A l’heure du « mariage pour tous », des théologiens évangéliques invitent à approfondir la pastorale des homosexuels

vendredi 06 décembre 2013

Un nouvel hors série des Cahiers de l'Ecole pastorale se penche sur l'accompagnement des homosexuels. A l'heure de la mise en place de rites pour couples partenariés en milieu réformé vaudois, cet ouvrage tient ferme au donné biblique et encourage les Eglises à être signes de la grâce de Dieu pour tous. Y compris pour les personnes homosexuelles et les familles homoparentales.

« L'attitude à adopter vis à vis de l'homosexualité et des homosexuels est sans doute un des défis majeurs auxquels l'Eglise d'aujourd'hui est confrontée. » C'est ainsi que s'ouvre Homosexuel, mon prochain. Une approche pastorale évangélique, un document collectif publié par les éditions baptistes françaises Croire publications.
Différents auteurs s'expriment tour à tour, notamment : Evert Van de Poll, pasteur baptiste, Louis Schweitzer, professeur d'éthique à la Faculté libre de théologie évangélique de Vaux-sur-Seine, Luc Olekhnovitch, pasteur libriste et président de la Commission d'éthique protestante évangélique, Gilles Boucomont, pasteur de l'Eglise protestante unie dans la paroisse du Marais à Paris...

« Dix affirmations » qui donnent un cadre
En proposant en final la traduction d'un document intitulé « Dix affirmations », qui résument le consensus d'évangéliques regroupés au sein de l'Alliance évangélique britannique, Homosexuel, mon prochain précise clairement le cadre dans lequel s'inscrit sa réflexion. D'un côté, il y a l'affirmation que tous ont péché et ont besoin de la grâce de Dieu. Donc que l'homosexualité n'est pas un péché plus important qu'un autre ! De l'autre le rappel, à partir du donné biblique, que le mariage est « la seule forme de partenariat approuvée par Dieu pour les relations sexuelles et que la pratique sexuelle homo-érotique est incompatible avec sa volonté telle qu'elle est révélée dans les Ecritures » (p. 151).
Entre ces deux balises, classiques en milieu évangélique, les différents contributeurs nous invitent à être conscients que la réflexion sur un tel sujet touche des personnes dignes de respect et qui ont leur place dans nos Eglises. Que, contrairement à ce que pourrait laisser entendre un certain martellement médiatique, la problématique homosexuelle concerne directement entre 0,3 et 3 pour-cent de la population (une statistique britannique), qu'il y aurait cinq catégories différentes d'homosexualité : de la personne attirée par des pratiques homosexuelles à la personne pour qui la relation homosexuelle est centrale, intime et « définissante » pour son identité.

Une interprétation respectueuse de la parole apostolique
Dans sa contribution intitulée « L'Eglise et l'homosexualité », Louis Schweitzer relève que les textes bibliques sur l'homosexualité sont peu nombreux, mais que « ceux de l'Ancien Testament expriment une condamnation sans équivoque de toute pratique homosexuelle ». Du côté des épîtres du Nouveau Testament, on retrouve le même regard (Ro 1.18-32 ; 1Co 6.9-10 et 1Tm 1.8-11). Face au propos de ces textes, il existe pour l'éthicien français deux attitudes : « Soit, et c'est le choix de bon nombre de théologiens, on les considère comme étant le reflet des préjugés de l'époque, Paul n'ayant pas pris en compte la révolution éthique instaurée par Jésus ; soit on reconnaît, malgré les difficultés que cela peut susciter, l'autorité de la parole apostolique et on accepte que ces textes, qui appartiennent à la révélation, nous donnent, d'une certaine façon, le 'regard de Dieu' sur cette question » (p. 98).
Pour Louis Schweitzer, cette dernière manière de comprendre le texte biblique est défendue par la plupart des Eglises, et largement par les communautés évangéliques. Bien loin de considérer qu'en défendant une telle position tout soit dit, l'éthicien français invite à apporter une attention particulière à la personne homosexuelle, à considérer que la voie de la « guérison » de l'homosexuel est loin d'être une autoroute. Souvent, il faudra plutôt inviter la personne homosexuelle à accepter sa situation et à vivre dans la chasteté.

Oui aux pasteurs homophiles !
Louis Schweitzer termine sa contribution en invitant les Eglises, « communautés de pécheurs repentis qui cherchent à suivre leur Seigneur », à considérer que rien n'empêche un homophile d'accéder aux divers ministères dans l'Eglise, y compris le ministère pastoral, « lorsqu'un équilibre nouveau est trouvé et cela même si la personne garde son orientation fondamentale mais est décidée à la vivre dans la chasteté et la confiance en Dieu » (p. 105).
Le pasteur réformé Gilles Boucomont dont la paroisse du Marais à Paris côtoie de près la communauté homosexuelle contribue aussi à ce dossier. Il plaide pour que l'Eglise locale soit un havre de paix pour les homosexuels. Convaincu qu'il faut parler de l'homosexualité comme d'un péché, il aimerait que toutes les communautés chrétiennes soient « des lieux de sécurité spirituelle mais aussi émotionnelle pour que les pécheurs y ressentent la Grâce, et apprennent à en tirer tous les bénéfices dans chaque domaine de leur vie » (p. 115). Ce qui importe pour ce pasteur dont la paroisse est connue pour son dynamisme, c'est que les chrétiens soient « préoccupés par la sortie d'une idolâtrie qui menace tout humain et tout croyant ».

Un propos en rupture avec l'air du temps !
Après l'adoption cette année en France de la loi Taubira sur le « mariage pour tous », des pasteurs et des théologiens évangéliques français osent réaffirmer le fait que la Bible n'est en rien favorable à l'homosexualité et que les couples partenariés de même sexe ne s'inscrivent pas dans les projets de Dieu pour l'humanité. Tout en développant cette position, ils ne ménagent pas les Eglises. Ils les invitent à ouvrir leurs portes et à accueillir les personnes homosexuelles, en partageant avec elles le fait que le Dieu de Jésus-Christ fait grâce à tous, parce que tous ont péché. « En bref, l'essentiel n'est pas que les homosexuels se mettent à vivre comme des hétérosexuels, mais que chacun se tourne en vérité vers Dieu » (p. 147).
Serge Carrel

Evert Van de Poll (dir.), Homosexuel, mon prochain. Une approche pastorale évangélique, Cahier de l'Ecole pastorale, Hors série no 15, Paris, Croire publications, 2013, 160 p. Prix : 12€. A commander ici.

Publicité
  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Le Christ s’est arrêté au Mormont

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

    vendredi 18 décembre 2020
  • De multiples paroisses responsables

    De multiples paroisses responsables

    Les faitières des Eglises de Suisse - dont le Réseau évangélique suisse - soutiennent l’initiative pour des multinationales responsables. Est-ce légitime ? Les églises peuvent-elles ou doivent-elles se mêler de politique ? Si les avis divergent, « le pasteur ou le curé ne doit surtout pas donner de mot d’ordre en matière de votation », a estimé dimanche 1er novembre dans Hautes Fréquences Claude Ruey, ancien conseiller d’Etat PLR. Il votera pourtant oui.

    lundi 02 novembre 2020
  • «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    «Sophie Pétronin, une mère tirée des sables» par Gabrielle Desarzens

    Sophie Pétronin, 75 ans, otage française au Sahel, a été libérée jeudi 15 octobre. Son fils, Sébastien Chadaud Pétronin, a lutté 4 ans pour sa libération. Dans Hautes Fréquences, dimanche 25 octobre, il parle des retrouvailles avec sa mère et revient notamment sur la conversion de celle-ci à l’islam et sur le décès présumé de la Suissesse Béatrice Stockly.   

    lundi 26 octobre 2020
  • « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « La persécution est vive… mais nous avons la vie en abondance ! »

    « Quand un Peul se convertit au christianisme, il connaîtra vraisemblablement la violence physique, la privation, le bannissement de sa communauté… mais aussi les trésors de Dieu en termes de pardon, d’amour et de paix. » C’est ce que rapporte Boureima Diallo, pasteur de Jam Tan au Burkina Faso, rencontré lundi 28 septembre dans les locaux de l’ONG Portes Ouvertes à Romanel-sur-Lausanne.

    mardi 29 septembre 2020

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !