«Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

lundi 26 octobre 2020

Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

 

Rencontré à Neuchâtel où il travaille, Sébastien Chadaud Pétronin va bien : « J’ai été libéré il y a une dizaine de jours en même temps que ma mère ! » Les premières images de ses retrouvailles avec Sophie Pétronin le montrent dans une grande émotion, répétant en pleurant « Maman, Maman » sur le tarmac de l’aéroport de Bamako, au Mali, avec sa mère dans ses bras. Dix jours plus tard, il les commente et avoue avoir craqué : « J’avais enfermé en moi durant 4 ans mes sentiments à double tour parce que mes émotions m’auraient empêché de faire ce que je voulais pour elle. Et là, quand elle est descendue de l’avion, mon cœur, mes tripes ont parlé et j’ai eu besoin de hurler ! » Car par le passé, Sébastien a eu plusieurs fois le sentiment que sa mère allait être libérée. « J’allais sur place. Je savais être tout près d’elle, et rien ne se passait. Il a fallu tenir jusqu’à cette libération tant souhaitée ! »

Adaptation

Aujourd’hui, Sophie Pétronin est en bonne forme, assure-t-il. Peu à peu, elle livre à son fils quelques éléments de sa détention. « C’est incroyable comme elle a pu s’adapter, témoigne Sébastien, comme elle a pu garder sa lucidité, son calme, ne pas céder à la douleur, au tourment, à la rancune. Elle essaie de nous expliquer comment elle vivait, mais c’est dur à imaginer. »

Conversion à l’islam

Les premiers mots que Sophie Pétronin a prononcés face aux journalistes ont témoigné de sa conversion à l’islam : « Vous dites Sophie, mais c’est Mariam que vous avez devant vous », a-t-elle dit, en précisant qu’elle allait désormais prier Allah pour le Mali. Pour Sébastien, il s’agit là encore d’une forme d’adaptation : « Au lieu de lutter et de s’enfermer dans ses repères, elle s’est ouverte aux personnes qui étaient autour d’elle. Elle a vécu ces 4 ans, et à fortiori ces 20 dernières années, sur une terre d’islam. Forcément, elle a été amenée à comprendre les autres, à parler le même langage qu’eux. Et d’autre part, moi en tant que fils, j’espérais qu’elle se convertirait parce que je me suis beaucoup documenté. J’ai également échangé avec des ex-otages et je savais que quelqu’un qui adopte leur religion serait peut-être un peu privilégié, mieux traité. »

La religion, un facteur-clé ?

Sophie Pétronin, convertie à l’islam et libérée ; Béatrice Stockly, chrétienne, exécutée. Mais la religion ne serait pas pour Sébastien un facteur-clé dans le destin des otages au Sahel. « Et Béatrice a peut-être été exécutée, indique-t-il en insistant sur le « peut-être ». Pour l’instant, ça n’est pas factuel. Je fais d’ailleurs un clin d’œil à Werner (ndlr : frère de Béatrice) avec qui j’ai quelques échanges : des éléments nous font penser que le pire a été possible, mais ce n’est pas certain et il faut le souligner. » Quant à la libération de sa mère, il l’explique en raison de son âge, de sa faible santé, et surtout «parce qu’elle est « une humanitaire qui a sauvé à Gao des centaines d’enfants. Peut-être que ce dernier facteur a joué en sa faveur et que l’envie qu’elle soit libérée était partagée par ceux qui la détenaient. »

Polémiques

Sophie Pétronin a déjà provoqué la polémique en refusant de qualifier ses ravisseurs de djihadistes. Le chef d’état-major des armées françaises, François Lecointre, a réagi vivement en soulignant qu’il n’était pas possible d’en parler seulement comme d’un « groupe armé d’opposition », comme elle l’a fait. Le montant touché par les djihadistes en contrepartie des otages libérés et les plus de 200 membres de leurs groupes relâchés par Bamako ont également alimenté les critiques sur les réseaux sociaux. « On ne connaît pas les montants versés, indique posément Sébastien. Maintenant, il y a toujours une contrepartie dans une libération. Cela peut être politique, financier, un retrait de troupes… Il n’y a jamais de libération parfaite. On est toujours dans une sorte de compromis. » Face aux djihadistes, il affirme enfin avoir toujours parlé avec son cœur. « Il a fallu que je me débarrasse de mes frustrations, de ma colère, de mes traumatismes, de ma violence. Parce que cela pouvait nuire à la libération de ma mère. Je pense d’ailleurs que je suis quelqu’un d’autre, maintenant ! Cela dit, je crois que l’on se trompe tous : on veut classifier les méchants d’un côté, les gentils d’un autre. La vie d’une personne comme Sophie Pétronin, ce n’est pas très important à l’échelle du monde, la libération de djihadistes ou la conversion d’une femme à l’islam non plus. Ce qui nous intéresse par contre ma mère et moi, c’est que la paix revienne au Mali, où la guerre a déjà fait des milliers de morts ! »

Quatre libérations

Sophie Pétronin a été libérée jeudi 15 octobre en même temps que deux Italiens et qu’un homme politique malien. La Suissesse Béatrice Stockly aurait été exécutée. C’est du moins ce que la  Direction générale de la sécurité extérieure en France (DGSE) a communiqué au DFAE qui a relayé la nouvelle. Soeur Gloria Cécilia Argoti, une Colombienne, a été une compagne de détention de Sophie Pétronin. Enlevée le 7 février 2017 à Karangasso dans le sud du Mali, elle est toujours entre les mains de ses ravisseurs.

Gabrielle Desarzens

Un émission à écouter sur RTS La Première

Ce papier est paru sur RTSinfo.ch

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Un grave accident de la route, en Tanzanie, touche une équipe de Jeunesse en mission

    Lun 26 février 2024

    Un accident de la route, survenu le 24 février près d’Arusha en Tanzanie, a fait onze morts et huit blessés dans une équipe de Jeunesse en mission.

  • Blaise-Alain Krebs : merci !

    Sam 24 février 2024

    Blaise-Alain Krebs est décédé le 19 février dernier. Par ses nombreux engagements, celui qui était éducateur spécialisé a marqué la vie de son Eglise, à Neuchâtel. Il a également servi la FREE comme vice-président du Bureau des rencontres générales.

  • Genève, Nyon et La Côte-aux-Fées: rejoignez un groupe pour participer au cours Just People!

    Ven 23 février 2024

    Une cinquantaine de personnes sont inscrites au cours Just People par ZOOM qui commencera le mercredi 6 mars à 20h15. Parmi ces inscriptions : trois Eglises. A l’heure où il peut être stimulant de discuter en groupe de ces questions d’avenir pour notre société et notre planète, pourquoi ne pas rejoindre un groupe à Genève, à Nyon, dans le Jura neuchâtelois, ou même créer un nouveau groupe ?

  • Wanted : La FREE cherche son responsable financier, un poste-clé pour le développement de projets

    Lun 19 février 2024

    Membre du Bureau des Rencontres Générales, Bernard Frei assure ad intérim le rôle de responsable financier de la FREE. En effet, le poste laissé par Stéphane Bossel est toujours vacant. Le profil recherché ? Un esprit entrepreneurial et collaboratif, en plus d’une expérience dans les finances. Aidez-nous à trouver !

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !