La migration importe son lot de tensions religieuses

vendredi 18 mars 2016

En Allemagne, les migrants sont toujours plus nombreux à demander le baptême chrétien. Un pasteur tire la sonnette d’alarme: le rite peut les mettre en danger.

Le pasteur Helge Hohmann, expert en migration, estime tout d’abord que si le nombre de migrants qui se font baptiser augmente, ce n’est ni parce que l’Eglise intensifie sa démarche d’évangélisation, ni parce qu’ils pensent que cela facilitera leur demande d’asile. Selon lui, il s’agit d’une simple opération mathématique : le nombre de migrants augmente, donc le nombre de baptêmes aussi.

Mais ce responsable de l’immigration pour la paroisse de Schwete, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie invite les Eglises à imposer une préparation très rigoureuse à tout réfugié souhaitant le baptême. Car d’une part, les migrants nouvellement baptisés seront peut-être refoulés. Or, dans une nouvelle de l’agence Protestinter diffusée jeudi 17 mars, il rappelle que dans certains pays, un musulman qui se convertit au christianisme risque la peine de mort : l’islam ne conçoit en effet pas de droit à la conversion, ce qu’on appelle l’apostasie.

Le danger réside d’autre part dans les pays d’accueil : le pasteur souligne que des migrants qui souhaitaient se faire baptiser se sont sentis menacés dans leur centre d’hébergement.

Discrimination religieuse

La discrimination religieuse suit ainsi les migrants jusqu’en Europe. Car ils sont nombreux à fuir ce type de persécution… qu’ils retrouvent là où ils ne s’y attendent pas ! C’est ce que révèle l’enquête menée le mois dernier par des journalistes de l’agence World Watch Monitor dans le camp pour migrants de Grande-Synthe, à Dunkerque, dans le nord de la France. Un Iranien converti au christianisme y avait été assassiné fin 2015 et plusieurs autres attaqués à l’arme blanche. Michael Barton, responsable de Portes Ouvertes France, un organisme qui soutient les chrétiens qui vivent sous la menace à cause de leur foi, avait alors indiqué que « les autorités doivent assurer une liberté de croyance dans les camps. » Il est totalement inacceptable que quelqu’un perde sa vie pour sa foi en France, avait-il ajouté. 

Gabrielle Desarzens

Une chronique à écouter sur RTS Religion

Publicité

eglisefree.ch

  • Congo RDC : le pasteur et professeur Bungishabaku Katho se bat pour rassembler les gens de bien

    Lun 22 octobre 2018

    En République démocratique du Congo, l’Etat est faible, les infrastructures en piteux état et la corruption gangrène les transactions administratives. Dans ce contexte extraordinairement difficile où l’eau, l’électricté et les transports relèvent du combat quotidien, des personnalités ne se résignent pas et se lèvent pour faire naître autre chose. Bungishabaku Katho est du nombre. Après avoir occupé des postes à responsabilité, ce pasteur et professeur évangélique lance le Centre Jérémie pour rassembler et encourager « les gens de bien ».

  • A Pune en Inde, les Eglises libres rappellent l’espérance en Christ dans un monde dysfonctionnel

    Ven 12 octobre 2018

    Fin septembre, Marc Gallay, pasteur de l’Eglise évangélique de Lonay et vice-président de la FREE, était à Pune en Inde pour une conférence de la Fédération internationale des Eglises évangéliques libres, l’un des rassemblements internationaux d’Eglises dont la FREE est membre. Il présente ici quelques reflets de cet événement.

  • Un petit livre de Nicolas Farelly pour mieux «Lire l’Evangile selon Jean»

    Ven 12 octobre 2018

    Le samedi 10 novembre, Nicolas Farelly, spécialiste de l’Evangile selon Jean, animera une journée du FREE COLLEGE à l’Eglise évangélique de Cologny (GE), en lien avec son livre : « Lire l’Evangile selon Jean. En route pour la mission ». Pour se préparer à cette journée, voici une présentation de ce livre par Sélina Imhoff.

  • Revue de presse à propos du Dr Denis Mukwege, Nobel de la paix 2018

    Jeu 11 octobre 2018

    Vendredi dernier, nombre d’évangéliques se sont réjouis de voir le Nobel de la paix octroyé conjointement au Congolais Denis Mukwege et à l'Irakienne d'origine yézidie Nadia Murad. Après Leyma Gbovee en 2011, Jimmy Carter en 2002, Martin Luther King en 1964 et Henri Dunant en 1901, Denis Mukwege rejoint cette cohorte de témoins du Christ dont le service d’artisan de paix a été reconnu internationalement. Voici quelques contributions qui renvoient à l’engagement évangélique du Dr Mukwege.

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !