Des évangéliques discutent d'agroécologie à l’Eglise évangélique Lazare

CAB jeudi 07 juillet 2016

L’Eglise évangélique Lazare (UEER) a organisé une rencontre consacrée à l'agroécologie (1). Grâce à un film et aux témoignages de chrétiens engagés dans des projets d'agriculture alternative, l'assistance a découvert des manières différentes de bien gérer la création. Interpellant !

Le 2 juillet, une soirée consacrée à l'agroécologie (1) a rassemblé une centaine de personnes à l'Eglise évangélique Lazare (UEER), à Bussigny près de Lausanne. Elle était parrainée par le mouvement StopPauvreté.

Dans un premier temps, des extraits du film « Les moissons du futur », de la journaliste d'investigation française Marie-Monique Robin, a montré comment il est possible de cultiver sans utiliser de produits chimiques de synthèse.

La projection a été suivie d'un débat animé par l'ingénieur agronome Roger Zürcher. Intitulé « Pour une agriculture réconciliée avec la terre et la vocation divine », il a donné la parole à six intervenants actifs dans l'agroécologie : Edouard Clottu, agriculteur bio, Norbert Valley, pasteur et jardinier, Pierre Kientega, planteur burkinabé, Claude-Eric Robert, agriculteur bio et fondateur de l’ONG Jethro, Martine Hänni, maraîchère et Beat Waber, pionnier de l’agriculture biologique en Suisse.

Au cœur du débat sur l'agroécologie se trouve l'idée que le système de production actuel ne tient pas ses promesses à long terme et qu'il doit être remplacé par de nouvelles méthodes respectueuses de l'environnement. A cela, les défenseurs de l'agriculture classique répondent que l'agroécologie sans pesticides n'est pas une solution, parce que les rendements atteints sont trop faibles pour nourrir la population de notre planète.

Produire autrement et mieux

Le film « Les moissons du futur » présente des exemples d'agrolécologie tels que le « milpa » au Mexique, une polyculture traditionnelle qui combine maïs, haricots et citrouilles. Le maïs sert de tuteur aux haricots ; les haricot fixent l'azote de l'air et l'apportent au maïs ; les feuilles de citrouilles maintiennent l’humidité du sol ; les plantes sauvages qui poussent au milieu de ces cultures servent de fourrage à des animaux qui produisent du fumier et fertilisent le sol. 

Un autre exemple décrit la culture « push-pull » – pousser-tirer – sans pesticides, ni maïs transgénique, au Kenya. Deux plantes appelées "desmodium" et "herbe à éléphant" sont associées à la culture du maïs. Le desmodium agit comme répulsif contre la pyrale, un ravageur du maïs, et contre l'herbe des sorcières, une plante parasite. L'herbe à éléphant attire la pyrale et tue ses larves. Cette association assure une augmentation de la production de maïs, sans utilisation de pesticides.

Plusieurs exemples de la même veine montrent comment les cultivateurs, s'ils s'engagent sur la voie d'une agriculture respectueuse des équilibres naturels, peuvent restaurer une harmonie détruite par l'agriculture agrochimique et productiviste. Le film dénonce également la mainmise de grandes entreprises qui ont un intérêt financier à ce que la situation actuelle ne s'améliore pas.

Les intervenants au débat ont souligné des avantages de l'agroécologie, tels que la restauration des sols, la production en espaces réduits, la fertilisation au moyen de déchets organiques ou l'abandon de machines agricoles lourdes qui tassent inutilement les sols.

Quant à leurs motivations spirituelles, elles sont liées au respect des consommateurs par la production d'aliments saints. Un intervenant a également souligné que l'agroécologie remet au centre Dieu le Créateur. Elle restaure également une bonne gestion de la nature, telle que Dieu l'a confiée aux humains.

Claude-Alain Baehler

(1) Agroécologie : ensemble de modèles agricoles alternatifs visant à gérer les ressources naturelles en accord avec le développement durable.

Beat Waber était l’un des orateurs invités à la rencontre sur l’agroécologie à l’Eglise évangélique Lazare.

Mouvement StopPauvreté
Eglise évangélique Lazare

  • Encadré 1:
    Commentaire

    A la recherche du Paradis perdu

    De cette soirée très utile, nous sortons émerveillés en découvrant les possibilités de faire évoluer l'agriculture productiviste actuelle vers des méthodes bien plus respectueuses de l'environnement et des humains. Cela dit, le chemin vers une agroécologie suffisamment développée et organisée pour nourrir la planète semble encore long, tant les exemples donnés étaient locaux, microscopiques, éloignés des besoins d'une grande métropole ou d'un pays.

    Il semble également urgent, au vu de la pauvreté des arguments théologiques évoqués lors de cette soirée, de développer une véritable réflexion dans ce domaine. En particulier, afin de ne pas confondre une approche chrétienne et une approche New Age de l'écologie, il est vraiment nécessaire d'inclure la Chute (2) et ses conséquences dans la réflexion. Un détail certes… mais de taille !

    (2) La Chute, décrite dans le chapitre 3 de la Genèse, fait référence à la rupture qui s'est produite entre Dieu et les humains. L'entrée du péché dans le monde a bouleversé l'ensemble de la création. En pratique, cela signifie que les humains, du fœtus au vieillard, sont constitués d'une nature pécheresse, capables de belles choses, mais incapables d'agir, penser et croire de manière vraiment juste et bonne. La nature, quant à elle, souffre de dérèglements irrémédiables et définitifs. Leur ampleur peut et doit être limitée. Mais, quoi qu'ils fassent, les humains ne retrouveront jamais le Paradis perdu.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !