« La politique d’asile en Suisse est toujours plus inhumaine », estime Maître Olivier Bigler

jeudi 15 avril 2021 icon-comments 4

Après les affaires Flavie Bettex et Norbert Valley, accusés d’incitation à faire séjourner illégalement en Suisse des personnes migrantes, l’avocat neuchâtelois Olivier Bigler représente aujourd’hui plus d’une dizaine de chrétiens iraniens demandeurs d’asile. « Comme avocat, je suis aux prises avec la violence de ce monde qui est énorme, déclare-t-il mercredi 14 avril dans son étude à Neuchâtel ; et face à une politique d’asile qui se durcit de plus en plus. » 

« Je vais bien mieux que l’humanité », s’exclame Olivier Bigler, 39 ans, en passant la porte de son cabinet. C’est la pause de midi et l’avocat dépose des sushis sur la table. Jovial, d’emblée volubile, celui qui aime le verbe se décrit pourtant comme un « Jurassien taiseux » : « Car je ne me mets pas en colère, je ne suis pas un explosif ! » Cela dit, la question migratoire nous concerne tous, estime-t-il. Car la politique d’asile est toujours plus inhumaine et elle entraîne notre responsabilité à tous. « Les preuves à amener sont constamment plus strictes, il y a un doute systématique de la part du le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM, qui traite les demandes d’asile et pratique les auditions, ndlr) sur les documents et la parole des migrants. Or il s’agit de personnes que l’on côtoie, qui vivent ici. » L’affaire Norbert Valley a en ce sens été un cas d’école, car elle a montré que si l’on ne peut plus accueillir quelqu’un chez soi, si l’on ne peut plus considérer le migrant comme un frère en humanité, on fabrique une « société d’apartheid », une société ségréguée. « Est-ce vraiment ce que nous voulons ? »

Il faut lutter !

Après avoir défendu avec succès Flavie Bettex et Norbert Valley, tous deux accusés d’infraction à l’article 116 de la Loi fédérale sur les étrangers et l’intégration pour « incitation à l’entrée, à la sortie ou au séjour illégaux », respectivement en 2018 et 2020, l’avocat neuchâtelois continue de combattre pour davantage de justice. « Car celle-ci n’est pas quelque chose de naturel : le fort mange toujours le faible. Il faut lutter ! »

Le droit d’asile en question

Chrétien engagé dans l’église évangélique des Saules à Colombier (NE), l’homme est aujourd’hui l’avocat de plus d’une dizaine de demandeurs d’asile iraniens. Selon le SEM, l’Iran respecte ses minorités religieuses historiques, dont les chrétiens. « Mais dans le cas précis, il s’agit de musulmans qui se sont convertis au christianisme. Ils sont alors considérés comme traîtres à la religion, et comme l’Iran est une théocratie, traîtres à l’Etat, car la conversion est un crime religieux puni par les tribunaux religieux dans ce pays, explique posément Olivier Bigler. Ces ressortissants iraniens fréquentent pour la plupart une communauté chrétienne ici en Suisse… et sont donc arrivés chez moi par le biais de connaissance partagées ! » Il faut dire que défendre les demandeurs d’asile, selon lui, n’attire pas beaucoup de vocations. « Car le droit d’asile est sans cesse révisé et se durcit chaque année. Mais combien de temps va-t-il encore exister si les personnes doivent prouver l’impossible et qu’aucun Etat ne délivre de certificat de persécution ou de torture ? »

Choc post-traumatique

Car le Neuchâtelois essaie de défendre par exemple le jeune Togolais que Norbert Valley avait abrité. « Il s’agit d’un militant politique dans son pays qui a été emprisonné, sodomisé, brûlé sur le corps au moyen de cigarettes. » Débouté par le Tribunal administratif fédéral, l’avocat a saisi le Comité des Nations Unies pour la prévention de la torture. Mais les chances sont minces. « J’ai défendu une autre personne en état de choc post-traumatique, qui a vécu ici en Suisse plusieurs semaines dans une cave sans sortir, sans aucun contact avec l’extérieur… » Comme avocat, il se dit aux prises avec la violence de ce monde qui est énorme : « Ce que j’aime pourtant dans mon métier, c’est être à côté des personnes que je défends. Mon travail, c’est de les croire, de les prendre au sérieux. » 

Créer des ponts

Et quand le découragement guette ? « Le métier est dur. Il y a quantité d’ascenseurs émotionnels. Et on est souvent seul. La foi chrétienne qui est la mienne m’aide en me donnant une valeur propre, qui ne dépend pas de ce que je fais ou réussis. Et quand je suis confronté au désespoir, elle me permet de prendre du recul. » En ce qui concerne les Iraniens qu’il défend, cette même foi construit comme un pont entre eux, « par-delà les cultures, les éducations et les langues différentes. Et créer un tel pont me donne une énergie qui se sent au Tribunal ! » Cette foi partagée permet aussi la confiance, un ingrédient essentiel pour ce travail au Barreau. Et l’avocat neuchâtelois d’ajouter encore avoir le privilège de défendre à chaque fois une personne dans une situation particulière et de ne pas être, « Dieu merci », le porte-parole de tous les migrants.

Gabrielle Desarzens

4 réactions

  • Alain NORMAND vendredi, 16 avril 2021 12:14

    Non seulement cet avocat vit sa foi chrétienne sans complexe, au coeur de la pratique de sa profession, mais, ce faisant, il fait progresser notre démocratie toujours plus vers sa libération d'un racisme et d'un nationalisme restrictifs.
    Merci à Olivier Bigler pour son courage et son combat pacifique pour une justice sans frontières basée sur les valeurs spirituelles et éthiques de l'humain !
    Paix en Suisse et sur la terre !

  • Peter Fischer vendredi, 16 avril 2021 14:52

    Je suis heureux et reconnaissant que M. Bigler défende les demandeurs d'asile et les aide à déposer leur demande et à obtenir leurs droits.

    Cependant, je ne comprends pas sa déclaration selon laquelle le droit d'asile est rendu de plus en plus dur. Le pourcentage de demandeurs d'asile qui peuvent rester me semble stable. Voir les statistiques du gouvernement fédéral 2020
    https://www.sem.admin.ch/sem/fr/home/sem/medien/mm.msg-id-82180.html

  • Claude Bossoney vendredi, 16 avril 2021 17:49

    Merci à M. Bigler pour son travail combien utile. J'ai l'impression, comme lui, que le droit d'asile devient de plus en plus restrictif en Suisse. Ma femme et moi avons accueilli un migrant érythréen. Le SEM le renvoie car il n'a pas pu prouver son identité. Les considérants du refus, après le rappel de tous les faits connus, commence par cette phrase: "Comme vous n'avez pas pu prouver votre identité, toutes vos assertions sont soumises à caution." Or le SEM avait un moyen simple de vérifier cette identité. Un de ses frères a reçu un permis de séjour. Le SEM le savait mais n'a procédé à aucune confrontation pour vérifier ses dires. En cas de doute il aurait pu faire un test ADN, ce qu'il s'est bien gardé de faire car son argumentation se serait écroulée. Nous essayons aujourd'hui d'obtenir un permis humanitaire. Oui, nous avons besoin de gens comme lui car si la Suisse ne peut résoudre seule le problème de la migration, elle doit faire sa part!

  • Simone Givel samedi, 17 avril 2021 10:22

    Combien je suis contente d'avoir appris à connaître M. Olivier Bigler par l'interview de Mme Desarzens. On y voit du concret, une aide réelle qui fait chaud au coeur. Courage à lui avec l'aide certaine du Seigneur de l'univers.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !