Les femmes de la Bible : des sources d’encouragement !

vendredi 03 août 2018

Il y a des trajectoires de femmes qui interpellent, encouragent, inspirent… et dans la Bible aussi ! Qui sont les Hagar ou les Noémie d’aujourd’hui ? Vous ? La théologienne et psycho-pédagogue Michèle Bolli lève le voile sur l’actualité de quelques figures féminines bibliques.

Pour Michèle Bolli, le 98% des commentaires bibliques sont orientés par le masculin et dévolus aux hommes. Parmi les 2% restants, ils concernent des femmes malfaisantes ou qui ont un esprit tordu. « Moi, j’en ai sélectionné sept qui ont eu des attitudes positives dans la vie et par rapport à leur identité de femmes », a-t-elle dit ce début d’été dans l’émission Babel sur RTS Espace 21. Des femmes qui se sont fait confiance et qui ont agi sur leurs circonstances de vie. Abigaïl, épouse de Nabal (1 Samuel 25, 2-44) a par exemple exercé son propre jugement pour maintenir en vie ses proches, en dépit de son mari. Elle est allée discuter avec David pour contrer la violence déjà en marche. Et grâce à sa perception de la réalité, elle a agi pour le bien de tous en sortant de son rôle de femme traditionnelle.

Un Dieu solidaire

Hagar (Genèse 16, 6-14), servante de Sarah, est une autre figure mise sous la loupe par la théologienne dans le livre qu’elle a écrit2. Il s’agit pour elle d’une personne opprimée par son statut à la fois d’esclave, d’étrangère et de femme. « La solidarité de Dieu avec les plus humbles est ici exemplaire », souligne-t-elle. Ce Dieu les « soutient dans leur volonté de changement, d’ouverture à un avenir qui ne se réalise pas encore, qui demande parfois un temps de médiation, un état transitoire, au cours duquel une amélioration progressive peut déjà se repérer ».

Le Tout Puissant

Autre personnage relevé par Michèle Bolli : Noémie (Ruth 1, 19-21). Cette femme perd et son mari et ses deux fils ; démunie, elle quitte le pays de Moab pour revenir, chez elle à Bethlehem. Elle demande à ses anciennes connaissances qu’elle retrouve de l’appeler désormais Mara, qui signifie « Amère » : une façon de montrer ses misères plutôt que de les cacher. Elle change aussi le nom du Dieu auquel elle croit : elle l’appelle El Shaddaï, le Tout Puissant, celui qui voit les chemins de la vie, ceux que Noémie ne voit peut-être plus. « Il y a un chemin de transformation vers la vie », estime la théologienne. Non sans ajouter que ce qu’elle a voulu dire au travers des sept femmes sur lesquelles elle s’est penchée – avec encore notamment Débora, Marie ou Marie de Magdala – est que, justement, quelle que soit la situation la plus fermée au départ, il y a une perspective d’avenir meilleur qui se dessine. « C’est un grand encouragement pour les femmes aujourd’hui : d’essayer de découvrir une ouverture vers le spirituel, et d’y trouver des forces pour transformer leur situation. »

Gabrielle Desarzens

1 Une émission à écouter

2 Un livre : « Femmes de la Bible, histoires d’avenir », de Michèle Bolli-Voélin, éditions Cabédita : 2018.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !