Broye vaudoise : ils accueillent un Erythréen

vendredi 20 novembre 2015

Des chrétiens de la Broye vaudoise accueillent un Erythréen depuis quelques semaines. Ils ne voulaient pas rester les bras croisés face à l'afflux de réfugiés en Suisse.

« Quand nos enfants ont quitté la maison, nous avons eu l'idée de mettre nos locaux à disposition », explique Christian Favre, 56 ans, prestataire de services en foresterie et environnement. « C'est pourquoi, nous nous sommes annoncés en mai dernier, en précisant que nous pouvions recevoir une ou deux personnes... et que nous n'avions qu'une salle de bain », complète son épouse Odile, 54 ans, traductrice pour la Maison de la Bible et secrétaire des Rendez-vous avec la Bible. Tous les deux sont également membres de l’Eglise évangélique des Uttins (FREE), à Yverdon-les-Bains.

Un représentant de l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) a rendu visite à Odile et Christian, dans la Broye vaudoise. Puis, en août, une délégation de l'OSAR est venue, accompagnée de Bereket F., un Erythréen de 25 ans qui a fui son pays après cinq ans d'embrigadement dans l'armée. Il a passé par le Soudan, où il a été arrêté et rançonné, puis par la Libye où il a été emprisonné durant trois mois. Il laisse sa mère et trois frères au pays.

Bereket est arrivé début septembre chez Christian et Odile Favre. « C'est bien que ce soit un homme, s'amuse Odile. Il peut ainsi bricoler avec mon mari. Comme il fait partie de la famille, il trouve normal de participer aux travaux du ménage ; je lui donne chaque jour des cours de français. » Actuellement, le jeune homme ne peut pas trouver de petit job à cause de la langue. Il découvre également qu'il devra se former et apprendre un métier s'il veut pouvoir vivre en Suisse. L'accueil dans une famille lui sert de tremplin vers le futur.

Un nouvel équilibre familial

Les deux enfants de Christian et Odile, à peine plus âgés que Bereket, ont adhéré au projet de leurs parents, « pourvu que cela ne soit pas un poids trop lourd ». « Nous sommes un peu comme des parents pour Bereket, fait remarquer Christian. Cela modifie l'équilibre familial. Quant aux gens du village, ils me demandent comment ça va avec notre jeune. Ils s'imaginent que ce doit être très compliqué, alors que ça ne l'est pas. »

Il faut quand même préciser que, chez les parents de Christian, des enfants placés par le tuteur général ont autrefois été accueillis. De plus, Odile et Christian ont rencontré des personnes d'autres cultures lors d'un séjour missionnaire de sept ans en Guinée-Conakry. « Notre arrière-plan nous a certainement aidés dans notre décision d'accueillir un réfugié, reconnaît Christian. De plus, je suis un pragmatique. J'aime l'idée de pouvoir contribuer à la mise en œuvre d'une solution. »

Quant à leur foi, Christian et Odile la vivent naturellement, tout en se gardant de tout prosélytisme. « Il nous est arrivé de discuter de questions spirituelles avec Bereket, lorsque l'occasion s'est présentée, précise Christian. Mais nous essayons avant tout de vivre naturellement, tels que nous sommes, sans nous demander constamment si cela est visible sur le plan de l'Evangile. »

  • Encadré 1:

    En faveur d'un accueil personnalisé

    Membre du Conseil communal de son village, Christian Favre entend ce qui se dit dans la population à propos des migrants. Il explique : « La peur domine à cause de certains clichés. Les gens voient par exemple des étrangers traîner et trafiquer près de la gare de Payerne et ça ne leur plaît pas. Mais il faut reconnaître que notre système, qui interdit aux demandeurs d'asile de travailler et les contraint à dépendre du social, provoque des dégâts. »

    Les migrants qui sont accueillis dans des abris de la Protection civile sont particulièrement mal lotis. Obligés de quitter les abris durant la journée, ils peinent à trouver des endroits propices pour réviser leurs cours de français et échanger avec la population et la culture locales. Cela retarde, voire compromet, leur accès à l'autonomie.

    « Sans aide adaptée, les réfugiés ont peu de chances de devenir autonomes en Suisse. Nous ne mesurons pas la complexité de notre société. » Le conseiller communal est persuadé qu'il est impossible d'intégrer les migrants en masse, mais que seul le parrainage de petits groupes et d'individus est vraiment efficace. « J'ai également la conviction que le parrainage d'un réfugié a un effet multiplicateur, explique-t-il. En effet, un jeune qui s’intègre devient un modèle, un stimulateur pour les autres. »

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et quatre jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ven 10 mai 2024

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !