Vanessa Boni, un désir de travailler pour Dieu et pour l’Afrique

jeudi 03 mai 2007

Vanessa Boni aimerait que sa formation universitaire ne serve pas qu’à lui faire gagner de l’argent. Cette jeune chrétienne désire ardemment donner du sens à sa foi et à sa vie au travers de son travail. Histoire d’une personne qui cherche la volonté de Dieu.

«C’était pendant des vacances en Côte d’Ivoire, explique Vanessa Boni, 24 ans. J’étais enfant. J’ai accompagné ma grand-mère qui se rendait dans un quartier défavorisé d’Abidjan pour donner des médicaments à des gens très pauvres. Parmi les personnes que j’ai croisées ce jour-là, je me souviens d’un enfant très maigre, un «poids plume». Cette rencontre m’a fait découvrir la misère dans laquelle vit une partie de la population de ce pays.»
Le souvenir de cette rencontre a laissé une trace indélébile chez la jeune fille qui est établie avec sa maman à Berne, depuis bientôt 20 ans. Lorsqu’elle a choisi une formation, Vanessa a d’abord pensé faire de la médecine et se spécialiser dans la médecine sociale. Elle s’intéresse au «fonctionnement du vivant». Comme cela n’était pas possible rapidement, elle s’est lancée dans une formation en biologie, à l’Université de Neuchâtel. «Je me suis inscrite un peu par accident dans cette branche, en attendant de faire autre chose, explique Vanessa. Mais la biologie m’a énormément intéressée, en particulier grâce à un professeur de parasitologie formidable. Il travaille «vachement» en Afrique. Il aide le monde scientifique là-bas. Et j’ai encore des contacts avec lui.»
De ses expériences d’enfance, Vanessa a gardé un profond désir de travailler à l’amélioration de la santé des gens en Afrique. «J’aimerais contribuer à ce que les Africains aient un meilleur accès à la médecine, s’émeut-elle. Ce n’est pas parce que je suis Ivoirienne d’origine. Culturellement, je suis métisse. Je suis à la fois ivoirienne, par ma mère et mon éducation, et suisse car c'est ici que j'ai grandi et que j'ai mes repères. J'ai intégré certaines valeurs suisses, comme la discipline, la rigueur, l'excellence dans le travail, et certaines valeurs ivoiriennes comme le respect des aînés, l'importance de la famille, la bonne humeur et l'optimisme. J'ai fait le choix de certaines valeurs dans chaque culture, mais ma maison est ici. Du reste, je suis en train d’effectuer les démarches nécessaires à l’obtention de la nationalité suisse.»

Du sens à sa vie
Vanessa est chrétienne. Lorsqu’elle n’est pas à l’étranger à cause de ses études, elle fréquente l’Eglise évangélique libre à Berne. «La foi engendre de la compassion, constate-t-elle. Je ne veux pas vivre et gagner de l’argent simplement pour moi. J’aimerais vraiment que ma vie soit utile pour Dieu et pour les autres. J’ai des copines avec un boulot, un copain... Elles vont très bien, mais ce n’est pas tout!»
Lors d’un stage en Côte-d’Ivoire au printemps 2006, afin de mettre en pratique ce qu’elle avait appris, Vanessa a travaillé pour le Ministère de la santé de ce pays. «J’étais engagée dans un centre qui soigne des personnes atteintes de l’ulcère de Buruli (1). Je devais voir dans quelle mesure la nutrition des enfants malades avait une influence sur le développement de la maladie. »

Un choc culturel en retournant au pays
A l’occasion de ce stage, Vanessa traverse un choc culturel. Elle est déçue en découvrant les motivations – et le manque de motivation – des collaborateurs du Ministère de la santé: «Il ne sont pas à l’heure, ils manquent de moyens...» Par contre, elle tire un bilan très positif de sa rencontre avec les enfants malades.
Vanessa a également collaboré au travail d’une ONG privée s’occupant de prostituées, spécialement dans le domaine de la prévention du Sida. «Là, c’était mieux, se réjouit-elle. Ils bossent, ils sont passionnés.»Elle a rencontré des prostituées de 16 ans auxquelles elle demandait: «Voulez-vous faire le test du Sida?» La réponse était généralement négative: «Pourquoi faire un test? Je n’aurais de toute façon pas les moyens de me soigner et, en plus, je serais rejetée par ma famille.» De toute manière, ces jeunes filles n’ont pas d’autre choix que de continuer à pratiquer leur «métier», afin de subvenir aux besoins de leur famille.
Ce stage a transformé la foi de Vanessa. «Ma relation avec Dieu a grandi, se réjouit-elle. C’est comme si Dieu voulait m’apprendre de nouvelles choses grâce aux circonstances de la vie pratique. J’ai appris à m’en remettre à Dieu et à respecter sa volonté.»
Depuis le 1er mai, Vanessa est en stage au Burkina Faso. Elle participe à un programme qui allie la lutte contre le Sida et le micro-crédit. Ce stage lui permet également de finaliser son Master en management de programmes humanitaires de l’Université de Liverpool.

Trouver les bonnes motivations
Il y a quelques années, Vanessa désirait se spécialiser en santé publique et travailler pour des institutions gouvernementales. «J’ai changé d’avis, reconnaît-elle. Ces programmes me semblent souvent éloignés de la réalité des gens. C’est pourquoi j’ai un diplôme en management de projets.»Vanessa est en désaccord avec un certain nombre de scientifiques et d’humanitaires qu’elle a rencontrés en Afrique. «Dans la plupart des cas, les Occidentaux s’engagent «pour aider les pauvres», s’énerve-t-elle. Je ne me retrouve pas dans leurs motivations.»Alors, à moitié sérieuse, elle se dit: «Pourquoi pas ma propre ONG?» Et elle ajoute en rigolant: «N’oubliez pas mon nom!»

Claude-Alain Baehler

Note
1 L’ulcère de Buruli est une maladie terriblement douloureuse et invalidante qui affecte particulièrement les populations des pays du golfe de Guinée. Causée par une mycobactérie transmise notamment par les punaises d’eau, elle détruit la peau, les muscles et peut même toucher les os. Informations: www.afrik.com/article7428.html.

  • Encadré 1:

    Bio express
    Vanessa Boni avait 6 ans lorsqu’elle est arrivée en Suisse, à Berne. Comme beaucoup d’enfants francophones de familles étrangères, elle a suivi l’école primaire en France. Ensuite, elle a obtenu un Master en parasitologie – une branche de la biologie – à l’Université de Neuchâtel. Elle a complété sa formation avec un Diplôme de santé publique pour pays en voie de développement à l’Université de Nancy, ainsi qu’un Master en management de programmes humanitaires à l’Université de Liverpool.
    Vanessa aime sa famille, son fiancé, la danse, les films, la lecture et, d’une manière générale, ce qui concerne l’histoire de l’Afrique. Aujourd’hui, cette Ivoirienne de 24 ans effectue les démarches nécessaires à l’obtention de la nationalité suisse.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !