Jean-François Negrini : un chirurgien suisse témoigne du Christ au cœur du Niger

Silvain Dupertuis lundi 07 novembre 2016

La famille Negrini vit au Niger, dans un contexte où les chrétiens, très minoritaires, ont vu nombre de leurs églises brûler début 2015. Issus de l’Eglise évangélique de Meyrin (FREE), Jean-François et Anne viennent en aide aux enfants souffrant notamment de fentes labio-palatines. Enteretien avec Jean-François Negrini, chirurgien à l’Hôpital des enfants Cure de Niamey.

Jean-François et Anne Negrini vivent au Niger depuis 6 ans, après 9 ans passés au Bangladesh. Chirurgien, Jean-François y travaille dans un hôpital chrétien en tant que spécialiste de la chirurgie réparatrice. Leur défi permanent est d’être des témoins du Christ dans une société très majoritairement musulmane. En janvier 2015, les chrétiens, qui vivaient en bonne harmonie avec leurs voisins musulmans, assistent abasourdis à une flambée d’émeutes et de violences, entraînant notamment la destruction de 72 églises et 7 écoles chrétiennes. Mais les chrétiens ne veulent y répondre que par l’amour du Christ…

Après le Bangladesh, qu’est-ce qui vous a amenés au Niger ?

D’une part les besoins de nos enfants. Au Bangladesh, nous vivions un peu en vase clos, Anne assurant l’éducation des enfants à la maison. Le temps était venu où nos filles avaient besoin de se confronter aux autres. D’autre part, après 9 ans de service, j’avais apporté ce que je pouvais, et un programme ne peut évoluer si on reste sur place, même avec l’intention de passer les rênes.
A ce moment, l’ONG Cure, qui venait d’ouvrir un hôpital à Niamey, cherchait un chirurgien francophone, chrétien engagé et correspondant pile à ma spécialité.
Le Niger est officiellement un État laïc, mais on perçoit une tendance à la radicalisation, et les gens sont complètement désillusionnés de la chose publique, en raison du niveau de corruption et de dépenses excentrique des personnes au pouvoir, alors que la majorité des gens survivent avec difficulté.

Comment vivez-vous votre témoignage dans ce contexte socio-politique ?

Par notre présence au Niger en famille et notre engagement avec une organisation très clairement chrétienne, nous sommes de toute manière un peu étiquetés. Comme la majorité de notre personnel est musulman, nous sommes exposés naturellement les uns aux autres de manière quotidienne. Nous avons parfois des échanges relativement ouverts. Ils savent que j’ai des connaissances sur l’islam et ils ne me débitent pas les inepties médiatiques que nous entendons si souvent en Europe. A travers des partages parfois plus privés, j’apprends à mieux comprendre ce que signifie vivre au quotidien comme musulmane et musulman. Je propose parfois de prier avec ceux qui passent par des situations difficiles, en privé, dans mon bureau, et ces prières sont toujours accueillies favorablement.
Ils ont beaucoup de respect pour nous, car ils mesurent ce que signifie la vie au Niger pour une famille suisse, en particulier au vu de la détérioration sécuritaire de ces dernières années. Je crois avoir pu établir de vraies relations de confiance avec plusieurs.
Une grande partie de votre personnel est musulman. Comment cela se vit-il dans le cadre d’un hôpital chrétien ?
En nommant des musulmans à des postes à responsabilité, nous avons démontré notre respect et notre reconnaissance. Mais il a aussi fallu clarifier le cadre de cette collaboration : priorité au professionnalisme et respect de notre identité chrétienne. Les prières musulmanes se font en dehors du cadre de l’hôpital et des heures de travail. Cette règle a suscité pas mal de discussions, mais elle a été comprise comme exprimant un respect réciproque.
Reste que l’appel à la liberté de l’Évangile avec l’idée de choix personnel est un concept difficile à comprendre pour des gens qui vivent sous le contrôle de l’islam et de sa puissance d’intimidation.

Quelle est l’offre spécifique de l’hôpital ?

L’« Hôpital des enfants » offre des soins de qualité aux enfants présentant des infirmités ou des handicaps que l’on peut corriger chirurgicalement, avec un intérêt spécial pour les plus démunis – un domaine souvent négligé du fait des autres priorités sanitaires drainant les ressources pour la santé au Niger.
L’hôpital ne remplace donc pas les services publics, mais vient en complément au service de patients habituellement négligés, et il contribue au développement professionnel de nos collègues africains : infirmières, infirmiers ou chirurgiens.
Nous sommes bien reconnus par le Ministère de la santé comme un centre de référence national et régional pour le traitement des fentes labio-palatines. Le collègue qui m’a introduit à cette spécialité est venu nous visiter au Niger. Nous sommes maintenant bien connus de la population pour les soins que nous apportons aux enfants présentant des séquelles sévères de brûlures, des déformations des jambes liées à des carences ou des pieds bots.

Quel est votre apport personnel ?

Mes expériences et mes contacts avec diverses organisations m’ont rendu de plus en plus sensible à la nécessité de traduire dans notre manière de fonctionner ce que signifie proclamer le Royaume de Dieu. Cette cohérence entre nos actes et nos paroles est essentielle dans tous les domaines : gestion du personnel et des relations, direction/leadership, réflexion sur l’origine des soutiens financiers. Il nous faut nous inspirer très concrètement de l’exemple et des recommandations du Christ, et assumer le fait que cela exige souvent d’être différents des autres ONG. Ce qui nécessite une réflexion constante… et met parfois en question certains partenariats.

Un exemple ?

Au début de notre séjour, nous avons accueilli une équipe du CICR pour un camp chirurgical qui s’est très bien déroulé, dans une excellente atmosphère générale. Cependant, lors du debriefing avec leur coordinateur, qui a souligné le plaisir de travailler dans notre structure et évoqué la perspective d’organiser d’autres camps, notre statut d’ONG confessionnelle a posé un problème. Au final, les réserves du CICR quant à la collaboration avec des ONG confessionnelles nous ont amenés à renoncer à une future collaboration.

Vous pensez rester longtemps au Niger ?

Plus nous avançons avec Dieu, plus nous devenons prudent à l’idée de faire des plans longtemps à l’avance. Sur le plan purement professionnel, je me suis de plus en plus distancié de la pratique chirurgicale habituelle en Suisse, tout en ayant acquis des compétences pointues qui correspondent aux besoins du Niger, où nous sommes bien intégrés. Nos trois derniers enfants, deux filles et un garçon, ont beaucoup de plaisir à l’école avec leurs amis. Quant à Elina, notre aînée, elle commence la Faculté de médecine à Genève, et est accueillie par une famille meyrinoise. Si nous apprécions toujours nos retours en congé, nous n’aspirons plus vraiment à retrouver une vie plus organisée et relativement prévisible. Nous avons intégré ce que signifie être étrangers et voyageurs sur notre terre ! Pour le moment, notre appel est ici et nous saisissons cette opportunité unique de servir notre Seigneur en prenant soin des plus négligés et des plus détériorés de notre monde…

Propos recueillis par Silvain Dupertuis

Plus d’infos sur l’hôpital.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Le christianisme en marche pour célébrer 2033

    Ven 01 mars 2024

    Cent soixante dirigeants chrétiens, représentant cent vingt-trois mouvements de mission dans 60 pays, se sont rassemblés à Cracovie en février pour préparer la célébration des 2000 ans de la résurrection de Jésus. Fondateur de JC2033, Olivier Fleury se réjouit de la force qui réside dans l'unité.

  • Conférence : « La Fontaine des Larmes », un mémorial mettant en dialogue la Crucifixion et la Shoah

    Ven 01 mars 2024

    Le 23 février, l’artiste-sculpteur Rick Wienecke était invité dans les locaux de l’Eglise évangélique de Lonay pour présenter « La Fontaine des Larmes ». Devant une salle bien remplie, il a relaté comment sa quête spirituelle l’a amené à découvrir l’histoire et le pays d’Israël. Et comment sa rencontre avec le Christ l’a ensuite conduit à réaliser une oeuvre en hommage aux victimes de la Shoah.

  • Un grave accident de la route, en Tanzanie, touche une équipe de Jeunesse en mission

    Lun 26 février 2024

    Un accident de la route, survenu le 24 février près d’Arusha en Tanzanie, a fait onze morts et huit blessés dans une équipe de Jeunesse en mission.

  • Blaise-Alain Krebs : merci !

    Sam 24 février 2024

    Blaise-Alain Krebs est décédé le 19 février dernier. Par ses nombreux engagements, celui qui était éducateur spécialisé a marqué la vie de son Eglise, à Neuchâtel. Il a également servi la FREE comme vice-président du Bureau des rencontres générales.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !