"Moi, Michel Cretegny, le chrétien évangélique qui abat halal le jour de l’Aïd"

mardi 12 septembre 2017 icon-comments 1

 

Quelque 180 clients musulmans se sont suivis vendredi 1er septembre à la ferme de Genthod (GE) de Michel Cretegny, membre de l’Eglise évangélique de Meyrin (FREE). « On est les seuls dans le canton à abattre halal le jour de l’Aïd. C’est compliqué, c’est stressant, dit-il dix jours après la grande fête musulmane. Mais pour moi, cela a du sens et c’est une question d’ouverture ! »

Michel Cretegny, 74 ans, parle clairement : « Tout a commencé à cause de soucis financiers, car j’étais au bord de la faillite. J’ai ouvert l’abattoir en 1989 sans trop savoir où j’allais, et j’ai mis ma confiance en Dieu... qui m’a envoyé des musulmans, ainsi que beaucoup de réfugiés qui logeaient à l’époque dans un centre d’hébergement tout proche. Je dois en fait la survie de mon entreprise à ces deux populations. Et au travers d’elles, nous avons été bénis ! » Le conte « halal » de ce chrétien évangélique débute en effet par sa rencontre avec Hafid Ouardiri, imam de la grande mosquée de Genève dans les années 90. Celui-ci cherchait un endroit où envoyer ses fidèles s’approvisionner régulièrement en viande halal et acheter aussi de l’agneau notamment à l’occasion de l’Aïd, cette grande fête musulmane qui célèbre le sacrifice d’Abraham, et lors d’autres rites religieux, comme à l’occasion de naissances. « Il est venu contrôler les appareils que j’utilise pour étourdir l’animal. Puis m’a fait une lettre certifiant que mon établissement était conforme. » La ferme de Michel Cretegny est aujourd’hui la seule dans le canton de Genève agréée par le Service des affaires vétérinaires pour réaliser le rituel religieux musulman. « Le mode d’abattage est le même que celui qui est pratiqué pour la consommation suisse. Sauf que dans le cas précis, le client prie avant qu’on sacrifie l’agneau, dont la tête doit être tournée à l’est, en direction de La Mecque. »

Journée éreintante

Dix-sept personnes ont été, vendredi 1er septembre, à pied d’œuvre dans « la ferme aux moutons » de Michel Cretegny. Un personnel qui a travaillé de 7h à 19h. « Le client choisit l’animal que l’on abat tout-de-suite, il paie comptant (entre 400.- et 600.- le mouton, ndlr). Un contrôleur officiel du service vétérinaire contrôle le processus d’abatage ainsi que la qualité de la viande. Et le client peut repartir avec sa marchandise tout de suite », résume notre homme. Non sans ajouter que des représentants de la grande mosquée étaient présents : « Parce que l’Aïd se veut aussi une fête du partage : ces responsables religieux ont ainsi récolté les parts de viande que chacun a voulu donner aux nécessiteux. »

Depuis 3 ans, l’exploitation a été remise à une tierce personne qui exploite en gérance ses locaux. « Je participe actuellement comme aide bénévole », indique Michel Cretegny, qui a posé ses grands couteaux après un début de mois éreintant, mais qui assure à chaque fois une bonne part du chiffre d’affaire. Les musulmans de Genève savent-ils qu’il est chrétien ? « Oui, ils le savent. Ils sont très contents que je croie en Dieu et me font confiance. Plusieurs estiment d’ailleurs que je pourrais moi-même trancher la gorge de l’animal. Mais j’ai toujours une personne de confession musulmane qui pratique cette tâche. »

Accueillir le musulman

Les clients sont aujourd’hui des habitués. « Depuis qu’on a ouvert, un Africain vient chaque année me réserver de la viande pour toute sa communauté. Nous avons une relation privilégiée : il a même une fois rendu visite à ma femme qui était à l’hôpital ! Je ne sais pas de quel pays il vient exactement, mais les liens sont forts. » A la question de savoir s’il est cohérent pour un pilier d’Eglise comme lui de s’adonner au rituel halal, Michel Cretegny rétorque que c’est par l’ouverture à l’autre qu’on témoigne le mieux. « Il faut accueillir le musulman », souligne-t-il. Et de rajouter cette anecdote : « Il y a quelques années, un musulman est venu et m’a dit que c’était son patron, un chrétien des Assemblées des frères, qui lui avait donné l’argent nécessaire pour qu’il passe une belle fête. Cela m’a réjoui ! »

Gabrielle Desarzens

1 réaction

  • Roger Moret jeudi, 21 septembre 2017 20:57

    Merci Michel,
    Merci Madame Desarzens,
    pour ce témoignage d'ouverture, de relations humaines, et d'accueil.
    En somme, n'est-ce pas ce que Jésus à fait : privilégier les relations humaines, par-dessus les barrières culturelles et religieuses, sans renoncer à être, pour Lui, "Je suis", pour nous : témoins de Lui ...
    Tout un programme pour le disciple que je veux être ...
    Merci ... et bonne suite
    Roger

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

  • La foi d’une Libanaise

    Ven 14 juin 2024

    Au nord d’Israël, Jésus a mis en évidence la foi d’une païenne et les préjugés de ses disciples. Une interpellation à propos de nos propres préjugés. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !