« L’accueil de réfugiés nous ouvre le cœur. Et l’esprit ! »

mardi 29 mars 2022

Ils accueillent une famille de sept Ukrainiens dans un de leurs chalets d’Ovronnaz. En 2016, ils avaient ouvert leur porte à un couple de Kurdes syriens de confession musulmane. « On partage notre cœur, notre temps, notre argent. Et c’est normal. Nous le vivons comme une bénédiction », indique Anne-Christine Bataillard, 71 ans, ancienne présidente de l'organisation Le Grain de Blé international, et membre avec son mari Raymond de l’église évangélique de Cossonay (FREE).  

Bien sûr, ils ont les infrastructures qui leur permettent d’accueillir des réfugiés. Mais ce qui frappe, c’est le mot « bénédiction » qu’Anne-Christine utilise pour parler de l’expérience. « Cela nous ouvre le cœur. Et l’esprit. Cela nous amène parfois dans des lieux inconfortables, mais c’est bien : cela nous maintient jeunes… et nous le vivons comme une vraie bénédiction ! » Cela fait huit semaines que le couple Ruslan et Anya sont à Ovronnaz avec leurs cinq garçons. « J’ai connu le papa il y a bientôt dix ans grâce aux conférences sur les enfants données dans le monde. Il était impliqué dans une association appelée « Ukraine sans orphelins », raconte celle qui est aussi membre du comité de direction de la HET-PRO. Il était déjà venu en Suisse pour se remettre d’un burn-out, puis en vacances avec sa famille quand il participait aux 40 ans du Mouvement de Lausanne, en 2014. Cette année, il m’a écrit quand il y avait 150'000 soldats russes à leurs frontières pour savoir si notre chalet était libre. Malheureusement, il était occupé, mais nous leur avons prêté notre chalet privé juste à côté. Ils sont arrivés deux semaines avant l'invasion russe. Ils ont eu la conviction qu'il leur fallait partir. »

« Praying for Ukraine »

Anne-Christine monte tous les 15 jours les rejoindre dans la station valaisanne et discute avec eux de la situation en Ukraine. Ruslan garde cette attention sur les orphelins et se désole du sort qui leur est réservé dans le conflit. Il est très actif sur un groupe WhatsApp intitulé « Praying for Ukraine » où il donne des informations, dont celle-ci : des enfants auraient été kidnappés à Marioupol par les Russes. Comme monnaie d’échange contre de futurs prisonniers de guerre ?

Mêmes valeurs

En 2016, c’est un couple kurde syrien de confession musulmane que le couple suisse a accueilli dans la maison qu’il habitait à Epalinges (VD). « Nous avions un petit appartement indépendant au sous-sol et Nouri et Midia ont pu y prendre leurs marques pour s’intégrer. La femme était alors enceinte et j’ai assisté à son accouchement au CHUV à sa demande. Nous nous sommes vraiment attachés les uns aux autres. Ce sont aujourd’hui nos enfants par le cœur, dit Anne-Christine. Avec mon mari Raymond, on a senti que l’on partageait des mêmes valeurs comme la droiture, la confiance, l’amitié. » Le couple est resté 18 mois chez eux avant que le Centre social d’intégration des réfugié (CSIR) leur trouve un appartement à Bussigny. Ils ont maintenant un deuxième enfant et Midia suit une formation d’assistante dentaire. « Nous restons très proches. Le mercredi après-midi, je prends parfois leur fille Ella pour faire quelque chose avec elle. Des liens forts se sont tissés ».

Une bénédiction

Mais qu’est-ce qui motive la septuagénaire à ouvrir ainsi sa porte ? « Cela fait partie de moi, estime-t-elle simplement. Je pense avoir vécu dans une atmosphère d’accueil alors que mes parents recevaient beaucoup de personnes de partout dans le monde. Mon père voyageait pour ses affaires et rencontrait aussi beaucoup de missionnaires puisqu’il a fondé ce qui allait devenir Le Grain de Blé International. Pour moi, c’est naturel, pas même un effort, assure-t-elle. Et puis je me mets à leur place : si je devais quitter la Suisse, aller où je ne connais personne… » Anne-Christine réfléchit puis ajoute : « J’ai personnellement déjà été accueillie à l’étranger d’une façon désintéressée qui m’a beaucoup touchée. Alors pourquoi ne pas recevoir celles et ceux qui fuient des situations particulièrement douloureuses alors que je peux le faire ? »

Gabrielle Desarzens

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !