Liban : le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter visite Tahaddi

Liban : le ministre des affaires étrangères Didier Burkhalter visite Tahaddi
(Rose Khoury (Tahaddi, chargée de communication)) icon-info
vendredi 27 mai 2016

De passage à Beyrouth suite au premier sommet humanitaire mondial d’Istanbul, le Conseiller fédéral Didier Burkhalter s’est arrêté à Beyrouth. Il a pris deux heures pour rencontrer des jeunes de la région et visiter Tahaddi, l’œuvre cofondée par Catherine Mourtada en lien avec les Eglises de la FREE.

Le mardi 24 mai, la directrice du centre éducatif Tahaddi à Beyrouth, la Suissesse Catherine Mourtada, a reçu la visite de Didier Burkhalter, ministre des affaires étrangères de la Suisse. « C’était très stressant ! explique l’ancienne enseignante vaudoise. Une délégation de l’Agence suisse pour le développement et la coopération, en charge d’organiser l’évènement, est venue lundi dernier en reconnaissance. Mardi, le convoi officiel est arrivé aux alentours de 17h, en grande pompe, précédé par un convoi de la sureté intérieure libanaise. Une quinzaine de policiers armés sont descendus des véhicules et ont accompagné le ministre et sa suite jusque dans l’enceinte du centre de Tahaddi. Il y avait également du personnel diplomatique helvétique, l’ambassadeur de Suisse au Liban ainsi que plusieurs journalistes. »

Une table ronde sur le toit du centre éducatif

La Coopération suisse avait demandé à Catherine Mourtada si le centre pouvait accueillir une table ronde avec 8 jeunes de 4 ONG actives au Liban et soutenues par des fonds publics suisses. La table ronde n’a toutefois pas tout de suite eu lieu sur le toit du centre. Après avoir fait quelques pas dans l’enceinte, Didier Burkhalter a pris conscience que les enfants n’étaient plus là. L’école était finie. Il a souhaité sortir à leur rencontre. « J’aime beaucoup les enfants, a expliqué le ministre. J’aimerais pouvoir leur parler et les voir de plus près. » Un désir de conseiller fédéral ne se discute pas… et après avoir ôté veste et cravate, Didier Burkhalter est sorti du centre, tout de suite entouré par plusieurs enfants attirés par les belles voitures !

Catherine Mourtada a alors emmené le ministre visiter une famille dont trois des enfants fréquentent le centre. Les forces de police talonnaient le groupe et essayaient de dissuader la délégation d’aller plus avant. Le ministre s’est montré très chaleureux avec les enfants rencontrés. Catherine Mourtada ne l’a pas emmené jusqu’au centre médical géré par Tahaddi. « C’était trop à l’intérieur du bidonville et il fallait passer dans des ruelles étroites, ajoute la Suissesse. De plus le dispensaire était fermé vu que sa directrice, Nadia Accad, était à mes côtés pour recevoir le ministre. »

Sur le chemin du retour, Didier Burkhalter a répondu à quelques interviews de journalistes, puis est monté sur le toit du centre éducatif pour participer à la table ronde. 8 jeunes, des Libanais, des Palestiniens, des Syriens et des Libanais d’origine Dom – ces deux derniers représentaient la population scolarisée par Tahaddi –, ont exprimé au ministre leurs difficultés, leurs craintes, leurs besoins, leurs perspectives d’avenir et leurs espoirs.

« Appelez-moi Didier ! »

« C’est la première fois que nous recevons un ministre, a expliqué Catherine Mourtada. Nous avons déjà reçu des délégations de la coopération suisse, française ou de Monaco notamment, mais jamais à un tel niveau. Ce qui a surpris tout le monde, c’est que le conseiller fédéral s’est tout de suite montré très proche des gens. Il nous a demandé de l’appeler ‘Didier’ et a adressé un mot gentil à chacun des enfants ou des adolescents rencontrés. » 

L’association Tahaddi doit chaque année trouver 700'000 francs pour scolariser environ 200 enfants et apporter une formation complémentaire à une quarantaine d’adultes. Avec ce montant, elle fait aussi tourner le centre médical qui veille sur la santé de près de 2000 familles de ces quartiers très pauvres. Une action sociale en faveur des réfugiés s’est aussi beaucoup développée depuis la crise syrienne.

Soutenue par le Service de missions et d’entraide, le département humanitaire de la FREE, et l’association Tahaddi Suisse, cette œuvre fondée par Catherine Mourtada et la Française Agnès Sanders, médecin, accueille régulièrement des représentants de donateurs institutionnels ou privés, susceptibles d’aider à la prise en charge financière de cette action éducative, médicale et sociale en faveur de cette population très précarisée de Beyrouth.

Serge Carrel

Le site du Service de missions et d’entraide (SME). 
Le site de l’association Tahaddi.

  • Encadré 1:

    Des quotidiens suisses en parlent

    - « Burkhalter visite des projets soutenus par Berne », 24 Heures, 24.05.2016. Lire l'article.

    - « Burkhalter visite des projets soutenus par Berne », 20 Minutes, 24.05.2016. Lire l'article.

    - « Aussenminister Didier Burkhalter im gefährlichsten Slum von Beirut : Handschlag für die Hoffnung », Blick, avec une vidéo et des photos prises sur le site de Tahaddi, 25.05.2016. Lire l'article.

    - « Burkhalter besucht im Libanon von der Schweiz unterstützte Projekte », Blick, 24.05.2016. Lire l'article.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Le Coast Camp a dû changer de chalet au pied levé, mais l’enthousiasme reste au beau fixe

    Ven 09 décembre 2022

    Un mois et demi avant le début du Coast Camp – un camp de ski réunissant plusieurs groupes de jeunes chrétiens – ses responsables ont dû trouver un autre hébergement. Le revers positif de la médaille, c’est que le nouveau centre de camp permet d’accueillir plus de monde. Les inscriptions sont encore ouvertes.

  • La FREE a signé la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs », élaborée et lancée par le Réseau évangélique suisse

    Ven 09 décembre 2022

    Présentée le 6 décembre 2022, la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs » vise à prévenir l’exploitation sexuelle, l’abus de pouvoir et d’autres violations de limites au sein des Eglises, organisations et œuvres chrétiennes. A l’instar d’une douzaine de fédérations d’Eglises, la FREE s’est engagée, par sa signature, à prévenir les comportements abusifs.

  • HET-PRO : une première volée de maîtres de stage

    Ven 09 décembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de décerner vingt et une attestations à des personnes – pasteurs ou collaborateurs dans des œuvres chrétiennes – qui se sont formées comme maîtres de stages. Les participants témoignent de l’utilité d’une telle formation.

  • Un Suisse dans les prisons africaines du Congo RDC

    Jeu 08 décembre 2022

    Le Valaisan José Mittaz, prêtre et chanoine du Grand-St-Bernard, est actuellement au chevet des détenus de Bukavu et Kabare en République démocratique du Congo. Il met ainsi à profit un temps sabbatique auprès d’une population dans laquelle il dit reconnaître des sœurs et des frères en humanité. Un engagement inspirant dans cette période de l’Avent.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !