dieu et ne devrait pas être imposé par des organisations et/ou des gouvernements. La liberté que nous avons pour aider est la nôtre. En tant que chrétiens, nous sommes appelés à porter l’Évangile dans le monde et c'est ce qui manque dans tout cela. Nous nous préoccupons plus du bien-être physique d'une personne que du bien-être spirituel. Nous pensons que s'ils se sentent mieux et plus riches, ils accepteront l’Évangile, mais ce n'est pas ainsi que cela fonctionne.

    Oui, cette jeune femme a des rêves, mais la réalité est que l'humanité est corrompue au plus profond d'elle-même et qu'elle ne cessera pas de se soumettre mutuellement à la pauvreté. La justice sociale n'est pas la solution. Seul le Christ est la seule réponse à nos peines. Et dire que nous vivons dans un pays riche, c'est absurde parce que nous avons encore des gens qui ont deux emplois pour joindre les deux bouts.

Publicité
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

LAFREE.INFO

  • Les écoles du dimanche sont un peu à la peine

    Ven 28 janvier 2022

    La crise sanitaire, ainsi que l’introduction du Certificat Covid, ont secoué les Eglises, mais aussi fragilisé les écoles du dimanche. Les parents sont moins réguliers au culte, soit par choix, soit par obligation. Du coup les enfants sont moins nombreux à l’église… ou plutôt moins réguliers.

  • RTS Espace 2 retransmet deux cultes de l’Eglise évangélique « La Fraternelle »

    Ven 28 janvier 2022

    RTS Espace 2 retransmet les cultes du 30 janvier et du 6 février 2022, en direct de l’Eglise évangélique « La Fraternelle » (FREE), à Nyon.

  • Que faire, lorsque l’école du dimanche est à la peine ?

    Ven 28 janvier 2022

    Dans la foulée d’un article paru dans le journal Vivre, intitulé « Les écoles du dimanche sont un peu à la peine », la Commission enfance de la FREE a rassemblé des suggestions concrètes. Celles-ci devraient aider les Eglises et les familles à entretenir le lien, mais aussi à nourrir spirituellement les enfants.

  • Dimanche 30 janvier: des cultes en ligne à vivre avec nos Eglises ou des médias évangéliques

    Jeu 27 janvier 2022

    Les mesures sanitaires mises en place par le Conseil fédéral incitent lafree.info à publier une liste des cultes à suivre tous les dimanches sur les réseaux sociaux ou via DieuTV ou Radio R. Vous êtes à la recherche d'un culte ce dimanche, alors n'hésitez pas à suivre celui d'une de nos Eglises. Nous vous souhaitons une bonne célébration à distance!

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !