Katia de la Baume : depuis le 1er août, elle dirige la Maison Béthel

mercredi 04 novembre 2015

La FREE compte quelques œuvres sociales. Au nombre de celles-ci, la Maison Béthel à Blonay qui accueille des personnes en souffrance psychique. Portrait de sa nouvelle directrice : Katia de La Baume.

Depuis le 1er août, elle dirige la Maison Béthel à Blonay (VD), une œuvre sociale de la FREE. Katia de La Baume est entrée en service à Béthel en 2013, comme infirmière responsable d’établissement. Aujourd’hui, suite à la création du Pôle santé du Pays-d’Enhaut entre l’EMS Praz-Soleil et l’hôpital régional, elle assume la direction de cette institution qui propose des séjours de courte durée à des personnes en souffrance psychique. « Actuellement, nous avons 17 entrées par mois, pas loin de 200 personnes par an qui viennent pour 2 ou 3 séjours… Soit un taux d’occupation d’environ 80% pour une structure de 21 lits. » Ce qui du point de vue économique devrait garantir la viabilité de l’institution.

De HEC à une école d’infirmière

On le sent : Katia de La Baume, 52 ans, aime les chiffres. Elle est à l’aise dans l’organisation et la mise en place de projets. A coup sûr un reste de sa formation en sciences économiques, acquise dans les années 80. « En fait, lâche-t-elle, j’ai fait cette première formation pour plaire à ma famille. Mon père avait une PME dans le canton de Vaud et j’étais pressentie pour la reprendre. » Mais les choses ne se font pas. Elle se marie, s’installe en France, et devient maman de 4 enfants. Après son divorce et son retour en Suisse, elle reprend des activités en lien avec sa formation en HEC, mais a envie d’autre chose. A 43 ans, elle se lance dans la formation d’infirmière. 4 ans pour acquérir des compétences qui devraient lui permettre de développer ce qu’elle souhaite au fond d’elle-même : transmettre un sens à la vie et surtout être là pour les autres.

Elle rêve alors d’ouvrir une école pour être meilleur parent ou un centre d’accueil pour personnes qui vont mal, notamment des femmes avec enfants. En 2013, une amie la rend attentive au fait que Béthel cherche un nouveau responsable. Katia de La Baume n’est pas convaincue. Elle prend tout de même contact avec le conseil de fondation de Praz-Soleil, Anne-Marie Romain et Michel Bonjour notamment, et se rend compte que les objectifs de Béthel correspondent à ses valeurs. Le 1er octobre 2013, elle commence comme infirmière responsable dans une œuvre en crise, suite au départ de la directrice.

Maria et son chat

Lorsqu’on lui demande ce qui l’a marquée depuis deux ans qu’elle dirige cette institution sociale, Katia de La Baume mentionne des personnes. Elle sort de dessous son écran d’ordinateur des figurines : un caillou peint sur un support par un patient et une figurine, reproduction d’un être humain, duquel on peut soulever une partie de la tête et découvrir quelque chose de rouge. « C’est mon cerveau, relève-t-elle. C’est en tout cas ce que Maria (1), la patiente, m’a dit lorsqu’elle m’a offert cette figurine qui me représente. »

Maria, c’est le prénom d’une femme de 26 ans qui a marqué Katia de La Baume profondément. Au point qu’elle lui a consacré son mémoire de certificat d’études avancées en psychiatrie clinique, une formation que la nouvelle directrice de Béthel vient de terminer à Lausanne. « Maria est une jeune femme adoptée enfant, maltraitée et rejetée par ses parents adoptifs, explique-t-elle. Elle avait tout de ‘l’animal apeuré’, plongé dans une souffrance énorme. Au point que tout son réseau médical avait peur de ses réactions. » L’accompagnement prend une année, piloté par la démarche appelée « Rétablissement » (Recovery). Il s’agit de gagner la confiance de Maria, de négocier avec elle un plan de crise à mettre en place quand elle ne va pas bien et reste recluse dans sa chambre. Il s’agit aussi de travailler à un projet de vie. Sans imposer quoi que ce soit, mais en la laissant exprimer ses besoins et ses désirs. Au milieu de cette prise en charge, il y a aussi un séjour en prison et des séjours en hôpital à insérer ! Suite à tous les efforts de l’équipe soignante de Béthel, Maria reprend le fil de sa vie et se souhaite un chat : « Une sorte de doudou qu’affectionnent les enfants et qui font office d’objet transitionnel », ajoute Katia de La Baume.

Redonner espoir

Ce qui fait sens à Béthel pour cette mère d’une famille nombreuse, c’est « d’offrir une structure pour redonner espoir, de permettre à une personne un nouvel accès à son être intérieur. Si en plus elle peut faire un lien avec ‘l’amour christique’, c’est gagné ! » ajoute cette réformée d’origine, qui a poursuivi son parcours de foi en milieu catholique. Avec un ancrage fort à l’hospice du Grand-St-Bernard, « le lieu où j’ai eu une véritable ‘révélation’ de Dieu », complète-t-elle.

Serge Carrel

Site de la Maison Béthel.

Note
1 Prénom d’emprunt.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    « Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

    En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

    jeudi 02 septembre 2021
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021

eglisesfree.ch

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

  • Partenariat reconduit entre la FREE et Médias-pro

    Mar 29 juin 2021

    La Convention qui lie la FREE et Médias-pro pour la poursuite du travail de Gabrielle Desarzens dans le service public a été renouvelée mardi 22 juin entre les instances concernées. Les compétences de la journaliste ont à nouveau été unanimement reconnues et saluées.

LAFREE.INFO

  • Les écoles du dimanche sont un peu à la peine

    Ven 28 janvier 2022

    La crise sanitaire, ainsi que l’introduction du Certificat Covid, ont secoué les Eglises, mais aussi fragilisé les écoles du dimanche. Les parents sont moins réguliers au culte, soit par choix, soit par obligation. Du coup les enfants sont moins nombreux à l’église… ou plutôt moins réguliers.

  • RTS Espace 2 retransmet deux cultes de l’Eglise évangélique « La Fraternelle »

    Ven 28 janvier 2022

    RTS Espace 2 retransmet les cultes du 30 janvier et du 6 février 2022, en direct de l’Eglise évangélique « La Fraternelle » (FREE), à Nyon.

  • Que faire, lorsque l’école du dimanche est à la peine ?

    Ven 28 janvier 2022

    Dans la foulée d’un article paru dans le journal Vivre, intitulé « Les écoles du dimanche sont un peu à la peine », la Commission enfance de la FREE a rassemblé des suggestions concrètes. Celles-ci devraient aider les Eglises et les familles à entretenir le lien, mais aussi à nourrir spirituellement les enfants.

  • Dimanche 30 janvier: des cultes en ligne à vivre avec nos Eglises ou des médias évangéliques

    Jeu 27 janvier 2022

    Les mesures sanitaires mises en place par le Conseil fédéral incitent lafree.info à publier une liste des cultes à suivre tous les dimanches sur les réseaux sociaux ou via DieuTV ou Radio R. Vous êtes à la recherche d'un culte ce dimanche, alors n'hésitez pas à suivre celui d'une de nos Eglises. Nous vous souhaitons une bonne célébration à distance!

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !