Aumônerie: « A moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien »

mardi 25 août 2020

« Jésus s’approche de tous, sans condition. Sans demander une profession de foi préalable. » Forte de cette conviction, Valérie Compaoré, accompagnatrice spirituelle depuis 5 ans au CHUV, parle de son travail en termes d’écoute et de beauté. Rencontre lundi 24 août à Lausanne, tout proche de son lieu de travail.

Le cheveu court, elle a le verbe développé : « Le métier d’aumônier, comme on l’appelait précédemment, te met en face de l’évolution socioreligieuse. C’est-à-dire en face de la population d’aujourd’hui, où 30% des personnes se disent sans confession, soit presque autant que de catholiques romains ! J’ai choisi cette profession par intérêt pour la personne en souffrance et pour faire valoir l’espérance de l’Evangile que j’essaie de vivre et d’incarner ! » Engagée à 50% au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Valérie Compaoré enfile sa blouse blanche à 8h30 et débute ses journées par un moment de recueillement avec ses collègues catholiques et réformés. Puis elle rejoint l’infirmière cheffe du service et les chefs de clinique pour savoir qui pourrait bénéficier d’un accompagnement spirituel.

Voir la beauté cachée…

Sa foi, dit-elle, est quelque chose qui l’habite, non pas un étendard. Ainsi peut-elle rencontrer et considérer avant tout chaque malade comme un sujet « qui doit se réapproprier sa dignité d’être humain, même s’il est défiguré par la maladie ou la vieillesse. » L’accompagnatrice spirituelle a parfois l’impression que les chrétiens imaginent des programmes, des messages et un langage très éloignés des préoccupations de leurs contemporains : « On parle beaucoup de discipulat dans nos communautés. Mais Jésus n’a pas fait que des disciples. Il s’est approché de n’importe qui sans jamais demander une profession de foi préalable. Il n’est pas un Dieu de condition, un Dieu prosélyte. Il n’avait pas non plus la volonté de fonder une église derrière ses actions. » Et cette femme de lire un extrait d’un texte du moine orthodoxe Anthony Bloom qui l’inspire : « A moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien. On n’aide pas une personne en isolant ce qui ne va pas chez elle, ce qui est laid, ce qui est déformé. Le Christ regardait toutes les personnes qu’Il rencontrait, la prostituée, le voleur, et voyait la beauté cachée en eux. C’était peut-être une beauté déformée, abîmée, mais elle était néanmoins beauté, et Il faisait en sorte que cette beauté rejaillisse… » Valérie relève les yeux : « Tout est dit, non ? »

Exigence du Covid-19

Pendant cette période de pandémie, le métier est plus exigeant. « Comment vous dire ? » Valérie Compaoré regarde par la fenêtre, fronce le nez, secoue les souvenirs de ses dernières visites : « J’ai suivi une femme, la cinquantaine, qui a fait une rupture d’anévrisme avec une hémorragie cérébrale. Elle m’a dit avoir le sentiment d’être doublement punie : par la maladie, mais aussi par le fait de devoir la vivre de façon isolée, sans ses proches à ses côtés. Et puis un couple atteint du Covid-19 a été hospitalisé. L’homme est décédé aux soins intensifs, et sa femme n’a pas pu lui dire au revoir. C’est ça, la pandémie ! » Cette grande solitude des patients, Valérie l’entend, l’écoute, la met en mots. Puis essaie de voir au-delà : « Je m’engage à voir la personne avec son histoire, ce qu’elle croit, ce qu’elle espère. Et me risque à vivre avec elle une expérience de foi et de confiance. » Car sa mission consiste pour elle à permettre aux personnes visitées de se redresser, de se réapproprier leur vie, leurs choix.

Gabrielle Desarzens

Valérie Compaoré est payée pour son travail au CHUV par la Fédération évangélique vaudoise (FEV), dont la FREE est partenaire.

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois que l’on peut vivre la présence de Dieu partout, comme par exemple dans les soins intensifs du CHUV !

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas qu’il nous faille une confession de foi pour être approché par le Christ.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus que Dieu est présent uniquement dans l’Eglise.

Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !