« En devenant chrétien, j’ai tourné le dos à l’appel du djihad » par Amine Faudal

« Les prescriptions du djihad sont aujourd’hui encore inscrites dans la poitrine des enfants », énonce Amine Faudal.
« Les prescriptions du djihad sont aujourd’hui encore inscrites dans la poitrine des enfants », énonce Amine Faudal.
Amine Faudal lundi 03 avril 2017

De nombreux jeunes musulmans sont actuellement encore attirés par le djihad. Cette actualité rappelle à Amine Faudal (1) le propre attrait qu’a exercé sur lui ce combat contre les infidèles pendant sa préadolescence et son adolescence algériennes. Et les pleurs qu’il a essuyés alors quand il n’a pas pu le pratiquer.

J’ai 71 ans. Né musulman, je suis devenu chrétien il y a quatre ans. Depuis, j’ai beaucoup réfléchi à la fascination que le djihad exerce sur les jeunes musulmans. Et je me suis rappelé combien ce combat contre les infidèles m’a été inculqué pendant mes jeunes années en Algérie. Comme tous les autres enfants, j’ai appris le Coran qu’on mémorisait et récitait quotidiennement. Nous avions tous une très bonne connaissance des versets du djihad. Le 1er novembre 1954, la guerre d’indépendance s’est déclarée. Dès ce moment-là et pendant 8 ans, nous avons vu chaque année des jeunes de 17 à 18 ans rejoindre le djihad contre les forces françaises. Parmi ces jeunes, beaucoup sont morts en martyrs. Durant les deux dernières années de la guerre, j’ai eu plusieurs amis proches qui ont rejoint ce combat contre les infidèles et j’avais la certitude qu’ils étaient dans le droit chemin.

Ma foi musulmane était très forte. Il m’était impossible de remettre en cause ou de douter de la Parole d’Allah telle qu’elle m’avait été enseignée. J’avais une foi absolue dans sa promesse et ses engagements. Et je gravais le Coran « dans ma poitrine et dans mon cœur ». Mon regard, ma volonté toute ma vie était dirigée vers ce but suprême : être digne de la promesse d’Allah et respecter scrupuleusement le pacte qui m’unissait à lui.

Immense déception

C’est dans cet état d’esprit que j’ai reçu, le 19 mars 1962, l’annonce comme quoi la guerre du djihad était terminée. J’ai entendu à la radio des moudjahidines le discours de Benyoucef Benkhedda, président du gouvernement provisoire de la République algérienne durant la guerre d'Algérie, qui annonçait le cessez-le-feu et la fin des combats. J’ai alors pleuré. Dans ces pleurs, il y avait la joie de la victoire, mais surtout une immense déception : il ne m’était plus possible de mener le djihad et de mourir en martyr. Je ne pouvais plus mettre en œuvre mon pacte avec Allah, pour que s’accomplisse sa promesse de m’offrir le paradis.

Si je partage aujourd’hui cela, c’est parce que l’actualité me donne à réfléchir à ce djihad qui, dans l’islam, n’est pas lié à un contexte précis : la prescription du djihad, qui consiste à combattre pour que la Parole d’Allah soit la plus haute, n’est pas limitée dans le temps et l’espace. Cette prescription est valable en tout temps et tout lieu, parce qu’elle résulte d’un pacte entre Allah et les croyants. Et Allah s’est engagé sur sa promesse de respecter ce pacte, en offrant le Paradis à ceux qui combattent dans son chemin, qui tuent et se font tuer pour que Sa Parole soit proclamée sur toute la terre, et que l’islam soit imposé à l’ensemble de l’humanité.

Manipulation

Aujourd’hui, je suis chrétien. Et je me désole de savoir encore des enfants, des préadolescents et des adolescents suivre ce que je considère désormais comme une religion mortifère. Jésus m’a libéré. J’ai découvert un Dieu d’amour, un Père. Je prie qu’il libère encore de nombreuses autres personnes de ces chemins de mort.

Amine Faudal

1 Nom d’emprunt que l’auteur de cet article, connu de la rédaction, a choisi pour ne pas mettre en danger sa parenté vivant en terre musulmane. 

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !