Georges Musy : 2 ans et 3 mois d’arrêt à cause d’un burnout !

lundi 20 avril 2009
Les chrétiens ne sont pas à l’abri d’un burnout. Pasteurs et membres d’Eglise sont menacés, surtout en cas d’activisme professionnel et spirituel. Georges Musy était membre de l’Eglise évangélique d’Oron (FREE) quand il a vécu son burnout. C’était en mai 2000. Aujourd’hui, il raconte volontiers son expérience dans un livre comme dans les Eglises. Une expérience qui a ruiné son couple... et qui l’a fait avancer sur le chemin d’un Dieu proche. Y compris dans le désert du burnout.

Il a été arrêté 27 mois à cause d’un burnout ! Georges Musy habite Noréaz dans le canton de Fribourg. Il a aujourd’hui 48 ans. En mai 2000, il est au bout du rouleau. Courtier en assurances indépendant, il se lève à 5h du matin, se couche à plus de minuit et court toute la journée entre ses visites à ses clients, son travail de bureau et ses activités d’Eglise. « J’avais atteint un tel degré d’épuisement, explique-t-il, que je ne parvenais qu’à peine à sortir de mon bureau. Je déplaçais mes rendez-vous et fuyais le contact avec les clients. »

Surmenage ou burnout ?
Sur le conseil de son ex-épouse, Noëlle, il prend rendez-vous chez son médecin de famille. Ce dernier diagnostique un surmenage et lui accorde quelques semaines de repos. Georges a toutefois l’impression que son mal est plus profond. Par un ami, il entend parler d’un autre médecin plus familier des surmenages et des épuisements. Georges prend rendez-vous et cet autre médecin diagnostique un « burnout ». « A l’époque je ne savais pas de quoi il en retournait, mais j’ai compris rapidement que j’étais « consumé » du point de vue physique, psychique, émotionnel et spirituel ! »
Aujourd’hui, Georges Musy l’admet. Son corps lui avait donné pendant des mois des « lumières rouges ». Les signes de fatigue étaient évidents: les vertiges, les pertes de mémoire et les troubles de langage se multipliaient. A plusieurs reprises, il avait même dû s’allonger dans sa voiture et faire la sieste en pleine journée. De plus, il manquait de motivations pour son travail, avait régulièrement des insomnies, était devenu irritable et ne supportait plus la foule. « Il m’a fallu 27 mois pour reprendre un travail, souligne-t-il. 2 ans et 3 mois ! »

Un retour avec pertes et fracas
En septembre 2002, Georges Musy reprend une activité professionnelle. Son conseiller AI lui propose une place de stagiaire journaliste. Il tient le coup pendant 2 mois, puis décide de cesser cette activité à cause des horaires irréguliers.
Depuis l’été 2001, son ex-épouse vit avec leurs deux fils en Espagne, près des grands-parents. C’est de concert qu’ils ont décidé cela, mais cette séparation temporaire ne parvient pas à améliorer l’état de santé du couple. Fin 2003, Georges et Noëlle décident de divorcer. « Au travers de ce burnout, quelque chose s’est brisé dans notre couple, explique Georges Musy. C’est un peu la goutte qui a fait déborder le vase et il n’a pas été possible de raccrocher les wagons. Rien ne sera jamais plus comme avant ! »
Aujourd’hui, Georges Musy est remarié. Il vit avec Céline et travaille comme responsable ressources au Service des autoroutes du canton de Fribourg. A nouveau très pris par les responsabilités professionnelles qui lui incombent, il essaie de garder le cap. « Pour éviter toute rechute, relève-t-il, j’ai dû mettre des priorités différentes dans ma vie. » La famille, Dieu, puis les amis sont dans l’ordre ses priorités actuelles. « J’essaie de respecter une hygiène de vie saine – écouter son corps, bien dormir... – et lorsque je sens que la fatigue psychique revient, c’est comme avec la soif, quand on la sent, c’est déjà trop tard ! Il aurait fallu boire avant. Donc j’agende régulièrement des sorties et je planifie mon temps libre. C’est une discipline. Au début, ça a été dur, mais cela doit faire partie de la gestion de notre quotidien. »

Dieu proche malgré tout !
Durant ses 2 ans et 3 mois de burnout, Georges Musy a quant à lui continué à ressentir la proximité de Dieu. « A ce moment-là, j’avais énormément de peine à lire et à regarder la TV, explique ce chrétien engagé à l’époque dans l’Eglise évangélique d’Oron (FREE). Mais Dieu me parlait chaque jour par des versets de la Bible que je connaissais par coeur et qui prenaient un relief extraordinaire dans un tel contexte. » Georges Musy est aussi rejoint par l’histoire du prophète Elie qui, à la suite de ses victoires sur les prophètes de Baal, connaît le désert, la solitude et la dépression (1 Rois 19, 1-21). « Dieu m’a rendu sensible à la manière dont il pouvait prendre soin de moi et me nourrir dans ces instants particulièrement difficiles ! »
Sa perception de Dieu s’est aussi approfondie au travers de cette épreuve. Georges Musy découvre un Père beaucoup plus présent dans le quotidien de son existence. « On raconte souvent cette histoire de traces de pas sur le sable au bord de la mer. A un moment, il y a deux traces, puis plus qu’une... Et la personne qui voit cela a l’impression qu’elle se retrouve seule, abandonnée, alors que Dieu lui dit que c’est lui qui la portait à ce moment-là. Moi, j’ai réalisé que Dieu m’avait porté durant toute cette épreuve. J’ai vraiment ressenti fortement sa présence ! »
Tout en étant actuellement engagé à l’Eglise évangélique de Réveil à Fribourg, Georges Musy se méfie de l’activisme en milieu chrétien. Une hyperactivité spirituelle a aussi contribué à l’apparition de son burnout... et il ne tient pas à ce que cela se reproduise !

Serge Carrel

Suite de notre mini dossier sur le burnout avec: "Cristina Heierli: 'Une spiritualité saine peut prévenir un burnout'". Ce qu'une psychiatre dit du burnout en lien avec les patients qu'elle accompagne et qui sont victimes de ce syndrome. Une version radio est également disponible au bas de cet article.

  • Encadré 1: Georges Musy a publié un livre qui retrace son expérience de burnout : Burn-out. Il y a une issue ! Chailly-sur-Montreux, RDF, 2006, 145 p.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Crises climatique et énergétique : les chrétiens appelés à une réponse communautaire, et pas seulement individuelle

    Ven 23 septembre 2022

    Le 15 septembre, deux Eglises évangéliques de Nyon ont invité Laurent Balsiger, député vaudois et directeur de la Société électrique des forces de l’Aubonne, pour une conférence intitulée « Crise énergétique, enjeux et solutions ».

  • La HET-PRO remet son tout premier Master

    Ven 23 septembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de remettre son tout premier Master of Art en théologie appliquée (1). Cinq ans après son ouverture, cette école franchit ainsi une étape importante de son développement.

  • Timothy Cho : de l’enfer nord-coréen à la liberté

    Jeu 15 septembre 2022

    « J’étais un nobody dans un pays assimilable à une immense prison ». Timothy Cho, 34 ans, a réussi à s’évader de Corée du Nord, a entendu parler du Dieu des chrétiens au fil de ses évasions, et vit depuis 14 ans en Grande Bretagne. Il sera l’un des invités remarqués de la Journée annuelle de Portes Ouvertes Suisse samedi 24 septembre à Yverdon-les-Bains.

  • Shireen Abu Akleh : la mort d’une icône chrétienne

    Mer 07 septembre 2022

    Lundi 5 septembre, l’armée israélienne a avoué du bout des lèvres avoir tué la journaliste palestinienne Shireen Abu Akleh. Son décès met en lumière la minorité chrétienne palestinienne.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !