« J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

Propos recueillis par Gabrielle Desarzens pour l’émission Hautes Fréquences vendredi 03 novembre 2023

Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

Dans les années 70, 80 et 90, des filières proposaient des enfants sri lankais à l’adoption en Suisse. On sait aujourd’hui que ce sont quelque 880 enfants qui ont ainsi été adoptés de façon illégale. Retrouver ses parents biologiques n’est pas une tâche facile puisque les actes de naissance ont été pour la grande majorité falsifiés, notamment le nom de la mère à qui on a pris, acheté, voire volé son bébé.

A Genève, Sélina Imhoff fait partie de ces bébés adoptés. Pasteure dans l’Eglise (FREE) de Meyrin, elle s’est dite prête, enfin, à témoigner. Elle a été adoptée en Suisse par un couple qui avait déjà un fils et qui, après elle, a adopté une deuxième fille au Sri Lanka, avec laquelle la pasteure genevoise n’a toutefois pas de lien de sang. C’est une enquête du Téléjournal en 2017 sur ce trafic d’enfants qui lui a provoqué un choc. Enquête, reprise par la suite par deux magazines de Temps Présent, en 2018 et 2019.

 

Vivre – Sélina, comment qualifier le premier choc que vous avez eu en regardant le journal télévisé ?

Sélina Imhoff – J’ai été boulversée, car je n’avais pas du tout l’habitude que l’on parle des enfants adoptés du Sri Lanka. Pour moi, il y a plein d’enfants adoptés qui viennent d’un peu partout. J’avais zéro information sur mes origines, et je crois que je m’étais habituée à ne rien savoir. D’un coup, quelque chose est remonté et là, j’ai été obligée de m’informer. J’ai découvert beaucoup de zones d’ombres auxquelles je ne m’attendais pas du tout. Aujourd’hui, je ne me sens pas à l’aise, parce qu’il y a plein d’éléments qui me questionnent encore, qui ne sont pas réglés, et qui sont assez douloureux. Je me pose évidemment des questions par rapport à mes parents d’origine, par rapport à ma mère biologique et ce qui s’est passé pour elle. Mais je me pose aussi des questions par rapport à moi et à ce que je suis censée faire avec cette histoire.

Une femme dans le même cas que vous a aussi reçu cette enquête du téléjournal en pleine face... Elle s’appelle Gaëlle. Elle a dit avoir eu le sentiment de ne plus exister…

En ce qui me concerne, cela faisait déjà un moment que je me disais que j’existais malgré cette partie de ma vie au Sri Lanka, dont je ne me sentais pas le droit de parler. Cela remonte à mes 20 ans, quand je fréquentais un groupe de jeunes évangéliques. La question de l’appartenance, pour moi, était essentielle. Je ne me sentais pas être comme les autres. Et c’était difficile pour moi de me dire que, même dans une Eglise, je ne me sentais pas faire partie du groupe. Un jour, en essayant de lire la Bible, je suis tombée sur le psaume 27 (ndlr : verset 10) qui dit : « Si ton père et ta mère t’abandonnent, moi le Seigneur je te recueille ». Et cette phrase, pour moi, a allumé comme un projecteur sur quelque chose que je n’avais jamais osé évoquer. Et le Seigneur venait me dire qu’il savait que j’avais été abandonnée à un moment de mon histoire, mais qu’on allait y travailler, Lui et moi.

Et c’est sur ce socle-là que vous avez pu vous construire…

Oui, c’est un socle. Mais en même temps, c’est un socle qui a aussi déstructuré beaucoup ma vie. Car je m’étais construite comme une enfant qui devait apporter de la joie, qui venait compléter une famille. Mais un enfant adopté, ce n’est pas que ça. Il a aussi sa part d’histoire qui n’appartient pas aux parents adoptifs.

Dans les magazines de Temps Présent, des femmes, adoptées comme vous, parlent de honte, avoir le sentiment d’être une mauvaise personne. Vous ressentez la même chose ?

Clairement, oui. Je ne me sens pas légitime. C’est très difficile aussi d’être une enfant de couleur qui grandit dans un monde de Blancs. Ce n’est pas rien. J’ai grandi avec une mère blonde aux yeux bleus... Moi je suis foncée de peau, cheveux noirs, yeux noirs. Ce n’est pas évident de se dire que l’on fait partie de cette famille. On sait très bien que l’on appartient à ailleurs aussi. J’ai alors eu besoin de retrouver certaines racines, car je ne me sentais pas la capacité de devenir maman. J’ai senti qu’il fallait que je bouge quelque chose en moi. Avec mon mari, on est parti au Sri Lanka en 2012. Et j’ai découvert en moi des choses qui prenaient sens. J’ai su que je venais de quelque part. Et pas de nulle part. Deux ans après, je suis devenue maman. J’ai accueilli mon fils, Simon, qui me ressemble beaucoup. En fait, il est la seule personne que je connaisse qui me ressemble.

Jean-Philippe Ceppi, producteur de l’émission Temps Présent, parle de « fermes à bébés » pour parler des orphelinats du Sri Lanka. Comment réagissez-vous à ces mots ?

C’est déshumanisant. Ce sont des femmes qui étaient là pour être en gestation et offrir un enfant pour un trafic qui profitaient à certains, pour des milliers de francs. Cela me révolte beaucoup, j’ai un fort sentiment d’injustice et un vrai sentiment d’horreur que ce genre de choses ait pu exister.

Dans le magazine de 2019, des images montrent ces fermes à bébés avec des enfants à même le sol, couvert de mouches…

Il s’agit de l’orphelinat de Colombo qui appartenait à Miss Dawn de Silva, et c’est l’orphelinat duquel je viens. Et ces images m’ont frappée parce que ces enfants, ça pouvait être moi. Et pendant les premiers jours de nos vies, c’est comme cela que nous avons été traités. Alors qu’un enfant a besoin de sécurité, qu’il ne s’appartient pas, qu’il est la prolongation de sa mère, comme on dit. Là ce n’est de loin pas le cas. L’enfant est abandonné. Et je pense que je vis depuis quelques années des stress post traumatiques, des ressentis très forts d’angoisse d’abandon, au point que je me dis que je pourrais en mourir, même si ce n’est pas rationnel.

On parle de deux filières. Savez-vous de laquelle vous provenez ?

De celle de Dawn de Silva. Mes parents adoptifs m’ont toujours parlé d’elle comme de quelqu’un de super gentil qui leur a apporté les enfants qu’ils ont tant désirés. Mais c’était de l’escroquerie. J’ai retrouvé dans mon dossier d’adoption plusieurs lettres écrites par cette femme. Et les sommes qu’elle demandait, les bakchichs que mes parents devaient payer pour nous avoir ma sœur et moi, c’était vraiment du vol.

Est-ce que vous trouvez dans le christianisme de quoi colmater vos fissures ?

Dans le christianisme, j’apprends à accepter mes fissures. Pas à les colmater. J’ai trop cherché à les colmater au travers de l’adoption. Et en fait, le christianisme apprend à accepter qu’il y a des fissures et à avancer avec. C’est du moins ce que je comprends dans l’histoire biblique et dans l’histoire du Christ. Et dans ces fissures, c’est là que des choses profondes et vraies peuvent exister.

Et qu’est-ce qui vous aide, vous fait véritablement du bien dans votre foi chrétienne ?

De me dire que je ne suis pas qu’un accident de l’histoire. C’est vrai que mon parcours est fait de choses traumatisantes et violentes, mais il n’y a pas que ça. Il y a aussi les choses auxquelles j’ai pu me raccrocher, comme croire en Dieu. Croire en quelque chose qui va au-delà de ces fractures. Qu’il y a un vrai secours dans la vie. Et qu’il y a tout ce qui peut naitre de cela.

C'est bientôt Noël. Qu’aimeriez-vous dire ?

Que Jésus est né dans une condition qui peut se rapprocher de la mienne, dans une condition indigne, avec des animaux, comme dans une écurie. Mais il est venu pour nous dire que notre vie a de la valeur.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

  • Un·e responsable des finances (10%)

    Lun 29 janvier 2024

    Plus grande fédération d’Eglises évangéliques en Suisse romande, la FREE offre un cadre de travail dynamique et défiant, en lien étroit avec les autres acteurs du milieu chrétien évangélique romand, suisse et international. Dans ce cadre, la FREE recherche un·e responsable des finances.

  • Rencontre générale : une fédération utile

    Mer 29 novembre 2023

    La Rencontre générale du 25 novembre 2023 a permis de remercier Stéphane Bossel pour 23 ans d’engagements divers et importants dans la FREE. Elle a aussi permis à l’équipe de direction de partager quelques priorités, notamment le sens, les valeurs et la plus-value que la FREE peut offrir aux Eglises.

  • Rencontre générale de la FREE : l’équipe de direction souffle sa première bougie

    Sam 08 avril 2023

    La Rencontre générale de la FREE, qui a eu lieu le 1er avril 2023 à Aigle, a permis à la nouvelle équipe de direction de dresser un bilan, après tout juste une année de fonctionnement. Et ce qui saute aux yeux, c’est le grand nombre des défis à relever.

  • FREE : une première « Journée stratégique »

    Ven 03 février 2023

    Les personnes qui exercent un rôle dans la FREE se sont réunies en janvier pour réfléchir à la mise en œuvre de la nouvelle « gouvernance à autorité distribuée » (1). Retour sur une « Journée stratégique » conviviale et studieuse.

LAFREE.INFO

  • Wanted : La FREE cherche son responsable financier, un poste-clé pour le développement de projets

    Lun 19 février 2024

    Membre du Bureau des Rencontres Générales, Bernard Frei assure ad intérim le rôle de responsable financier de la FREE. En effet, le poste laissé par Stéphane Bossel est toujours vacant. Le profil recherché ? Un esprit entrepreneurial et collaboratif, en plus d’une expérience dans les finances. Aidez-nous à trouver !

  • Les évangéliques font du "vacarme" sur la Radio suisse romande

    Sam 17 février 2024

    Cette semaine, l'émission Vacarme de la RTS a tenté de cerner pourquoi les communautés évangéliques attirent plus de 40'000 fidèles en Romandie. Le journaliste Samuel Socquet a tendu son micro à plusieurs membres (et ex-membres) d'Eglises évangéliques entre Tavannes, Lausanne et Genève. Des reportages aux titres un brin provocateurs. Mais plutôt représentatifs des convictions évangéliques sur le fond, selon Stéphane Klopfenstein, directeur adjoint du Réseau évangélique suisse (RES).

  • Agriculture : 270 paysans et consommateurs se sont encouragés et ont prié ensemble

    Ven 09 février 2024

    Une journée pour s'encourager, réseauter et prier ensemble: voilà ce qu'ont pu vivre les professionnels des métiers de la terre le 27 janvier dernier. Et pour cette édition dans les locaux du Gospel Center d'Oron, des représentants des consommateurs avaient aussi été conviés. Le Ministre vaudois de l'agriculture a également répondu présent à l'invitation d'une participante.

  • Du métier de pasteur·e. Et vous.

    Ven 09 février 2024

    Philippe Henchoz, pasteur dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, partage sa réflexion à propos du ministère pastoral et de ses défis.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !