Le silence des femmes abusées est à combattre

vendredi 14 juin 2019

Elle s’assied sur le canapé. Et souligne d’emblée la force des prises de paroles des femmes abusées : « En témoignant, on fait en sorte que les abuseurs ne gagnent pas. Et on avance. Il faut sortir du silence. » Ce troisième témoignage met en avant, ce vendredi 14 juin, le combat de plusieurs.

Sophie (prénom d’emprunt), la cinquantaine, est la troisième à prendre la parole, après Céline et Eliane. Elevée dans un milieu évangélique darbyste, elle a été, tout comme sa jeune sœur, victime enfant d’abus sexuels de la part d’un employé de son père. « Quand j’ai eu trois ans, ma mère a eu des jumeaux. Mon abuseur m’invitait alors faire la sieste avec lui. » Dans la ferme familiale, le cinquantenaire, fidèle lui aux milieux réformés, évoluait par ailleurs comme chez lui.

Manifestations physiques

A quoi bon parler aujourd’hui de ces actes ? A quoi bon remuer la boue ? « Mon corps a longtemps manifesté que quelque chose n’allait pas, répond Sophie. Cela s’est traduit d’abord par un cycle menstruel difficile et douloureux, puis par une importante prise de poids. J’ai beaucoup souffert de maux de dos et j’ai développé des symptômes pour lesquels des diagnostics de maladies atypiques ont été posés. Au final, j’ai mis des années à me reconnecter à moi-même, à m’avouer le fait que j’avais été abusée. Et il a fallu mettre des mots, ce qui a été difficile. Comment dire ? Pendant 40 ans, le silence avait jusque-là fait partie de ma vie et, petit à petit, je réalisais que je devais apprivoiser ma peur et oser aller à la rencontre de cette partie de moi construite dans un flou total. J’avais l’impression d’être séparée en deux : la petite fille abusée mais dans le déni d’un côté, et la femme qui a construit sa vie comme elle a pu de l’autre. C’est alors que le long chemin a commencé pour redresser ce qui avait été tordu par l’abus et le mensonge, et qui avait inévitablement impacté tous les domaines de ma vie. J’ai connu des moments de honte et de dégoût, et l’envie de me faire du mal car, en parlant, j’avais l’impression de trahir et d’être méchante. Il faut comprendre que ces années de travail sont épuisantes, parce que vous faites sans arrêt des allers et retours dans ce vécu douloureux. C’est perturbant ! »

Une femme sur trois

Aujourd’hui éducatrice auprès de jeunes en difficulté, elle constate que oui, une femme sur trois selon diverses études est violée, battue, forcée à l’acte sexuel ou abusée au moins une fois dans sa vie. « Mais avoir une parole, c’est salutaire. Je me rends compte actuellement combien c’est important de faire valoir ce qu’on a vécu. » Pour elle, la force des témoignages mis bout à bout rend justice à toute une communauté féminine dont la parole peut enfin être libérée : « Reconnaître les abus dont elles ont été victimes permet aux femmes d’avancer. Et fait au final que les abuseurs ne gagnent pas. C’est essentiel. »

Des amitiés porteuses

Sophie n’a pas perdu la foi, même si en se remettant dans le contexte d’alors, elle reconnait que le fait d’avoir grandi dans un milieu où la femme était présente dans le silence et où le sujet de la sexualité était quasi tabou, a certainement rajouté de la difficulté à trouver les mots pour exprimer ce qu’elle vivait. Elle dit avoir cheminé un temps dans une autre église évangélique où elle a découvert des amitiés « porteuses et fortes ». Et souligne surtout avoir gagné en authenticité : « Je me sens maintenant vivante. Et entends dénoncer tous les abus susceptibles de mettre comme une chape de plomb sur toute expression, et toute expression féminine en particulier. »

Gabrielle Desarzens

Le témoignage d'Eliane

Le témoignage de Céline

 

Publicité
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !