Aumônerie: « A moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien »

mardi 25 août 2020

« Jésus s’approche de tous, sans condition. Sans demander une profession de foi préalable. » Forte de cette conviction, Valérie Compaoré, accompagnatrice spirituelle depuis 5 ans au CHUV, parle de son travail en termes d’écoute et de beauté. Rencontre lundi 24 août à Lausanne, tout proche de son lieu de travail.

Le cheveu court, elle a le verbe développé : « Le métier d’aumônier, comme on l’appelait précédemment, te met en face de l’évolution socioreligieuse. C’est-à-dire en face de la population d’aujourd’hui, où 30% des personnes se disent sans confession, soit presque autant que de catholiques romains ! J’ai choisi cette profession par intérêt pour la personne en souffrance et pour faire valoir l’espérance de l’Evangile que j’essaie de vivre et d’incarner ! » Engagée à 50% au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Valérie Compaoré enfile sa blouse blanche à 8h30 et débute ses journées par un moment de recueillement avec ses collègues catholiques et réformés. Puis elle rejoint l’infirmière cheffe du service et les chefs de clinique pour savoir qui pourrait bénéficier d’un accompagnement spirituel.

Voir la beauté cachée…

Sa foi, dit-elle, est quelque chose qui l’habite, non pas un étendard. Ainsi peut-elle rencontrer et considérer avant tout chaque malade comme un sujet « qui doit se réapproprier sa dignité d’être humain, même s’il est défiguré par la maladie ou la vieillesse. » L’accompagnatrice spirituelle a parfois l’impression que les chrétiens imaginent des programmes, des messages et un langage très éloignés des préoccupations de leurs contemporains : « On parle beaucoup de discipulat dans nos communautés. Mais Jésus n’a pas fait que des disciples. Il s’est approché de n’importe qui sans jamais demander une profession de foi préalable. Il n’est pas un Dieu de condition, un Dieu prosélyte. Il n’avait pas non plus la volonté de fonder une église derrière ses actions. » Et cette femme de lire un extrait d’un texte du moine orthodoxe Anthony Bloom qui l’inspire : « A moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien. On n’aide pas une personne en isolant ce qui ne va pas chez elle, ce qui est laid, ce qui est déformé. Le Christ regardait toutes les personnes qu’Il rencontrait, la prostituée, le voleur, et voyait la beauté cachée en eux. C’était peut-être une beauté déformée, abîmée, mais elle était néanmoins beauté, et Il faisait en sorte que cette beauté rejaillisse… » Valérie relève les yeux : « Tout est dit, non ? »

Exigence du Covid-19

Pendant cette période de pandémie, le métier est plus exigeant. « Comment vous dire ? » Valérie Compaoré regarde par la fenêtre, fronce le nez, secoue les souvenirs de ses dernières visites : « J’ai suivi une femme, la cinquantaine, qui a fait une rupture d’anévrisme avec une hémorragie cérébrale. Elle m’a dit avoir le sentiment d’être doublement punie : par la maladie, mais aussi par le fait de devoir la vivre de façon isolée, sans ses proches à ses côtés. Et puis un couple atteint du Covid-19 a été hospitalisé. L’homme est décédé aux soins intensifs, et sa femme n’a pas pu lui dire au revoir. C’est ça, la pandémie ! » Cette grande solitude des patients, Valérie l’entend, l’écoute, la met en mots. Puis essaie de voir au-delà : « Je m’engage à voir la personne avec son histoire, ce qu’elle croit, ce qu’elle espère. Et me risque à vivre avec elle une expérience de foi et de confiance. » Car sa mission consiste pour elle à permettre aux personnes visitées de se redresser, de se réapproprier leur vie, leurs choix.

Gabrielle Desarzens

Valérie Compaoré est payée pour son travail au CHUV par la Fédération évangélique vaudoise (FEV), dont la FREE est partenaire.

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois que l’on peut vivre la présence de Dieu partout, comme par exemple dans les soins intensifs du CHUV !

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas qu’il nous faille une confession de foi pour être approché par le Christ.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus que Dieu est présent uniquement dans l’Eglise.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Enquête StopPauvreté : ce que pensent les chrétiennes et les chrétiens de la justice sociale et de la durabilité

    Ven 12 avril 2024

    La conférence « Foi. Climat. Espérance. », organisée le 6 avril 2024 par StopPauvreté, a permis de découvrir les résultats d’une grande enquête à propos de l’attitude des chrétiennes et des chrétiens face à l’écologie et à la durabilité. Il en ressort que ceux-ci sont plutôt bien informés, qu’ils savent ce qu’ils devraient faire, et qu’ils le font… mollement.

  • Harcèlement scolaire: une Eglise d'Yverdon organise un spectacle pour sensibiliser et prévenir

    Jeu 11 avril 2024

    Désireuse de sensibiliser à la problématique du harcèlement scolaire, l'Eglise adventiste d'Yverdon-les-Bains a invité le spectacle musical «Par le Moi» pour une représentation dans un théâtre de la ville, le 24 mars. Créée par l'artiste Sonia Grimm et Steve Alban Tineo, cette pièce qui allie théâtre et musique propose aux enfants et jeunes des clés pour s'affirmer et se prémunir face au harcèlement. Une soixantaine de spectateurs, dont beaucoup de familles, avaient fait le déplacement.

  • Cours Just People (2) : la justice, une question relationnelle

    Ven 05 avril 2024

    La deuxième rencontre du cours « Just People » a été consacrée à la justice, selon la Bible. Le théologien Michaël Gonin a montré comment la justice n’est pas qu’une question juridique. Elle est également un engagement en faveur des humains et de la nature.

  • Baptêmes dans le lac: Le recours de l'Eglise évangélique de Cologny rejeté par le TF

    Ven 05 avril 2024

     La décision est tombée le 23 mars. Le recours de l’Eglise évangélique de Cologny contre l’interdiction de baptême dans le lac Léman a été rejeté par le Tribunal Fédéral. S’il reconnaît le droit de célébrer des baptêmes sur le domaine public, il accepte que l’autorisation de le faire soit conditionnée aux exigences du canton de Genève. Clarifications avec Jean-René Moret, pasteur de cette Eglise rattachée à la FREE.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !