Centre évangélique des 27 et 28 novembre à Paris : faire face à la crise des vocations de manière constructive

vendredi 01 décembre 2023

Tout comme en Suisse, les milieux évangéliques français font face aux défis de la relève pastorale dans les Eglises. Le Centre évangélique, la grande foire évangélique annuelle, s’est tenu en début de semaine à Paris. L'occasion de faire le point sur la crise des vocations et sur les opportunités qui s’offrent pour stimuler l’éclosion des futur-e-s pasteur-e-s et d’autres ministères. Pistes prometteuses !

« D’ici une dizaine d’années, il devrait manquer 600 pasteurs pour faire face aux besoins des Eglises évangéliques de France ! » C’est le constat choc qu’a fait Erwan Cloarec, le président du CNEF, le Conseil national des évangéliques de France, en ouverture du second jour du Centre évangélique d’information et d’action à l’Espace Charenton à Paris.

 

Une réflexion dans la durée

Du 27 au 28 novembre, plus de 1100 personnes ont assisté à la grande foire évangélique qui se tient chaque année à Paris et qui abordait le thème : « Vocations, crises ou opportunités ? » au travers de séances plénières et de « laboratoires d’idées » thématiques en petits groupes.

Pour expliquer le contexte dans lequel intervient cette réflexion, Christophe Paya, professeur de théologie pratique à la Faculté libre de théologique évangélique de Vaux-sur-Seine, explique qu’il s’agit de faire redescendre au niveau des responsables d’Eglises et d’œuvres ainsi qu’au niveau des pasteurs « une réflexion qui a cours depuis plusieurs années entre les fédérations d’Eglises et les lieux de formation, via les Assises de la formation convoquées par le CNEF en 2020 et 2022 ».

 

Résistance des plus jeunes au pastorat classique

Pour faire de cette crise des vocations une véritable opportunité, plusieurs ont souligné qu’il s’agit d’abord de prendre conscience que les générations Z et suivantes ont beaucoup de difficultés avec la vision classique du ministère pastoral. Ces jeunes veulent un cadre de travail plus précis, avec des horaires qui ne font pas du pasteur une personne disponible jour et nuit, et qui permettent le développement d’une vie de famille équilibrée. L’importance du travail en équipe a également été soulignée par plusieurs, alors que souvent le pasteur qui se retrouve dans son premier poste doit faire face tout seul à la tâche qui lui incombe.

Même si des théologiens comme Emile Nicole et Henri Blocher ont souligné la dimension sacrificielle du pastorat et qu’il ne fallait pas « baisser les exigences, mais les assumer avec détermination et joie », comme l’a relevé Emile Nicole dans sa conférence de lundi matin, plusieurs ont souligné que les évangéliques ne pouvaient pas faire l’économie d’une réflexion de fond. Le modèle pastoral traditionnel ne doit plus être aujourd’hui le modèle unique du pastorat. A côté de ce ministère, il importe de valoriser les ministères d’implanteur d’Eglise ou de diaconie, de pasteur jeunesse, d’évangéliste, d’influenceur sur les réseaux sociaux ou de louangeur, comme l’a bien montré le chanteur et musicien Dan Luiten par son animation des temps de louange matinaux.

 

Des opportunités : le pastorat au féminin ou bi-vocationnel

Jéma Taboyan, pasteure dans l’Eglise M à Valence et présidente de l’Union des Eglises évangéliques libres, a aussi appelé à faire de la place aux femmes pour exercer un ministère pastoral dans l’Eglise. Marquée par le fait qu’une grand-maman de son Eglise lui avait confié, en son temps, qu’elle déplorait qu’elle ne soit pas un homme pour exercer un ministère pastoral, Jéma Taboyan a invité les femmes non pas à remplacer les hommes qui n’assumeraient pas la relève pastorale, mais à trouver des espaces où exercer leur service dans la joie et la complémentarité.

Lors de la même table ronde, Nathan Lambert, pasteur de l’Eglise Fireplace à Paris, a plaidé pour l’ouverture aux « ministères bi-vocationnels » (1). Ces ministères à temps partiel permettent aux pasteurs à la fois de servir leur Eglise et de gagner leur vie en exerçant leur métier. Impliqué dans un projet d’implantation d’Eglise, Nathan Lambert propose ainsi ses services de traducteur dans le cadre d’une auto-entreprise. Concrètement, même si le pasteur est moins disponible, il conserve un pied dans la réalité professionnelle et la culture d’aujourd’hui, ce qui permet une approche plus facile de nos contemporains. Ce faisant, il peut permettre à une Eglise de soutenir un autre ministère, par exemple d’évangéliste, complémentaire à un pastorat plus classique.

 

Bien accompagner les plus jeunes

Dans les « labos d’idées » consacrés à la « Vocation pastorale » et aux « Premiers pas dans le ministère : les stages et l’accompagnement initial », plusieurs ont souligné l’importance d’encourager les vocations dans les Eglises locales et de pas hésiter à offrir des possibilités de service aux plus jeunes, y compris dans l’exercice de la prédication. Un pasteur retraité a même souligné qu’une Eglise avait donné la parole à un ado de 15 ans pour qu’il s’essaie au ministère de la prédication ! Certains ont aussi souligné qu’il importait aux différents ministères de donner une bonne image de leur service. Un pasteur expérimenté a relevé qu’il s’interdisait de dire publiquement qu’il était fatigué, de peur de renforcer l’image du pasteur épuisé et frustré, que beaucoup ont déjà !

Par rapport aux vocations des jeunes, Christophe Paya s’est réjoui du fait que l’on parle, dans les fédérations d’Eglises, davantage des questions financières liées aux vocations naissantes. « Cela me gêne, a-t-il expliqué au téléphone, que l’on fasse peser sur l’individu tout le poids de la vocation au ministère. » Le professeur de théologie pratique plaide pour que les Eglises accompagnent les vocations naissantes, non par des « bourses importantes », mais par des « bourses partielles », pouvant avoisiner les trois ou quatre mille euros ou francs par an. « Symboliquement, l’étudiant se sentira entouré et accompagné ! »

 

Soigner les pasteurs en place

Le mardi matin, Xavier Levieils, pasteur et formateur dans les Assemblées de Dieu, a mis le doigt sur la question délicate du nombre impressionnant de pasteurs qui arrêtent leur service avant l’âge de la retraite. Il a relevé que la fatigue et la démobilisation faisaient partie du pastorat, mais qu’il importait aux serviteurs de Dieu de « bien s’entourer et de créer autour d’eux un environnement encourageant, avec des ressources pour bien accompagner leur service ». A partir de la seconde épître de Paul à Timothée, ce pasteur pentecôtiste a tenté de ranimer la flamme des pasteurs découragés, en les invitant à se rappeler de leur appel passé, des résultats actuels de leur ministère et de la plénitude future en Dieu. Il a conclu son propos par un temps de prière pour les personnes exerçant un ministère dans l’Eglise et en difficulté.

Serge Carrel
Chargé de la formation dans la FREE

 

Note

1 Voici quelques articles qui présentent les ministères bi-vocationnels:
- John Koning, « Qu’en est-il du ministère bi-vocationnel ? », Acts 29.
- Mike Pittman, « Bénédictions et avantages du ministère bivocationnel et covocationnel », ncbaptist.org, 6 mai 2020.
- « Qu'est-ce qu'un pasteur bi-vocationnel ? », biblequest.biz.
- Pierre Maignal, « Le pasteur en milieu rural », Les Cahiers de l’Ecole pastorale, no 108, juillet 2018.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !