Pasteur Saïd, trois mois après la tuerie de Charlie Hebdo

mercredi 25 mars 2015

Du 20 au 22 mars, Pateur Saïd était en Suisse romande pour une série de spectacles et de rencontres. L’auteur des one man shows « Liberté, égalité, couscous » et du « Fils prodigue en version orientale » a fait le point sur l’émergence de l’islamisme suite à la tuerie de Charlie Hebdo.

« Si l’islam est amour et paix, pourquoi les autorités religieuses musulmanes n’acceptent-elles pas qu’un musulman comme moi soit devenu chrétien ? » Saïd est pasteur et comédien, Français d’origine marocaine. De passage en Suisse romande, il fait le point sur les relations avec l’islam trois mois après la tuerie de Charlie Hebdo.

Du respect pour les musulmans, mais le droit de critiquer l’islam

Dans son franc-parler de « rebeu » des banlieues, il opère une distinction, qui lui paraît centrale, entre islamophobie et musulmanophobie. Trop souvent, relève-t-il, certains acteurs médiatiques confondent ces deux discours. Il s’agit de respecter les personnes, mais de ne pas être « naïfs » par rapport à la vision du monde qu’elles véhiculent. Pasteur Saïd plaide pour le respect des musulmans et pour un accueil des migrants qui soit digne de l’Evangile de Jésus-Christ. « Les musulmans ont le droit de vivre leur foi en Europe de manière digne et dans le respect, souligne-t-il avec force. Mais il faut que nos sociétés maintiennent la possibilité de débattre librement de l’islam. »

Une fois ces deux principes posés, Pasteur Saïd déplore la manière dont les médias français ont présenté les djihadistes à l’origine de la tuerie de Charlie Hebdo ou de l’Hyper Cacher. « Ce ne sont ni des victimes, ni des paumés, ni des malades mentaux ! lâche-t-il. Dire qu’ils ne sont pas responsables de leurs actes est aberrant. Il faut rattacher le phénomène du djihadisme au Coran, et à certaines sourates qui sont de véritables incitations au meurtre et à la violence. » Il est donc important aujourd’hui, pour ce pasteur qui rencontre beaucoup de responsables religieux musulmans et chrétiens, de poser des questions aux autorités de l’islam.

Pourquoi pas d’égalité religieuse ?

Première question à poser : pourquoi l’islam ne parvient-t-il pas à accepter le principe de l’égalité religieuse entre tous les humains ? « Parce que tant qu’il n’y a pas égalité religieuse entre musulmans et chrétiens par exemple, il n’y a pas d’égalité civique », relève-t-il. Pour preuve la situation des chrétiens dans des pays comme l’Egypte ou l’Algérie.

Pasteur Saïd lance une deuxième question aux responsables religieux musulmans : « Quand accepteront-ils la conversion à une autre religion comme une liberté fondamentale de tout être humain ? Et pas seulement la conversion à l’islam, mais aussi les conversions de l’islam à une autre religion, voire à l’athéisme ! »

Une troisième question doit aussi leur être posée : pourquoi n’y a-t-il pas de réciprocité dans l’ouverture de lieux de culte ? « Quand les chrétiens algériens, par exemple, bénéficieront-ils de la même liberté d’ouvrir des Eglises que les musulmans algériens ou marocains d’ouvrir des centres islamiques en France ou en Suisse ? »

Une quatrième pratique n’est pas admissible, ajoute Pasteur Saïd : le fait qu’il est possible à un musulman d’épouser une femme issue d’une religion du livre, mais qu’il est impossible à un chrétien, par exemple, d’épouser une musulmane sans qu’il n’adhère à l’islam.

Refus de la tactique du grignotage

Pour permettre à la religion musulmane d’évoluer, Pasteur Saïd invite les chrétiens à être fermes et à ne pas se laisser vaincre par la « tactique du grignotage » que mettent en place certaines autorités musulmanes, qui, petit à petit, parviennent à faire passer dans nos sociétés occidentales des cantines halal, des horaires de piscine propres aux femmes… autant de pratiques qui n’ont pas à avoir cours dans les sociétés européennes. Selon ce pasteur et comédien, suite à la tuerie du 7 janvier, il est essentiel que les musulmans opèrent une relecture critique du Coran, et notamment des sourates qui appellent au crime et au meurtre des « infidèles ». Les Occidentaux devraient aussi se montrer beaucoup plus critiques à l’endroit de pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar ou la Turquie qui sont de véritables soutiens à l’expansion politique, sociale et cultuelle de l’idéologie islamiste.

Face au « tsunami islamiste » auquel nos sociétés ont à faire face, les chrétiens ne doivent ni se résigner, ni avoir peur. « Je suis chrétien, mais pas crétin ! lâche Pasteur Saïd. C’est notre mission de rencontrer et d’accueillir les musulmans, et de ne pas renoncer à un débat critique avec l’islam ! »

Serge Carrel

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !