Crissier : l'Eglise qui voulait sortir de ses murs

vendredi 20 novembre 2015

L’Eglise évangélique La Colline (FREE), à Crissier, développe un ministère parmi les migrants du centre d'accueil voisin depuis environ sept ans. Pour la communauté, l'expérience est formatrice.

« J'ai la conviction que chaque Eglise est appelée à répondre à des besoins spécifiques, explique Gaëlle Chanson, l'une des responsables du ministère parmi les migrants de l’Eglise évangélique La Colline (FREE), à Crissier. Il y a environ sept ans, en cherchant des possibilités pour l’Eglise de s'engager à l'extérieur, nous sommes tombés sur un centre qui accueille quelque 400 réfugiés à Crissier. » Des personnes de l’Eglise ont pris contact avec le directeur de ce centre géré par l'Etablissement vaudois d'accueil des migrants (EVAM). Le courant a passé et des liens de confiance ont été tissés.

Aujourd'hui, une équipe de six personnes gère les activités de l’Eglise auprès des migrants. Afin de ne pas devenir des « spécialistes des réfugiés » qui travaillent dans leur coin, cette équipe a décidé de ne pas former un groupe plus ou moins autonome, mais de n'organiser que des activités qui concernent toute l'Eglise.

Avec le temps, la communauté a évolué positivement en manifestant un intérêt croissant pour ce travail parmi les migrants. « La rencontre avec des étrangers n'est pas toujours simple au début, constate Gaëlle Chanson. Il faut trouver une langue commune, savoir quoi se dire, apprendre à se comprendre. Aujourd'hui, les choses se passent beaucoup plus naturellement qu'il y a sept ans. »

Des actions diverses

Comme les personnes hébergées au centre d'accueil de Crissier bénéficient de l'aide d'assistants sociaux et de professionnels de l'asile, l’Eglise évangélique propose des rencontres plus informelles, orientées vers le partage et l'amitié. En voici quelques exemples :

  • cultes suivis d'un repas ;
  • soirées multiculturelles avec un repas, des animations, des jeux, du sport et un temps spirituel – un témoignage ou la lecture d'un passage biblique ;
  • des camps de jour pour les enfants à Pâques et durant les vacances d'été ;
  • des animations sur le site du centre d'accueil ;
  • un petit camp organisé par les jeunes de l’Eglise et destiné aux jeunes du centre d'accueil ;
  • l'accompagnement individuel, spirituel et administratif de personnes qui tissent un lien avec l’Eglise.

Cependant, l’Eglise n'a pas réussi à intégrer des migrants dans des groupes de maisons. Lorsque ces groupes rassemblaient des Lausannois et des réfugiés, les préoccupations des uns et des autres étaient si différentes qu'il était difficile de les évoquer dans un même lieu. Et lorsque les groupes accueillaient essentiellement des migrants, c'est le manque de régularité au niveau de la participation qui posait problème.

« Grâce à cet engagement au service des migrants, nous vivons de beaux cheminements, se réjouit Gaëlle Chanson. Il y a parfois eu des déceptions, des désillusions. Mais nous désirons être ouverts sans être naïfs. Et nous pouvons partager notre foi de manière respectueuse, sans forcer quiconque. Cela ne pose presque jamais de problèmes, même avec les musulmans. Ils se disent que, en Suisse, il est normal d'être accueilli dans une Eglise. »

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Vaud: pour Christian Reber, l’Etat discrimine les communautés religieuses minoritaires au profit des Eglises reconnues

    Mar 24 novembre 2020

    Il a publié au printemps dernier une thèse de doctorat sur le soutien de l’Etat aux Eglises reconnues en Suisse (1). Christian Reber a travaillé de 2015 à 2020 aux côtés de René Pahud de Mortanges, professeur et directeur de l’Institut du droit des religions à l’Université de Fribourg. Rencontre avec un spécialiste bernois des relations « communautés religieuses et Etat  » en Suisse. Il répond ici à des questions concernant le canton de Vaud.

  • «Une terre à nouveau fertile», un documentaire à découvrir avec Roger Zürcher sur Ciel! Mon info

    Ven 20 novembre 2020

    La pandémie actuelle de coronavirus nous fait quelque peu oublier la crise écologique majeure que connaissent nos sociétés. Une émission « Ciel ! Mon info » attire l’attention, grâce à un documentaire et à un ingénieur agronome, sur un élément de la transition écologique à prendre en compte : revaloriser la vie biologique des sols. Un élément important dans la lutte pour la biodiversité et contre le réchauffement climatique. Mais aussi pour la qualité de notre alimentation et de l’eau !

  • «Augmenter la vie, favoriser la biodiversité: un engagement de tous!» par Roger Zürcher

    Ven 20 novembre 2020

    Ingénieur agronome, Roger Zürcher est l’un des avocats de la transition écologique dans les milieux évangéliques de Suisse romande. Autrefois paysan au Tchad, aujourd’hui jardinier et apiculteur amateur dans la région lausannoise, ce chargé de programme à l’ONG FH (Food for the Hungry) à Genève invite à une conversion qui passe par une réconciliation avec le Seigneur, avec soi-même, avec le prochain… et avec la création. Un propos qui dérange (1) !

  • «Les racines spirituelles de la crise climatique» par Jean-René Moret

    Lun 16 novembre 2020

    La crise écologique s’enracine dans une crise spirituelle profonde. La possession de biens n’est pas l’horizon ultime de l’être humain, mais plutôt la découverte du Dieu créateur, sauveur et restaurateur de la création. Cette prise de position de Jean-René Moret, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny (FREE), est parue le 11 novembre dans le quotidien genevois Le Courrier.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !