Le christianisme, concurrent du communisme en Chine

jeudi 09 mai 2019

En avril 1989, les manifestations de la place Tian’anmen à Pékin ont été sévèrement réprimées. Trente ans après, le contrôle et la répression de la religion connaît un resserrement généralisé en Chine, où la force des chrétiens reste pourtant impressionnante. Deux émissions radio récemment diffusées sur les ondes de la RTS en rendent compte, avec notament l'intervention de William Frei, ancien consul de Suisse à Shangaï, et de sa femme, Joëlle Marie.

Rendez-vous est pris dans un café genevois. Le regard souriant derrière ses lunettes, Monsieur Ming (prénom d’emprunt) tourne la cuillère dans son thé et explique être venu en Suisse en 2015 alors qu’il travaillait pour des ONG. « Pendant mon séjour en Suisse, mon église de Guiyang, capitale de la province du Guizhou, a été détruite. Plusieurs de ses membres ont été arrêtés. Mes proches et des pasteurs m’ont alors conseillé de ne pas rentrer, car comme diacre de ma communauté, j’aurais certainement été incarcéré. » Monsieur Ming appartient à une communauté évangélique « basée sur la Parole de Dieu », dit-il. Une de ces églises dites clandestines, non enregistrées par le gouvernement. Au moment de sa destruction, elle ne comptait pas moins de 700 membres. Créée en 2009, elle a pourtant démarré avec 22 personnes. Une augmentation typique de ces communautés. « Car pour les Chinois, aujourd’hui, être chrétien, c’est être moderne », souligne en observateur avisé William Frei, ancien consul de Suisse à Shangaï. « Et les chrétiens font preuve d’une force, d’une fraîcheur, d’une spontanéité impressionnantes ! »

Les évangéliques en première ligne

Cela dit, les évangéliques sont les plus menacés en Chine actuellement par la répression gouvernementale. « Parce que ce sont ceux qui ont le plus grand nombre de conversions et une visibilité très importante, indique William Frei. Par exemple à Wenzhou, qu’on appelle la Jérusalem chinoise, ville portuaire de 4 millions d’habitants, vous aviez des croix partout, beaucoup plus que de drapeaux chinois. Et ça a donné la guerre des croix : sur une année, plus de 1500 d’entre elles ont été démolies, comme aussi des églises, et des personnes ont fini en prison. » Mais les évangéliques sont aussi en première ligne parce que parfois, derrière eux, il y a la présence d’agences américaines, souligne le diplomate. Et cette ingérence étrangère n’est pas du tout tolérée par les Chinois.

Concurrence à l’idéologie communiste

Pékin a d’ailleurs mis en place ce début d’année tout un arsenal pour encourager la dénonciation de « lieux de rassemblement secrets et d’activités missionnaires », selon le magazine Bitter Winter. « Les autorités te persécutent, parce qu’elles considèrent le christianisme comme une concurrence au communisme », explique Monsieur Ming. Plusieurs ont fermé à Beijing. Comme aussi la plus vieille église de maison de Guangzhou, dans le sud du pays, ou encore, juste avant Noël, la plus grande et la plus influente communauté de Chengdu. « A chaque fois, beaucoup de personnes sont arrêtées. Et quand on est mis en prison, on peut y rester longtemps. Le pasteur de mon église, par exemple, arrêté en 2015, y est resté trois ans. Quand il a été relâché, il était en très mauvaise santé. »

Les chrétiens mais aussi les musulmans ouïghours du Xinjiang sont sévèrement réprimés. « Ce dont le parti a le plus peur, c’est de l’insécurité, commente William Frei. Les empereurs ont toujours été destitués par des révoltes populaires. Donc le contrôle de la population est essentiel. » Pour Tobias Brandner, pasteur zurichois, professeur de théologie à l’Université de Hong Kong où il réside depuis plus de 20 ans, les églises se présentent néanmoins aujourd’hui comme une force communautaire et spirituelle qui parvient mieux à répondre aux attentes et besoins des Chinois que l’idéologie du parti.

Gabrielle Desarzens

Une émission Babel sur RTS Espace 2: "La Chine dresse une muraille autour des religions"

Une émission Hautes Fréquences sur RTS La Première: "La religion dans le viseur de Beijing"

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !