Irak : Pascale Warda, une ancienne ministre, plaide la liberté de conscience, y compris pour que les musulmans puissent changer de religion

Irak : Pascale Warda, une ancienne ministre, plaide la liberté de conscience, y compris pour que les musulmans puissent changer de religion
(Emmanuel Ziehli (Stop Pauvreté)) icon-info
lundi 21 mars 2016

Du 17 au 19 mars, l’ONG Hammourabi pour les Droits de l’homme a organisé un atelier à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, pour faire le point sur la liberté religieuse en Irak. Pascale Warda, ancienne ministre des réfugiés et de l’immigration, organisait l’événement dans le cadre de son mandat de présidente de Hamourabi pour les droits de l’homme. Cette catholique engagée se confie.

Pourquoi est-ce important de mettre sur pied un Atelier de travail sur la liberté de religion et de pensée en Irak ?

Parce que la religion des gens est ciblée dans les conflits que nous avons en Irak : que les Irakiens soient chrétiens, yézidis, bahaïs… Dans un pays qui est un peu le berceau des religions, pourquoi ne pourrait-on pas être de la religion que l’on souhaite ? Dans un pays qui a décidé de se démocratiser, cette dimension est l’expression des droits fondamentaux de l’être humain. De plus, l’Irak a signé nombre de textes internationaux qui demandent le respect des droits humains élémentaires. Même si les politiciens d’aujourd’hui sont les premiers à ignorer ce que d’autres ont fait avant eux, il faut le leur rappeler. Ils ont des responsabilités internationales à respecter.

L’Irak a adopté une nouvelle constitution en 2005. Qu’offre-t-elle dans le domaine du respect de la liberté de religion ?

La constitution irakienne est un document complexe. Il s’agit à la fois d’un texte qui prône un régime civil, mais qui, dans le même temps, affirme dans son article 2 que toutes les lois dépendent de la charia, la loi islamique. Donc, aucune loi ne peut être promulguée en contradiction avec les principes islamiques.

Vu que dans l’article 1, il est précisé que l’Irak est un Etat démocratique, nous assistons constamment à une sorte de jeu de tirage de corde, où chacun tente de tirer la corde à soi. Et c’est le plus lourd qui gagne ! Par ailleurs, vu que, dans les comités juridiques où on discute des lois, les religieux musulmans sont majoritaires, c’est toujours leur avis qui l’emporte !

Concrètement, qu’est-ce que cette constitution garantit en matière de liberté religieuse pour vous qui êtes chrétienne ?

Après toutes les pressions que nous avons faites, elle mentionne la réalité du respect pour toutes les religions. Mais chaque fois que vous faites quelque chose, il faut savoir dans quelle mesure c’est « charia-compatible ». Les Assyriens, les Chaldéens, les Turkmènes, les Yézidis et d’autres voient leurs droits linguistiques et culturels garantis. Mais pour tout ce qui regarde le code civil et le code personnel, de nombreux points sont contraires aux principes chrétiens.

Au plan international, l’un des critères de la liberté de conscience dans un pays, c’est la possibilité de changer de religion. Qu’en est-il en Irak actuellement ?

Actuellement, dans le cadre des campagnes que nous mettons en place, c’est l’un de nos axes d’action : demander davantage de droits pour les musulmans, parce que les personnes de toutes les convictions ont le droit de changer de religion, sauf les musulmans ! 90 pour cent des Irakiens sont musulmans et 90 pour cent de nos concitoyens ne sont pas libres !

Dans les dictatures qui se sont succédé, on pouvait se permettre de faire cela. Mais maintenant, dans le système démocratique que nous essayons d’instaurer dans notre pays, cela n’a plus lieu d’être.

Quand vous regardez la situation des religions dans le Kurdistan irakien, avez-vous l’impression que cette région est à l’avant-garde en matière de respect de la liberté religieuse ?

Vous allez trop loin en disant cela ! C’est une région qui voudrait développer beaucoup de choses en matière de liberté, mais il faut savoir que les islamistes sont très actifs et peuvent opérer des retours en arrière majeurs, que ce soit contre les yézidis ou les chrétiens.

Chaque vendredi, vous entendez que, dans certaines mosquées, même dans le Kurdistan irakien, certains ont appelé à la violence contre les non-musulmans. Les autorités essaient de réprimer cela. Mais ce n’est pas facile à réaliser vraiment.

Une tradition stipule que les musulmans sont des gens supérieurs et que ceux qui pratiquent d'autres religions sont des « kouffars », des gens qui injurient Dieu. Cette culture est installée dans la tête de nos concitoyens. Pour nous, ce n’est pas nouveau. Malheureusement nous avons vécu cela tout au long de notre vie, et quand nous essayions de le dire en Europe, les gens nous taxaient d’intolérance à l’endroit des musulmans !

La solution est vraiment la mise en place d’un système démocratique. Les responsables politiques doivent le comprendre. Cela prend du temps, c’est vrai, mais nous voulons construire ce nouveau système. Quand vous regardez les pays limitrophes de l’Irak, ce sont les pires pays en matière de respect des droits démocratiques. Nous n’avons rien à apprendre d’eux. Il faut aller plus loin, en Europe ou en Amérique du Nord.

Comment voyez-vous l’avenir dans ce domaine en Irak ?

Olala ! Je reste pleine d’espoir, pleine d’espérance pour un pays qui est plein de vitalité. Mais quand vous voyez que les moyens utilisés pour défendre la liberté de conscience et de religion sont si minces, cela nous décourage !

Est-ce que vous vous sentez menacée à cause de votre engagement ?

Oui. C’est pour cela que j’ai en permanence un garde du corps. On m’a pris cinq fois pour cible et quatre de mes gardes du corps ont été tués. Les quatre étaient chrétiens. C'était en 2005 à Bagdad, après la fin de ma mission de ministre ! Je suis chrétienne et je me livre à la Providence qui, jusqu’ici, m’a voulue en vie !

Propos recueillis par Serge Carrel

Photos: Emmanuel Ziehli (StopPauvreté)

  • Encadré 1:

    Pascale Warda en bref

    Pascale Warda est la présidente de l’ONG Hammourabi pour les droits de l’homme. Elle est aussi la cofondatrice du Réseau des femmes irakiennes. De 2003 à 2004, elle a été ministre des réfugiés et de l’immigration dans le gouvernement intérimaire irakien. Catholique chaldéenne et membre du Parti assyrien démocratique, elle a vécu 15 ans en France à l'époque du régime de Saddam Hussein. Elle a fait des études de philosophie et obtenu une maîtrise en étude des droits humains.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

LAFREE.INFO

  • Transgenres à l’église : le nouveau défi

    Mer 26 janvier 2022

    Si en Allemagne, plus de 100 prêtres et employés de l’Eglise catholique ont fait collectivement leur coming-out lundi 24 janvier, la question trans s’invite aussi dans l’Eglise en Suisse. Tout récemment, le Réseau évangélique genevois a demandé à une théologienne mennonite de venir en parler aux pasteurs et paroissiens du bout du lac Léman. Philippe Henchoz et Silvain Dupertuis de l’église évangélique (FREE) de Meyrin disent pourquoi dans l’émission Hautes Fréquences de RTS La Première ce dimanche 30 janvier.

  • « Un chrétien sur sept est aujourd’hui persécuté dans le monde »

    Mar 18 janvier 2022

    A l’instar de l’islamophobie, peut-on parler de christianophobie ? Un chrétien sur 7 risque aujourd’hui sa vie à cause de sa foi. Selon Philippe Fonjallaz, directeur de Portes Ouvertes Suisse, le nombre de chrétiens persécutés dans le monde est de 360 millions et n’a jamais été aussi élevé.  

  • Saint-Loup se mue en village thérapeutique

    Ven 14 janvier 2022

    La Communauté des diaconesses a reçu la vision de s’élargir à des familles, couples et célibataires. Elle a demandé à Philippe Bottemanne de l’église FREE de Châble-Croix d’en être le nouveau pasteur et d’accompagner ce projet. La vocation de Saint-Loup qui est d’accueillir les personnes en souffrance demeure et sera même renforcée grâce à la création d’un village thérapeutique.

  • Rejoignez le catéchisme pour adultes du FREE COLLEGE pour les 11 dernières soirées !

    Jeu 06 janvier 2022

    En septembre dernier, le FREE COLLEGE lançait sur une année une formation de base par ZOOM ouverte à tous pour découvrir la foi chrétienne. Construite à partir du livre édité par Alain Nisus « Pour une foi réfléchie. Théologie pour tous », cette formation est actuellement à mi-parcours. Il est possible de la rejoindre dès le 12 janvier, un mercredi sur deux jusqu’au 15 juin.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !