Le PDC valaisan Benjamin Roduit a pris une année sabbatique pour « s’engager différemment »

lundi 14 mai 2018

Le conseiller national Benjamin Roduit et son épouse Anne ont pris une année sabbatique pour se lancer dans quatre projets très différents, notamment auprès des plus démunis. Une aventure humaine et spirituelle dont ils en témoignent dans une émission radio et dans un livre qui vient de sortir de presse1.

Devenu conseiller national ce début d’année suite à l’affaire Buttet, Benjamin Roduit, 55 ans, siège à Berne avec encore des histoires plein la tête de ce qu’il appelle « son année différente ». Celle-ci l’aura mené avec sa femme Anne de septembre 2016 à juin 2017 d’abord sur les chemins de St-Jacques de Compostelle, puis à Haïti dans un dispensaire des Sœurs de Mère Teresa. En hiver 2016-2017, le couple s’engage comme bénévoles à l’hospice du Grand St-Bernard. Il se rend enfin au Bénin, en Afrique, avec la Fondation Zedaga pour former des enseignants.

Pour en parler, on refait la route à peaux de phoques jusque vers les chanoines qui restent à l’année à 2'500 mètres d’altitude. Benjamin saisit les lattes et les oriente direction montée. Un couple d’aigles plane au-dessus de nous, tandis que les marmottes, sorties de leur hibernation, s’amusent sur les pentes. Nous nous engageons dans la Combe des Maures. A mi-parcours, il sort de son sac du thé chaud, sa femme propose des ananas séchés du Bénin.

Pourquoi cette pause d’une année? « Après trente ans d’expériences familiales, professionnelles, sociales et politiques, je souhaitais un engagement différent. Donner du temps à des personnes peut-être plus dans le besoin », déclare Benjamin. Au Grand St-Bernard, il dit avoir appris la sérénité, l’acceptation de l’imprévu. Et souligne aussi avoir retrouvé une spiritualité terre-à-terre dans ce coin des Alpes. A l’arrivée devant les murs de l’hospice, il ajoute : « Tout à l’heure, j’avais comme le sentiment d’être accompagné par le Tout Autre, par Celui qui nous pousse à être solidaires. »

La foi indispensable

Le couple dit aujourd’hui avoir découvert une nouvelle disponibilité à l’autre. Et un dépouillement salutaire. Mais le nettoyage des sanitaires a été plus difficile à l’hospice du Grand St-Bernard qu’à Haïti, lance tout de go Benjamin. « Car on y côtoie des gens que l’on connaît. Et j’ai dû expliquer que l’accueil de l’autre commence par des tâches toutes simples comme faire les chambres. »

Le livre qui rend compte de leur périple débute par leur première étape : la marche pour se désencombrer… et apprendre à ne pas encombrer les autres.

De son sac à dos pris pour la journée, et pour les besoins de l’interview, Benjamin Roduit sort un chapelet pour évoquer leur séjour haïtien. « Il m’a été offert par la Mère supérieure de la congrégation des Sœurs de Mère Teresa, qui a dû sentir que je n’étais pas très ouvert à ce genre de prière », dit-il en souriant. Dans les pages qu’il a rédigées, il déclare que dans ce pays, « le cœur et l’esprit ne suffisent pas, la foi est indispensable. Parce que dans des situations extrêmes où l’on ne comprend plus rien, où l'on ne maitrise plus rien, où l’on se sent complètement inutile, il n’y a à mon sens que la foi qui peut nous aider à continuer le chemin. » Et notre homme de témoigner avoir tenu un adolescent de 13 ans qui est mort dans ses bras. « A ce moment-là, la foi, le recours à Dieu, à Celui qui peut tout et qui sait tout, permet d’aller au-delà de toutes les valeurs humaines imaginables. »

Lâcher le lâcher-prise

A leur retour, Anne et Benjamin entendaient préserver le plus longtemps possible ce lâcher-prise avec des idées d’engagements sociaux ou humanitaires. « Voire spirituels », glisse le conseiller national. Il précise que cela l’a même amené à renoncer à sa fonction de directeur d’établissement scolaire, pour reprendre l’enseignement. Et puis la politique l’a rattrapé. « Mon plan n’était pas de m’engager en politique à Berne. » Mais, philosophe, il cite Alexandre Jollien: « Il faut savoir lâcher, même le lâcher-prise ».

Gabrielle Desarzens

1 Une Année différente, A la grâce de Dieu, Benjamin Roduit, Ed. Saint-Augustin, 2018.

Une émission radio à écouter

(Cet article est paru dans les colonnes de La Liberté)

  • Encadré 1:

    Bio express

    Marié, 4 enfants, Benjamin Roduit a enseigné durant 18 ans le français et l’histoire au lycée-collège de l’abbaye de St-Maurice, avant de diriger pendant 13 ans le lycée-collège des Creusets à Sion, où il enseigne actuellement à 50%. Féru de sport et de montagne, il a fait la Patrouille des glaciers plus d’une dizaine de fois et gravi tous les 4'000 de Suisse. Il a été membre du comité des recteurs suisses pendant huit ans et président de la commune de Saillon, où il habite.

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !