Côte d’Ivoire : le conflit n’est pas interreligieux !

mercredi 23 mars 2011

Des milliers d’Ivoiriens quittent Abidjan en raison des combats. Les lieux de culte se ferment, mais les habitants s’entraident. Et le conflit n’est pas de nature interreligieuse, souligne un responsable évangélique sur place.

Depuis quelques semaines, la violence a gagné la capitale ivoirienne. Différents quartiers sont devenus des lieux de combat entre belligérants. Avec la pénurie de gaz, de charbon de bois, de denrées alimentaires, les prix ont doublé, voire triplé. Et le manque de véhicules de transport a fait flamber ceux des tickets de voyage. Contacté sur place, le secrétaire général de l’Union des Eglises évangéliques de Côte d’Ivoire, le pasteur Michel Loh, a indiqué que les Eglises de sa fédération ont ouvert des sites pour accueillir les déplacés de la crise post électorale à hauteur de près de 3000 personnes, dont plusieurs musulmans. Selon lui et contrairement à des informations qui circulent, il n’y a pas de conflits entre chrétiens et musulmans à l’heure actuelle. La radio onusienne en Côte d’Ivoire a demandé que les gens ne s’attaquent pas aux églises et aux mosquées, sans préciser toutefois s’il y avait eu des problèmes de ce type. Certes, Laurent Gbagbo se dit chrétien et Alassane Ouattara musulman, mais les personnes déplacées le sont en vertu des combats et non de leur appartenance religieuse. Michel Loh précise que les personnes arrêtées sont questionnées avant tout sur leur appartenance ethnique pour déterminer pour qui elles ont voté, et non sur leur appartenance religieuse.
Pour Daniel Salzmann, président en Suisse de la Mission biblique qui soutient le travail de l’Union des Eglises évangéliques et pasteur de l’Eglise évangélique du Locle (FREE), c’est avant tout le clan Gbagbo qui cherche à réduire le conflit à quelque chose de religieux. Mais des appels répétés des instances tant chrétiennes que musulmanes demandent aux fidèles de ne pas entrer dans cette logique-là.

Faut-il se résoudre à la guerre?
Dans un rapport étoffé sur la Côte d’Ivoire, l’ONG International Crisis Group indique que la communauté internationale doit réaliser que le président illégitime Gbagbo est prêt à aller jusqu’au bout, quitte à plonger la Côte d’Ivoire dans l’anarchie et le désastre économique. Suite à sa défaite électorale lors du scrutin du 28 novembre dernier, le président sortant a transformé le pays en « bataille entre communautés. (…) Des vendeuses refusent de servir certains clients dont le nom signale une appartenance ethnique différente de la leur. (…) L’impasse actuelle mène à une dangereuse désagrégation de la société ivoirienne. »

Dans sa conclusion, l’ONG qui travaille pour la prévention et la résolution des conflits armés souligne que les moyens déployés par le clan Gbagbo n’autorisent plus à douter de la menace grave que le président sortant représente pour la paix et la sécurité en Côte d’Ivoire, mais aussi dans toute l’Afrique de l’Ouest. Laurent Gbagbo, qui contrôle la Radio et télévision ivoirienne, a décidé « d’engager une bataille contre tous ceux qui l’empêchent de réaliser ce que son épouse considère comme une mission divine, la ‘libération’ de la Côte d’Ivoire. (…) Les hommes et les femmes du noyau dur n’abandonneront pas la bataille. » Dans son rapport, l’International Crisis Group demande d’« isoler les plus radicaux mais de tendre la main le plus vite possible aux alliés de Gbagbo qui commencent à se rendre compte que la logique de leur chef conduit à une guerre au terme de laquelle la Côte d’Ivoire sera plus que jamais fragile et exposée aux influences extérieures. La priorité aujourd’hui est d’éviter le pire scénario à court terme, celui d’une guerre à l’arme lourde dans la grande ville d’Abidjan, tout en évitant le pire scénario à moyen terme, celui d’une décomposition durable de la Côte d’Ivoire sur le modèle somalien. »

La Côte d’Ivoire ne connaît pas de religion majoritaire. Si plus du tiers des Ivoiriens adhèrent à l’Islam (38%), le christianisme suit avec un peu plus de 27% de la population. Le pays constitue une véritable mosaïque ethnique, avec plus de 60 communautés différentes.

Gabrielle Desarzens

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Ven 03 novembre 2023

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Ven 22 septembre 2023

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Jeu 15 juin 2023

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

  • Une expérience tchadienne « qui ouvre les yeux »

    Ven 20 janvier 2023

    Elle a 19 ans, étudie la psychologie à l’Université de Lausanne, et vient de faire un mois de bénévolat auprès de jeunes de la rue à N’Djaména. Tamara Furter, de l’Eglise évangélique La Chapelle (FREE) au Brassus, a découvert que l’on peut être fort et joyeux dans la précarité.

eglisesfree.ch

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !