Ils sont pasteurs dans la FREE et aumôniers dans l’Armée suisse

Interview de Daniel Ruefenacht, Nathanaël De Keuster et Maxime Jaquillard jeudi 22 juin 2023

Trois premiers pasteurs de la FREE ont fait les démarches nécessaires pour devenir aumôniers dans l’Armée suisse. Il s’agit de Daniel Ruefenacht, pasteur dans l’Eglise évangélique Les Marronniers, à Rolle, de Maxime Jaquillard, pasteur dans l’Eglise évangélique de Gimel, et de Nathanaël De Keuster, pasteur dans l’Eglise évangélique d’Echallens. Les deux premiers ont terminé leur formation en 2022, le troisième en 2023. Ils expliquent le sens de leur démarche, ainsi que leurs motivations. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Comment avez-vous décidé de devenir aumônier dans l’Armée ?

Daniel Ruefenacht – Lorsque je suis devenu pasteur, j’étais encore incorporé dans le système Armée 95. A l’époque j’avais demandé à devenir aumônier militaire et j’ai eu l’occasion de vivre une journée avec l’aumônier du Bataillon de fusillers 21 de l’époque. Malheureusement mon parcours évangélique ne me permettait pas de poursuivre dans cette voie. C’est en parlant avec un collègue qui entamait des démarches avec l’Aumônerie de l’armée que j’ai découvert que cela était désormais possible.

Nathanaël De Keuster – J'ai entendu parler de la Convention de collaboration qui a été signé en 2021 entre la FREE et l'Armée suisse. Quelques mois plus tard, j’ai effectué un stage avec un ami aumônier à la caserne de Chamblon. J’ai trouvé fantastique de pouvoir accompagner des recrues dans les bons moments, comme dans les moments difficiles.

Maxime Jaquillard – Lors de mon école de recrue à la caserne de Bière, l’aumônier Udo Bayer, qui était pasteur dans le village voisin de Gimel, m’a donné un nouveau testament. J’ai beaucoup apprécié cela, et ce nouveau testament a trouvé place dans une poche de ma tenue de combat. J’aimais le lire, par petites portions, lors des temps libres. Ensuite, l’idée de transmettre à mon tour la sagesse contenue dans ce livre m’a vraiment motivé. Et lorsque je suis arrivé comme pasteur dans la communauté évangélique de Gimel, j’ai eu envie de concrétiser cette idée.

Comment la sélection et la formation se sont elles passée ?

Daniel Ruefenacht – Après un entretien téléphonique, des personnes de l’Eglise dans laquelle je suis pasteur, la FREE et moi-même ont eu quelques formulaires à remplir. Ensuite, j’ai participé à une journée d’informations, à un entretien personnel et à une visite médicale. Finalement, j'ai été accepté pour participer à la formation qui s’est terminée en mai 2022 par ma nomination au grade de capitaine aumônier. Cette procédure a été très enrichissante pour moi. J’ai vécu des temps extraordinaires avec des hommes et des femmes remarquables.

Nathanaël De Keuster – J’ai passé par des entretiens rigoureux, avec de nombreuses questions et des tests de situations. La sélection est faite de manière vraiment sérieuse.

En quoi le travail d’aumônier dans l’Armée suisse consiste-t-il ?

Daniel Ruefenacht – Le travail d’aumônier est avant tout un travail d’écoute. Il s’agit d’être disponible pour la troupe, de la recrue et du soldat, jusqu’aux cadres et officiers supérieurs.

Nathanaël De Keuster – Il s’agit aussi d’accompagner des militaires de toutes confessions, dans leurs questions spirituelles.

Maxime Jaquillard – L’aumônerie de l’Armée suisse est un service qui apporte une assistance spirituelle à tous les militaires, quelles que soient leurs convictions. Du coup, elle doit être adéquate pour chaque militaire qui fait appel à ses services, quel que soit son arrière-plan religieux. Chaque aumônier doit être prêt à s’engager selon ces conditions. Cependant, il lui est demandé de garder un encrage dans sa tradition et sa confession, afin de pouvoir aider les militaires qui auraient des besoins spécifiques, en lien avec cette confession.

Ma fonction d’aumônier m’amènera à être présent auprès de la troupe, du soldat au commandant, et à gagner la confiance de chacun. Il m’arrivera d’avoir à intervenir lors de situations problématiques, telles qu’un accident ou un désaccord entre un militaire et ses supérieurs. Je pourrai également être amené à prendre la parole lors de cérémonies militaires ou religieuses. Il se trouve que les aumôniers sont souvent des théologiens, des pasteurs ou des prêtres, mais c’est avant tout leur savoir-être qui est important, et leur vision de l’être humain inspirée par l’Evangile qui est appréciée.

Pourquoi recevez-vous le grade de capitaine ?

Daniel Ruefenacht – Le Règlement de service de l’Armée précise qu’un soldat empêché de rédiger un testament normal, notamment en raison de la guerre, peut le faire par oral et le faire transmettre à un officier du rang de capitaine, au moins. L’aumônier doit donc être habilité à recueillir et transmettre des testaments.

Maxime Jaquillard – Plusieurs raisons font qu’un aumônier de l’Armée suisse reçoit le grade de capitaine. D’abord, cela rappelle l’importance, pour l’armée, de la fonction d’aumônier. Comme il s’agit d’un grade intermédiaire, cela permet également à chaque militaire, du soldat au commandant de corps, de s’adresser librement à l’aumônier. De plus, selon le règlement militaire, seul un officier peut recevoir le testament d’un mourant. Pour moi, être capitaine implique aussi de développer le respect et des relations de confiance, ainsi que de travailler au bien-être de chacun.

Quelle sera votre disponibilité pour l’Armée, au cours de ces prochaines années ?

Daniel Ruefenacht – Selon mon affectation, je vais être actif au minimum une dizaine de jours par année, et au maximum 80 jours sur deux ans.

Maxime Jaquillard – Cela dit, nous devons d’abord être incorporés, soit à une école de recrue, soit à un cours de répétition. La décision sera prise au plus tard au début 2023.

Comment conciliez-vous un certain pacifisme évangélique avec votre engagement militaire ?

Daniel Ruefenacht – Les deux choses ne ont pas incompatible. Aimer son prochain, c’est aussi être là au moment où les choses sont compliquées… et à plus forte raison dans une situation de conflit.

Maxime Jaquillard – En principe, l’Armée suisse ne devrait exercer aucune violence, puisqu’elle est une armée de dissuasion, avec une vocation uniquement défensive. C’est donc une manière d’aimer nos ennemis que de les dissuader de nous attaquer, afin que nous respections ensemble le commandement : « Tu ne tueras point ». La violence n'est jamais positive. Même lorsqu’elle est parfois nécessaire, elle ne fait que démontrer l'échec humain.

Ambroise (339-397), évêque à Milan, expliquait : « Celui qui ne lutte pas, autant qu'il le peut, contre l'injustice qui menace son prochain est aussi coupable que celui qui la lui fait subir ». Quant à Martin Luther, il soulignait la tension qu’engendre l’exercice de la violence : « Tout meurtre rend moralement coupable – même si ce n'est pas juridiquement. Mais il existe aussi une culpabilité lorsqu'on n'agit pas là où l'on devrait et pourrait agir. »

Vous engagez-vous avant tout comme aumônier, citoyen, chrétien ou évangélique ?

Daniel Ruefenacht – Les trois en même temps.

Nathanaël De Keuster – Moi aussi, je m'engage en tant que citoyen, chrétien et évangélique.

Maxime Jaquillard – Les aumôniers évangéliques sont reconnus pour leur compétences pastorales. Ils témoignent également de la capacité des évangéliques à s’impliquer dans la société suisse, pour son bien, sans arrières pensées, avec confiance et foi.

Dans certaines armées étrangères, les aumôniers s’occupent de leurs coreligionnaires. Dans l’Armée suisse, chaque aumônier doit être capable de prendre soin de soldats de n’importe quelle religion, voire sans religion. Comment cela oriente-t-il votre travail ?

Daniel Ruefenacht – Je vais accomplir mon travail selon les directives qui me sont demandées. Je serai là pour chacun, quelque soit son origine, pour écouter, apporter un soutien spirituel et aiguiller vers d’autres services si nécessaire.

Nathanaël De Keuster – C'est ce qui fait la beauté de ce travail qui est en même temps un ministère. Nous accompagnons des militaires de toutes confessions, dans leurs questions spirituelles. Il s’agit d’être à l'écoute de chaque militaire, de prier pour ceux qui le souhaitent et d’être une personne-ressource. C'est cela qui me donne envie de m'engager comme aumônier militaire.

Dans l’Armée suisse, les aumôniers ont l’interdiction de « faire de l’évangélisation ». Alors, à quoi sert-il à un évangélique de devenir aumônier militaire ?

Daniel Ruefenacht – Un aumônier évangélique s’engage de manière similaire à un évangélique qui serait politicien, syndic, pompier, magistrat ou membre de la fonction publique.

Nathanaël De Keuster – Un aumônier évangélique peut être « sel et lumière » ; et ce qu’il est parle bien plus fort que ce qu’il dit. Et c’est ce que je désire être. Je veux être un aumônier militaire rempli d'amour, d'écoute et de compassion pour chaque militaire.

Maxime Jaquillard – J’aime témoigner de ma foi en Jésus-Christ. Cependant, je le fais en considérant le contexte dans lequel je me trouve. Et, à l’armée, évangéliser n’est clairement pas la mission qui nous est confiée. Par contre je suis un témoin et je m’en réjouis.

Il nous est demandé d’incarner des valeurs liées, notamment, à la tradition chrétienne dont notre pays est imprégné. Il s’agit de valeurs telles que la justice, la liberté, l’égalité de traitement, la solidarité, la coexistence pacifique, le respect, la tolérance et la diversité. Dans ce but, il est bon que nous soyons enraciné dans une tradition spirituelle. Pour ma part, je désire incarner l’amour de Dieu pour chacun par ma relation au Christ, mon service, ma présence, mon écoute, la confiance, la sagesse et l’encouragement (du Christ) que je pourrai partager avec chacun.

Bien-sûr, si un militaire me pose des questions en lien avec l’espérance qui m’anime, je serai heureux de lui donner quelques réponses. Mais ce sera sa demande.

Selon la Constitution suisse, la Confédération est déiste, mais elle ne reconnaît aucune religion. Du coup, pourquoi est-elle intéressée à engager des aumôniers évangéliques ? Vu le petit nombre de chrétiens en Suisse, ne devrait-elle pas engager plutôt des aumôniers sans religion ?

Daniel Ruefenacht – Il faudrait poser cette question directement au département concerné. Cependant, un aumônier est avant tout une personne « connectée » : un curateur d’âme, un « Seelsorger », en allemand. Ainsi, l’aumônier doit savoir ce qu’est une âme et comment en prendre soin. C’est une question de compétences humaines, et c’est ainsi qu’il saura accomplir ce travail.

Maxime Jaquillard – L’Armée possède déjà des ressources en dehors du domaine religieux : des psychologues et des services sociaux avec lesquels nous travaillons en réseau. Ce dont l’armée a besoin, ce sont des personnes qui ont des compétences spirituelles, complétées par une expérience humaine. Or, ces compétences, nous les avons.

Interview de Daniel Ruefenacht, Nathanaël De Keuster et Maxime Jaquillard. Propos recueillis par Claude-Alain Baehler.

  • Encadré 1:

    La mission de l’Aumônerie de l’Armée suisse

    La mission dévolue à l’Aumônerie de l’Armée (AA) est détaillée dans un document intitulé : « Directives sur le conseil, l’accompagnement et le soutien fournis par l’Aumônerie de l’armée, le Service psychopédagogique de l’armée et le Service social de l’armée ». L’article 8 indique que l’Aumonerie de l’Armée est chargée « du conseil, de l’accompagnement et du soutien spirituels. Elle s’occupe, dans le cadre de l’armée, des questions et requêtes d’ordre religieux, spirituel, éthique, existentiel ou liées à la vision du monde propre à chaque personne ».

    Les aumôniers militaires doivent être membres d’Eglises ou de communautés religieuses qui partagent les principes de l’Aumônerie de l’Armée. C’est pour cela que, avant d’engager des aumôniers issus de la FREE, il a fallu que l’Aumônerie de l’Armée et la FREE signent une convention de collaboration. Cela a eu lieu au printemps 2021.

    La directive stipule que le travail des aumôniers consiste essentiellement à rencontrer les militaires. Ils le font sur la base de valeurs « liées, notamment, à la tradition chrétienne dont notre pays est imprégné, telles que la justice, la liberté, l’égalité de traitement, la solidarité, la coexistence pacifique, le respect, la tolérance et la diversité ».

    Alors que, dans certaines armées étrangères, les aumôniers s’occupent de leurs coreligionnaires, ceux de l’Armée suisse doivent être capable de prendre soin de chaque soldats « en tenant compte de ses dimensions spirituelle et religieuse, quelle que soit la forme sous laquelle elles s’expriment ». Cela implique que l’aumônier, tout en restant lui-même, doit être capable de respecter les autres confession, voire les autres religions, et ne pas imposer la sienne.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !