Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

Sandrine Roulet lundi 04 avril 2022

Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

Une lueur d’espoir existe au bout de chaque tunnel. Et ceci même si le tunnel en question porte le nom de dépression, burn-out, trouble anxieux ou bipolarité. C’est la conviction d’Emmanuelle De Keuster, 44 ans, qui a elle-même traversé deux épisodes de décompensation psychique en 2007 et 2014. Depuis, cette femme de pasteur, mère de famille et assistante en pharmacie tient à partager un message d’encouragement et de compassion aux personnes touchées par une maladie psychique.

Un trio porteur d’espoir

Musicienne et compositrice, Emmanuelle a monté le groupe Lueur d’espoir, constitué d’une amie chanteuse (Floriane Studerus), d’un saxophoniste (Nicolas Borgognon) et d’elle-même au piano. A Noël 2021, le trio a donné un premier concert à la Maison Béthel, à Blonay. Cet établissement appartenant à la Fondation Praz-Soleil (FREE) propose de courts et moyens séjours pour des adultes psychiquement fragiles. « Au début de la rencontre, je dis que notre groupe est chrétien et je donne mon témoignage. Mais notre message est davantage un message d’espérance que d’évangélisation », précise-t-elle.

Beaucoup de sensibilité

Même en ayant connu la maladie, Emmanuelle observe qu’il faut beaucoup de sensibilité pour rejoindre des personnes en proie à un profond mal-être : « On souhaiterait qu’elles aillent rapidement mieux, et on peut vite avoir des phrases déplacées ». La quadragénaire se souvient qu’au plus fort de ses décompensations, même lire la Bible n’était pas forcément une aide. Mais elle continuait à parler à Dieu et à proclamer qu’il était au contrôle de tout dans sa vie.

« Avec ton vécu, tu as autre chose à apporter »

La musique a toujours occupé une place importante dans la vie d’Emmanuelle. Il y a quelques années, elle a sorti un CD de louange mais après son deuxième épisode de dépression, une réflexion de son beau-frère l’a interpellée : « Avec ton vécu, tu as autre chose à apporter à travers tes compositions ». En effet, Emmanuelle a pris conscience qu’elle avait besoin de s’exprimer sur son vécu de souffrance psychique. Autour d’elle, d’autres chrétiens venaient lui confier leur fragilité à ce niveau-là. La musicienne s’est donc lancée dans la composition d’un deuxième CD, qu’elle a financé grâce à une course sponsorisée. Comportant cinq titres et le témoignage d’Emmanuelle, ce disque est offert à l’issu des concerts.

Un sujet encore un peu tabou

« Dans le milieu chrétien, la maladie psychique reste encore un peu taboue. Elle peut être associée à un problème spirituel, ce qui n’est de loin pas toujours le cas », relève Emmanuelle. D’ailleurs, ajoute-t-elle, la maladie psychique n’est pas non plus comprise dans la société, elle fait souvent peur. « Pourtant, cette maladie peut nous tomber dessus même si on est quelqu’un de fort », commente la femme de pasteur.

Faire chanter les malades

Plusieurs hôpitaux psychiatriques contactés par Lueur d’Espoir se sont dit intéressés par un concert du groupe, mais le projet a été mis en stand-by en raison de la pandémie. Le trio aimerait également jouer pour des jeunes en reconstruction après une hospitalisation psychiatrique. « Notre but serait aussi de prendre des chants connus du grand public pour que les gens puissent chanter avec nous. Lors de ma deuxième hospitalisation, j’ai souvent chanté du Goldman avec un autre patient. Cela faisait passer le temps et nous faisait du bien ».

Sandrine Roulet

  • Encadré 1:

    Ce que je crois : Je crois que Dieu est au-dessus de toutes circonstances et que nous pouvons rayonner autour de nous malgré nos épreuves.

    Ce que je ne crois pas : Je ne crois pas que Dieu nous mette une pression pour avoir une relation avec lui.

    Ce que je ne crois plus : Je ne crois plus à une vie parfaite.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

  • La foi d’une Libanaise

    Ven 14 juin 2024

    Au nord d’Israël, Jésus a mis en évidence la foi d’une païenne et les préjugés de ses disciples. Une interpellation à propos de nos propres préjugés. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !