« La politique d’asile en Suisse est toujours plus inhumaine », estime Maître Olivier Bigler

jeudi 15 avril 2021

Après les affaires Flavie Bettex et Norbert Valley, accusés d’incitation à faire séjourner illégalement en Suisse des personnes migrantes, l’avocat neuchâtelois Olivier Bigler représente aujourd’hui plus d’une dizaine de chrétiens iraniens demandeurs d’asile. « Comme avocat, je suis aux prises avec la violence de ce monde qui est énorme, déclare-t-il mercredi 14 avril dans son étude à Neuchâtel ; et face à une politique d’asile qui se durcit de plus en plus. » 

« Je vais bien mieux que l’humanité », s’exclame Olivier Bigler, 39 ans, en passant la porte de son cabinet. C’est la pause de midi et l’avocat dépose des sushis sur la table. Jovial, d’emblée volubile, celui qui aime le verbe se décrit pourtant comme un « Jurassien taiseux » : « Car je ne me mets pas en colère, je ne suis pas un explosif ! » Cela dit, la question migratoire nous concerne tous, estime-t-il. Car la politique d’asile est toujours plus inhumaine et elle entraîne notre responsabilité à tous. « Les preuves à amener sont constamment plus strictes, il y a un doute systématique de la part du le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM, qui traite les demandes d’asile et pratique les auditions, ndlr) sur les documents et la parole des migrants. Or il s’agit de personnes que l’on côtoie, qui vivent ici. » L’affaire Norbert Valley a en ce sens été un cas d’école, car elle a montré que si l’on ne peut plus accueillir quelqu’un chez soi, si l’on ne peut plus considérer le migrant comme un frère en humanité, on fabrique une « société d’apartheid », une société ségréguée. « Est-ce vraiment ce que nous voulons ? »

Il faut lutter !

Après avoir défendu avec succès Flavie Bettex et Norbert Valley, tous deux accusés d’infraction à l’article 116 de la Loi fédérale sur les étrangers et l’intégration pour « incitation à l’entrée, à la sortie ou au séjour illégaux », respectivement en 2018 et 2020, l’avocat neuchâtelois continue de combattre pour davantage de justice. « Car celle-ci n’est pas quelque chose de naturel : le fort mange toujours le faible. Il faut lutter ! »

Le droit d’asile en question

Chrétien engagé dans l’église évangélique des Saules à Colombier (NE), l’homme est aujourd’hui l’avocat de plus d’une dizaine de demandeurs d’asile iraniens. Selon le SEM, l’Iran respecte ses minorités religieuses historiques, dont les chrétiens. « Mais dans le cas précis, il s’agit de musulmans qui se sont convertis au christianisme. Ils sont alors considérés comme traîtres à la religion, et comme l’Iran est une théocratie, traîtres à l’Etat, car la conversion est un crime religieux puni par les tribunaux religieux dans ce pays, explique posément Olivier Bigler. Ces ressortissants iraniens fréquentent pour la plupart une communauté chrétienne ici en Suisse… et sont donc arrivés chez moi par le biais de connaissance partagées ! » Il faut dire que défendre les demandeurs d’asile, selon lui, n’attire pas beaucoup de vocations. « Car le droit d’asile est sans cesse révisé et se durcit chaque année. Mais combien de temps va-t-il encore exister si les personnes doivent prouver l’impossible et qu’aucun Etat ne délivre de certificat de persécution ou de torture ? »

Choc post-traumatique

Car le Neuchâtelois essaie de défendre par exemple le jeune Togolais que Norbert Valley avait abrité. « Il s’agit d’un militant politique dans son pays qui a été emprisonné, sodomisé, brûlé sur le corps au moyen de cigarettes. » Débouté par le Tribunal administratif fédéral, l’avocat a saisi le Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture. Mais les chances sont minces. « J’ai défendu une autre personne en état de choc post-traumatique, qui a vécu ici en Suisse plusieurs semaines dans une cave sans sortir, sans aucun contact avec l’extérieur… » Comme avocat, il se dit aux prises avec la violence de ce monde qui est énorme : « Ce que j’aime pourtant dans mon métier, c’est être à côté des personnes que je défends. Mon travail, c’est de les croire, de les prendre au sérieux. » 

Créer des ponts

Et quand le découragement guette ? « Le métier est dur. Il y a quantité d’ascenseurs émotionnels. Et on est souvent seul. La foi chrétienne qui est la mienne m’aide en me donnant une valeur propre, qui ne dépend pas de ce que je fais ou réussis. Et quand je suis confronté au désespoir, elle me permet de prendre du recul. » En ce qui concerne les Iraniens qu’il défend, cette même foi construit comme un pont entre eux, « par-delà les cultures, les éducations et les langues différentes. Et créer un tel pont me donne une énergie qui se sent au Tribunal ! » Cette foi partagée permet aussi la confiance, un ingrédient essentiel pour ce travail au Barreau. Et l’avocat neuchâtelois d’ajouter encore avoir le privilège de défendre à chaque fois une personne dans une situation particulière et de ne pas être, « Dieu merci », le porte-parole de tous les migrants.

Gabrielle Desarzens

Publicité
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

LAFREE.INFO

  • Transgenres à l’église : le nouveau défi

    Mer 26 janvier 2022

    Si en Allemagne, plus de 100 prêtres et employés de l’Eglise catholique ont fait collectivement leur coming-out lundi 24 janvier, la question trans s’invite aussi dans l’Eglise en Suisse. Tout récemment, le Réseau évangélique genevois a demandé à une théologienne mennonite de venir en parler aux pasteurs et paroissiens du bout du lac Léman. Philippe Henchoz et Silvain Dupertuis de l’église évangélique (FREE) de Meyrin disent pourquoi dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première ce dimanche 30 janvier.

  • « Un chrétien sur sept est aujourd’hui persécuté dans le monde »

    Mar 18 janvier 2022

    A l’instar de l’islamophobie, peut-on parler de christianophobie ? Un chrétien sur 7 risque aujourd’hui sa vie à cause de sa foi. Selon Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse, le nombre de chrétiens persécutés dans le monde est de 360 millions et n’a jamais été aussi élevé.  

  • Saint-Loup se mue en village thérapeutique

    Ven 14 janvier 2022

    La Communauté des diaconesses a reçu la vision de s’élargir à des familles, couples et célibataires. Elle a demandé à Philippe Bottemanne de l’église FREE de Châble-Croix d’en être le nouveau pasteur et d’accompagner ce projet. La vocation de Saint-Loup qui est d’accueillir les personnes en souffrance demeure et sera même renforcée grâce à la création d’un village thérapeutique.

  • Rejoignez le catéchisme pour adultes du FREE COLLEGE pour les 11 dernières soirées !

    Jeu 06 janvier 2022

    En septembre dernier, le FREE COLLEGE lançait sur une année une formation de base par ZOOM ouverte à tous pour découvrir la foi chrétienne. Construite à partir du livre édité par Alain Nisus « Pour une foi réfléchie. Théologie pour tous », cette formation est actuellement à mi-parcours. Il est possible de la rejoindre dès le 12 janvier, un mercredi sur deux jusqu’au 15 juin.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !