Moïse, un combattant pour la liberté

mardi 23 janvier 2018

Il a confronté l’injustice et s’est engagé sur un chemin de libération : Moïse et ses combats peuvent nous inspirer aujourd’hui encore, estime le pasteur et théologien français Antoine Nouis, qui vient de publier un livre sur cette figure biblique.

Moïse est quelqu’un qui ne supporte pas l’injustice. Ce personnage, reconnu par les trois monothéismes, a pris à deux reprises la défense d’un opprimé. Il a d’abord vu un Hébreux se faire maltraiter par un Egyptien, qu’il a tué. Puis, arrivé au pays de Madian, il voit une bergère malmenée par des vauriens. Et là encore il prend sa défense. « Moïse n’est pas quelqu’un qui s’est montré prudent et sage. Il réagissait contre l’injustice immédiatement, indique Antoine Nouis. Il peut être source d’inspiration très concrètement pour chacun d’entre nous en ce 21è siècle. »

- Il y a plusieurs grands moments dans la vie de Moïse, comme la sortie d’Egypte...

« La sortie d’Egypte évoque notre rapport à la liberté. Tout le monde veut être libre. Mais qui est d’accord d’en payer le prix ? Nous sommes paradoxalement aspirés par le conformisme et revendiquons le droit de faire exactement comme les autres. C’est l’exact contraire de la liberté, qui se paie en termes de solitude, de risques. Or dans le texte, il y a un appel, une exigence à la liberté. J’ai lu récemment quelque chose qui m’a fait réfléchir : « Si jamais je devais ajouter un onzième commandement, ce serait  Tu ne copieras pas ». Une façon d’inviter chacun à agir en fonction de sa propre foi, de ses propres valeurs. »

- Il y a aussi la traversée de la mer Rouge : que signifie-t-elle ?

« Il y a là quelque chose d’éminemment symbolique. La traversée de la mer dans les représentations bibliques est un symbole de mort. Pour les Hébreux, c’était le lieu du froid, du mouillé, du ténébreux. Il s’agissait de sortir de l’économie de la soumission et de l’esclavage, pour accéder à une nouvelle réalité. Au niveau personnel, il faut s’interroger sur les mers que je suis appelé à traverser ; de quels esclavages dois-je me libérer, en sachant que cette libération est un chemin. Et un combat. »

- Les 40 ans dans le désert...

« C’est le temps qui a été nécessaire aux Hébreux pour accéder à une réalité nouvelle. Cela me dit que mon propre chemin de libération est un chemin qui prend du temps. Et qui nécessite du courage. Pour ne pas vivre selon le regard des autres, mais selon ce qui est fondateur pour nous. Dans ce chemin de libération qui peut durer, la tentation de la régression est toujours présente. Avec une dimension intéressante : quand le peuple râle, dit qu’il avait en Egypte des marmites pleines de viande... Mais celles-ci n’ont jamais existé ! Le peuple en Egypte était affamé. La libération passe ainsi aussi par ce que j’appelle faire une ascèse de la lucidité, c’est-à-dire quitter ses illusions pour voir le réel tel qu’il est et pour inscrire notre façon de vie en adéquation avec ce que nous croyons. Si je devais définir cette liberté, je dirais que c’est la cohérence entre ce que nous pensons, ce que nous disons et ce que nous faisons. »

- « Choisis la vie » est l’une des dernières paroles de Moïse...

« Oui, et c’est une parole forte. Derrière ces mots, il y a le fondement du comportement éthique. C’est-à-dire que quand nous sommes devant un choix, nous pouvons toujours nous demander quelle est la situation où il y a le plus de vie. Cette injonction, nous pourrions la mettre au début de nos journées, au début de toutes (tous ?) nos (comportements ?) relations, de toute vie en communauté. »

- Mais qui choisirait la mort ?

« Souvent, on aime bien se laisser enfermer dans nos habitudes, dans des relations mortifères, des relations qui ne sont pas très vivantes, mais finalement confortables. Cela ressemble un peu à la servitude, à L’Egypte. L’aspiration de l’Ecriture, c’est au contraire vouloir nous libérer pour que nous aspirions à la vie pour nous et notre prochain. Je pense que c’est très pertinent pour aujourd’hui. »

Gabrielle Desarzens

L’interview complète est à écouter dans l’émission radio Babel sur Rtsreligion.ch

« Moïse, les combats de la liberté », Antoine Nouis, éditions Empreinte : 2017

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !