Irak : Pascale Warda, une ancienne ministre, plaide la liberté de conscience, y compris pour que les musulmans puissent changer de religion

Irak : Pascale Warda, une ancienne ministre, plaide la liberté de conscience, y compris pour que les musulmans puissent changer de religion
(Emmanuel Ziehli (Stop Pauvreté)) icon-info
lundi 21 mars 2016

Du 17 au 19 mars, l’ONG Hammourabi pour les Droits de l’homme a organisé un atelier à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, pour faire le point sur la liberté religieuse en Irak. Pascale Warda, ancienne ministre des réfugiés et de l’immigration, organisait l’événement dans le cadre de son mandat de présidente de Hamourabi pour les droits de l’homme. Cette catholique engagée se confie.

Pourquoi est-ce important de mettre sur pied un Atelier de travail sur la liberté de religion et de pensée en Irak ?

Parce que la religion des gens est ciblée dans les conflits que nous avons en Irak : que les Irakiens soient chrétiens, yézidis, bahaïs… Dans un pays qui est un peu le berceau des religions, pourquoi ne pourrait-on pas être de la religion que l’on souhaite ? Dans un pays qui a décidé de se démocratiser, cette dimension est l’expression des droits fondamentaux de l’être humain. De plus, l’Irak a signé nombre de textes internationaux qui demandent le respect des droits humains élémentaires. Même si les politiciens d’aujourd’hui sont les premiers à ignorer ce que d’autres ont fait avant eux, il faut le leur rappeler. Ils ont des responsabilités internationales à respecter.

L’Irak a adopté une nouvelle constitution en 2005. Qu’offre-t-elle dans le domaine du respect de la liberté de religion ?

La constitution irakienne est un document complexe. Il s’agit à la fois d’un texte qui prône un régime civil, mais qui, dans le même temps, affirme dans son article 2 que toutes les lois dépendent de la charia, la loi islamique. Donc, aucune loi ne peut être promulguée en contradiction avec les principes islamiques.

Vu que dans l’article 1, il est précisé que l’Irak est un Etat démocratique, nous assistons constamment à une sorte de jeu de tirage de corde, où chacun tente de tirer la corde à soi. Et c’est le plus lourd qui gagne ! Par ailleurs, vu que, dans les comités juridiques où on discute des lois, les religieux musulmans sont majoritaires, c’est toujours leur avis qui l’emporte !

Concrètement, qu’est-ce que cette constitution garantit en matière de liberté religieuse pour vous qui êtes chrétienne ?

Après toutes les pressions que nous avons faites, elle mentionne la réalité du respect pour toutes les religions. Mais chaque fois que vous faites quelque chose, il faut savoir dans quelle mesure c’est « charia-compatible ». Les Assyriens, les Chaldéens, les Turkmènes, les Yézidis et d’autres voient leurs droits linguistiques et culturels garantis. Mais pour tout ce qui regarde le code civil et le code personnel, de nombreux points sont contraires aux principes chrétiens.

Au plan international, l’un des critères de la liberté de conscience dans un pays, c’est la possibilité de changer de religion. Qu’en est-il en Irak actuellement ?

Actuellement, dans le cadre des campagnes que nous mettons en place, c’est l’un de nos axes d’action : demander davantage de droits pour les musulmans, parce que les personnes de toutes les convictions ont le droit de changer de religion, sauf les musulmans ! 90 pour cent des Irakiens sont musulmans et 90 pour cent de nos concitoyens ne sont pas libres !

Dans les dictatures qui se sont succédé, on pouvait se permettre de faire cela. Mais maintenant, dans le système démocratique que nous essayons d’instaurer dans notre pays, cela n’a plus lieu d’être.

Quand vous regardez la situation des religions dans le Kurdistan irakien, avez-vous l’impression que cette région est à l’avant-garde en matière de respect de la liberté religieuse ?

Vous allez trop loin en disant cela ! C’est une région qui voudrait développer beaucoup de choses en matière de liberté, mais il faut savoir que les islamistes sont très actifs et peuvent opérer des retours en arrière majeurs, que ce soit contre les yézidis ou les chrétiens.

Chaque vendredi, vous entendez que, dans certaines mosquées, même dans le Kurdistan irakien, certains ont appelé à la violence contre les non-musulmans. Les autorités essaient de réprimer cela. Mais ce n’est pas facile à réaliser vraiment.

Une tradition stipule que les musulmans sont des gens supérieurs et que ceux qui pratiquent d'autres religions sont des « kouffars », des gens qui injurient Dieu. Cette culture est installée dans la tête de nos concitoyens. Pour nous, ce n’est pas nouveau. Malheureusement nous avons vécu cela tout au long de notre vie, et quand nous essayions de le dire en Europe, les gens nous taxaient d’intolérance à l’endroit des musulmans !

La solution est vraiment la mise en place d’un système démocratique. Les responsables politiques doivent le comprendre. Cela prend du temps, c’est vrai, mais nous voulons construire ce nouveau système. Quand vous regardez les pays limitrophes de l’Irak, ce sont les pires pays en matière de respect des droits démocratiques. Nous n’avons rien à apprendre d’eux. Il faut aller plus loin, en Europe ou en Amérique du Nord.

Comment voyez-vous l’avenir dans ce domaine en Irak ?

Olala ! Je reste pleine d’espoir, pleine d’espérance pour un pays qui est plein de vitalité. Mais quand vous voyez que les moyens utilisés pour défendre la liberté de conscience et de religion sont si minces, cela nous décourage !

Est-ce que vous vous sentez menacée à cause de votre engagement ?

Oui. C’est pour cela que j’ai en permanence un garde du corps. On m’a pris cinq fois pour cible et quatre de mes gardes du corps ont été tués. Les quatre étaient chrétiens. C'était en 2005 à Bagdad, après la fin de ma mission de ministre ! Je suis chrétienne et je me livre à la Providence qui, jusqu’ici, m’a voulue en vie !

Propos recueillis par Serge Carrel

Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

  • Encadré 1:

    Pascale Warda en bref

    Pascale Warda est la présidente de l’ONG Hammourabi pour les droits de l’homme. Elle est aussi la cofondatrice du Réseau des femmes irakiennes. De 2003 à 2004, elle a été ministre des réfugiés et de l’immigration dans le gouvernement intérimaire irakien. Catholique chaldéenne et membre du Parti assyrien démocratique, elle a vécu 15 ans en France à l'époque du régime de Saddam Hussein. Elle a fait des études de philosophie et obtenu une maîtrise en étude des droits humains.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Rencontre générale de la FREE : une nouvelle responsable de la communication a été nommée

    Mer 30 novembre 2022

    La dernière Rencontre générale de la FREE a permis d’ajouter une membre à l’équipe de direction : Sandrine Roulet devient responsable de la communication.

  • En attendant…

    Mar 29 novembre 2022

    Un mime, un clown, un magicien... et la naissance de Jésus. Le spectacle œcuménique « En attendant » met en scène trois ministres dont le pasteur (FREE) Didier Suter de La Neuveville. « Comme chrétien, on peut se profiler pour dire qu’au bout de cette nuit, puisque nos jours décroissent, il y a une lumière », a-t-il dit dimanche 27 novembre dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première.

  • Enseignante et artiste, Sarah Roth publie « L’histoire vraie de Noël »

    Ven 25 novembre 2022

    Mère de famille et enseignante, Sarah Roth est aussi une artiste à la palette variée. Désireuse de faire connaître aux enfants d'âge scolaire le vrai sens de Noël, elle a publié un petit livre retraçant l'histoire de la nativité, illustré avec des dessins en noir et blanc, à colorier. Son prix de 2 francs pièce permet aux Eglises ou aux chrétiens qui le souhaitent d'en commander pour le diffuser largement. Rencontre avec une artiste engagée.

  • Les églises du Qatar inaccessibles aux fans de foot

    Jeu 24 novembre 2022

    Pendant la Coupe du Monde 2022, ouverte dimanche 20 novembre, les fans de foot ou visiteurs étrangers sont encouragés à visiter les musées et les sites historiques du Qatar. Mais ils ne peuvent pas se rendre dans les différentes églises du pays, fermées depuis le Covid-19.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !