Véronique Lambelet: Jésus lui donne l’amour inconditionnel qu’elle cherchait

Véronique Lambelet samedi 08 avril 2017

Véronique Lambelet est la coordinatrice romande de la campagne StopPauvreté. Avant de s’engager dans le plaidoyer pour les plus pauvres sur la planète, elle a dû surmonter un obstacle majeur : le regard des autres. Elle évoque ici sa libération !

J’ai eu une enfance normale, dans une famille aimante, entourée de parents attentionnés, avec une scolarité normale. Très sensible au regard des autres, je souhaitais m’intégrer dans le monde qui m’entourait, plaire à mes amis, à ma famille, sans faire de vagues, en fuyant les conflits. Je cherchais l’acceptation, l’amour et la valorisation dans le regard que les autres me portaient, et je voulais absolument être libre de faire ce que je voulais, quand cela me plaisait, tout en étant aimée de ceux qui m’entouraient.

Chercher l’amour inconditionnel dans le regard des hommes

Jusqu’à l’âge de 30 ans, j’ai cherché un amour inconditionnel dans le regard des hommes. J’avais envie d’être aimée sans limite, et je cherchais tous les moyens pour y arriver. Je mentais, je manipulais, je trichais. Je consommais sexe, drogue et alcool, et je cherchais mes propres limites ainsi que celles des autres.
Pourtant, je n’aimais pas les gens. Blessée, écorchée, cachée derrière une façade dure, froide et distante que je montrais à ceux qui m’entouraient, je souffrais de ne pas pouvoir être en contact plus intime et intense avec les autres. Je me méfiais, je jugeais tout le monde et je n’hésitais pas à médire des gens que je côtoyais.
En 2007, alors que j’étais embourbée dans une relation sans avenir, j’ai tenté de me suicider avec de l’alcool et de la drogue, car la souffrance était trop intense et insupportable. Il m’a fallu quelques années pour me remettre psychologiquement de cette tentative de suicide.

Elle lève la main sans trop savoir !

En 2010, un collègue m’a proposé de venir dans son Eglise. Ils y ont fait un appel, demandant si on voulait donner notre vie à Jésus. J’ai levé la main, sans trop savoir ce que ça voulait dire ni quelles en étaient les conséquences. Sur le moment, je n’ai rien ressenti de particulier.
J’ai fréquenté l’Eglise de ces amis pendant quelques semaines, mais je me sentais tellement coupable du style de vie que je menais, honteuse de ce que j’avais fait, que je n’arrivais pas à rencontrer les personnes de cette communauté sans me sentir mal à l’aise par rapport au regard qu’on pouvait me porter.
J’ai passé environ 5 ans dans une sorte de « désert », sans fréquenter de chrétiens, en vivant ma vie, surtout dans la solitude, mais je priais tous les soirs en allant me coucher. Pendant ces 5 ans, j’ai changé en profondeur... Je suis passée par des moments difficiles, mais après ce temps, c’est comme si une nouvelle vie s’était développée en moi. J’ai appris à m’aimer, à marcher à contre-sens de la société et à ne pas avoir besoin des autres pour savoir qui je suis.

Regarder les autres différemment

Maintenant, je n’arrive plus à mentir, et il m’est difficile de jurer. J’aime les gens et je vois leur potentiel, ce que Dieu a mis de meilleur en eux. Je suis pleine de vie, pleine de joie, pleine d’amour, et cela déborde surnaturellement de moi. J’ai un très grand enthousiasme communicatif. Je sais qui je suis, quelle est mon identité propre, et je n’ai plus besoin que les autres me disent ce qu’ils pensent de moi, comment ils me perçoivent ni ce qu’ils apprécient en moi.
Cet amour inconditionnel que j’avais cherché pendant tant d’années, je l’ai enfin trouvé avec Jésus. Le vide que j’avais dans mon cœur a été comblé. La souffrance et la solitude profonde que je ressentais ont disparu et ont été remplacées par un amour puissant, chaud, fort, qui me donne le sourire tous les jours.

Aimée pour toujours

En 2015, je suis retournée à l’Eglise, et j’y ai retrouvé une famille qui m’y attendait. Je me suis découvert de nouveaux dons et je suis heureuse de les mettre au service de ma communauté et de mes amis. J’ai aussi ressenti un appel puissant pour les plus démunis, les plus pauvres, ceux qui sont dans le besoin.
Maintenant, je sais que je suis aimée et que je le serai toujours. Je sais que, quoi que je fasse, quoi que je dise, j’aurai toujours un Père qui m’aimera et qui prendra soin de moi. Un chemin s’ouvre à moi, des choses incroyables, surnaturelles et magnifiques m’y attendent. Dans les moments difficiles, une conviction m’habite : un Sauveur est là pour me soutenir, m’encourager et me réconforter. Et tout cela a un sens.
Véronique Lambelet

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !