Sommet de l’ONU à New York : les oeuvres d’entraide helvétiques expriment leur mécontentement

lundi 12 septembre 2005
De mercredi à vendredi, un sommet spécial de l’ONU à New York dressera un bilan de l’avancement des travaux en vue de réaliser d’ici 2015 les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Vendredi dernier à Berne lors d’un symposium, les deux oeuvres d’entraide chrétiennes, Action de Carême et Pain pour le prochain, ont fait part de leur déception devant le peu d’envergure de la politique helvétique en la matière. Antonio Hautle, directeur de l’Action de Carême, a exprimé sa « honte » devant la politique actuelle du Conseil fédéral. Peter Niggli, le directeur d’Alliance Sud, la communauté de travail des plus grandes oeuvres d’entraide de Suisse, a dressé un bilan très critique de la manière dont la Confédération déclinait les objectifs pour éradiquer de moitié d’ici 2015 la pauvreté sur la planète.

Peter Niggli, où en est la Suisse par rapport aux Objectifs du Millénaire pour le développement ?
Le Conseil fédéral soutient ces objectifs, mais il ne veut pas en tirer les conséquences financières. Il a décidé que la Suisse est actuellement trop pauvre pour augmenter son aide aux pays les plus démunis. D’après lui, notre pays ne peut pas suivre les décisions des gouvernements de l’Union européenne qui vont augmenter leur aide au développement à 0,56 % du revenu national brut (RNB) d’ici 2010, et jusqu’à 0,7 % en 2015.
En fait cette décision a été prise dans un contexte de politique politicienne, voilà trois mois. On a réalisé ensuite que l’on devait dire quelque chose à New-York cette semaine et on se trouve dans l’embarras. Dire que la Suisse est trop pauvre pour augmenter son aide au développement passe mal. Affirmer que la Suisse ne veut pas participer aux discussions internationales sur les nouveaux instruments financiers pour le développement nous fait perdre la face.

Pourtant la Suisse a réussi à augmenter son aide publique au développement, puisque celle-ci est passée à 0,41 % en 2004?
Au sein de l’administration fédérale, on a réfléchi à la manière de bien « vendre » la décision du Conseil fédéral. On a mis en avant que le gouvernement avait atteint le but qu’il s’était fixé pour l’aide au développement : franchir la barre des 0,4 % du RNB. Par cette augmentation, nous sommes aujourd’hui à la 8e place des 22 pays de l’OCDE qui ont un budget pour l’aide au développement.
En fait, nous avons franchi ces 0,4% grâce à un changement dans le calcul du taux. Aujourd’hui, on y inclut les dépenses pour les requérants d’asile durant leur première année de séjour en Suisse. L’an dernier, les 235 millions consacrés aux requérants nous ont donc permis d’atteindre ces fameux 0,4 %.

En tant que responsable d’Alliance Sud, comment appréhendez-vous cette nouvelle démarche comptable ?
En soi, nous n’avons rien contre cette manière de calculer. D’autres pays font de même. Il est toutefois évident que ces dépenses n’ont rien à voir avec l’aide au développement. Ce que nous souhaitons, c’est que le Conseil fédéral se fixe des buts pour atteindre les objectifs du Millénaire. Il devrait suivre les décisions de l’Union européenne et affirmer sa volonté de consacrer d’ici 2010 0,56 % de notre RNB à l’aide au développement et d’ici 2015 0,7%.

Ces dernières années, la société civile était associée à la délégation qui participait aux débats à l’ONU. Cette année, vous ne figurez pas au sein de la délégation officielle, pourquoi ?
Nous avons demandé officiellement au Département des affaires étrangères à être intégrés à cette délégation, mais mercredi dernier on nous a fait savoir que nous n’y avions pas de place.
Nous ne connaissons pas exactement les raisons qui ont poussé le Conseil fédéral à refuser notre présence, mais il est possible qu’une majorité de notre gouvernement pense que les critiques des oeuvres d’entraide sur le dossier des OMD les dispensent de toute participation à la délégation qui se rend à New York.

Ce refus vous fâche-t-il?
A mon sens, cette décision est une erreur. Sur la scène internationale, la Suisse s’est profilée comme un exemple par son intégration des représentants de la société civile dans les négociations internationales importantes. Elle encourage même d’autres pays à faire comme elle. A cause d’un changement de climat au Conseil fédéral, on modifie la pratique qui prévaut depuis plus d’une dizaine d’années.

Cette crispation autour de l’aide au développement n’est-elle pas le reflet de ce qui se passe aujourd’hui dans l’opinion publique : les temps ne sont plus à la solidarité avec le Sud ?
A mon sens, il n’y a pas eu de changement profond dans l’attitude des Suisses à l’endroit des pays en voie de développement. Parmi les parlementaires fédéraux, oui, mais pas parmi la population. Depuis une vingtaine d’années, nous réalisons des sondages d’opinion pour connaître l’attitude des Helvètes par rapport à l’aide au développement. On peut dire que plus de 80 % de la population y est favorable – et c’est là un chiffre quasiment stable ! Une grande majorité des Suisses le sont pour des raisons éthiques ou religieuses. La majorité des personnes sondées pensent que la Confédération distribue une aide au développement qui correspond au double des sommes engagées dans ce domaine aujourd’hui. Une minorité en augmentation considère même qu’il faut en faire davantage.

Ces prochaines années, que vont faire les oeuvres d’entraide pour alimenter ce désir de solidarité avec le Sud ?
Après les vacances d’automne, le Conseil fédéral va débattre de la contribution de la Suisse à la cohésion de l’Union européenne. Il nous faudra débourser un milliard de francs, une somme qui est le prix à payer pour les Bilatérales II. Notre gouvernement a décidé l’an dernier que ce montant serait prélevé sur les sommes consacrées à l’aide au développement. Nous nous opposons à cette décision. Un tel prélèvement semble éthiquement douteux. De nombreux parlementaires, y compris dans le camp bourgeois, ne sont pas à l’aise avec cette solution. Ce sera donc un objet de lutte ces prochains mois.

Propos recueillis par Serge Carrel

  • Encadré 1: Bio express
    Peter Niggli est le directeur d’Alliance Sud, la communauté de travail des plus grandes oeuvres d’entraide de Suisse : Action de carême, Pain pour le prochain, Swissaid, Helvetas, Caritas et l’EPER. En 2004, il a publié « La mondialisation, et après... Quel développement au 21e siècle ? ».
  • Encadré 2: Les Objectifs du Millénaire pour le développement en bref
    En 2000, les chefs d’Etat de la planète ont adopté dans le cadre de l’ONU la Déclaration du Millénaire pour le développement (OMD). Ils se sont engagés d’ici 2015 à réaliser 8 objectifs tangibles : réduire de moitié l’extrême pauvreté et la faim, donner les moyens à tous les enfants de la planète d’achever un cycle primaire, promouvoir l’égalité des sexes, réduire de deux tiers la mortalité des moins de 5 ans, réduire de trois quarts la mortalité des femmes qui accouchent, stopper la propagation du sida, assurer un développement durable et mettre en place un partenariat mondial pour le développement.
    5 ans après l’énoncé de ces 8 objectifs, un sommet de l’ONU dressera de mercredi à vendredi à New York un premier bilan de ce processus.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !