« Les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi ! »

Mathieu Maillefer jeudi 02 septembre 2021

En octobre dernier, le verdict du Tribunal constitutionnel polonais rendant l’avortement quasi illégal a provoqué de nouvelles grandes manifestations dans le pays. Pasteur dans la plus ancienne église évangélique de Varsovie, Samuel Skrzypkowski, 31 ans, nous donne son regard sur la crise traversée actuellement par la Pologne sur le sujet.

S SkrzypkowskiLa Pologne est devenue l’un des pays les plus restrictifs en matière d’avortement en Europe… alors que le Parlement européen a voté en juin une résolution qui désigne l’avortement comme un droit fondamental pour toutes les Européennes. Entre catholiques conservateurs et militants pro-avortement, les fronts se cristallisent. Mais qu’en est-il des évangéliques ? Samuel Skrzypkowski, pasteur jeunesse de l’Eglise baptiste de Varsovie, livre ses impressions à Gabrielle Desarzens, qui s’est rendue sur place pour un reportage diffusé dimanche 5 septembre sur RTS La Première1.

  • Combien d’évangéliques êtes-vous en Pologne ?

Sur une population de 38 millions d’habitants, on dénombre entre 50'000 et 100'000 évangéliques ; on parle donc d’environ 0,01% de la population. Malgré ce faible nombre, les milliers d’évangéliques sont très actifs et présents dans la société polonaise. Et les églises évangéliques sont en croissance un peu partout dans le pays.

  • Vous sentez-vous proche des catholiques de ce pays ?

Sur certains points oui mais sur d’autres beaucoup moins. L’église dans laquelle je suis pasteur s’est retirée des mouvements œcuméniques. Nous avions le sentiment que nous ne prêchions pas le même Évangile. Nous préférons donc nous focaliser sur des actions concrètes et pratiques en commun, comme l’aide aux pauvres, ou la lutte contre l’avortement, plutôt que de vivre des célébrations ensemble où nous nous mentons les uns aux autres.

  • Est-ce un problème pour vous que l’église catholique soit si proche du gouvernement ?

Oui, assurément ! D’après mon opinion, une alliance entre le gouvernement et l’église n’est jamais profitable à aucune des parties. L’église ne devrait pas s’immiscer dans la politique ni donner d’opinions de vote. Elle doit rester l’Église de tous et respecter les opinions de chacun de ses membres.

  • Que pensez-vous du récent vote européen de juin qui désigne l’avortement comme un droit fondamental ?

Je désapprouve cette prise de position du parlement européen. Lorsque la Pologne est entrée dans l’Union Européenne, il y a eu énormément d’enthousiasme et d’espoir de croissance – notamment sur le plan économique – de la part de la population. Si l’UE a apporté beaucoup de choses positives à la Pologne, il faut aussi qu’elle sache laisser son indépendance à chaque pays, notamment sur les points éthiques tel que l’avortement. Ce n’est pas à l’Europe de décider pour ses pays membres ce que sont ou non les droits humains.

  • On dit que 69% de la population polonaise est aujourd'hui favorable à l’avortement : est-ce que les chrétiens qui y sont opposés ne sont pas en train de perdre la partie ?

C’est possible. Mais les chrétiens ne sont pas là pour gagner une loi, ils sont là pour gagner des âmes à Christ ! Selon moi, l’avortement n’est pas une affaire de christianisme, c’est une affaire de justice. Autant les chrétiens que les non-chrétiens doivent lutter pour la vie !

  • Pensez-vous que les chrétiens doivent prendre part à la discussion sur l’avortement ?

Oui bien sûr ! De la même manière que des chrétiens se sont levés pour défendre les Juifs lors de la 2e Guerre Mondiale et qu’ils se lèvent actuellement pour soutenir les personnes en situation de handicap qui sont actuellement les grands négligés du gouvernement. Les chrétiens doivent toujours se battre pour les droits humains de toutes les personnes, y compris pour celles qui ne sont pas encore nées.

Propos retranscrits par Mathieu Maillefer

 

1 « En Pologne, tu n’avorteras pas ! » Tel est le titre de l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 5 septembre sur RTS La Première. A écouter ici. Gabrielle Desarzens a fait le point sur la question de l’avortement qui secoue la Pologne. Elle a tendu son micro aux femmes militantes comme aussi aux catholiques conservateurs, dans ce pays où l’Eglise catholique est une forte composante de l’identité nationale.    

  • Encadré 1:

    Repères

    Depuis octobre 2020, l’avortement en Pologne n’y est plus autorisé que dans deux cas : en cas de grossesse résultant d’un viol ou d’inceste, ou lorsque la vie de la mère est en danger. Le Tribunal constitutionnel polonais, étroitement contrôlé par le pouvoir national-conservateur du PiS, le parti Droit et Justice, a en effet déclaré l’avortement pour raison de malformation du fœtus contraire à la Constitution. Cette décision a provoqué une véritable ébullition sociale, avec les plus grandes manifestations que la Pologne ait connues depuis la chute du communisme en 1989. Aujourd’hui, dans cet Etat qui compte plus de 37 millions d’habitants, il y a moins de 2’000 avortements légaux par an, selon les données officielles. Avec un avortement rendu quasi illégal, les organisations féministes dénoncent donc un retour en arrière, puisque l’avortement était autorisé et gratuit entre 1956 et 1993, sous le régime communiste.

    En 1993, quatre ans après la chute du communisme, le gouvernement polonais de centre-droit, très proche de l’Eglise catholique, a interdit l’avortement. Mais il a introduit trois exceptions : en cas de viol, d’inceste, de danger pour la mère ou de malformation du fœtus. Il s’est agi d’un compromis avec la puissante Eglise catholique, ultra majoritaire en Pologne, où le catholicisme est une véritable composante de l’identité nationale.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !