Aménager des ponts entre les malades et Dieu

vendredi 03 juin 2005
Virginie Reichel exerce un service d’aumônière au CHUV à Lausanne. Cette infirmière de formation travaille dans une équipe œcuménique. Mandatée par la Fédération évangélique vaudoise (FEV) et salariée en partie par le Trait d’union des AESR (TUM), elle est à l’écoute des souffrances et des questions existentielles des Romands qui séjournent dans le plus grand hôpital vaudois. Elle rend compte ici de ce qui l’habite dans ses visites… Cet article est paru dans le magazine « Concepts femme » du groupe Alliance Presse.

« Dieu me précède dans mes visites. Il utilise ces rencontres pour renouer le contact avec des personnes qui crient à lui et qui le cherchent dans le doute. » Virginie Reichel a 48 ans. Infirmière de formation, cette mère de 3 jeunes adultes a repris voilà une année une activité d’aumônier à mi-temps au CHUV à Lausanne. Salariée par la Fédération évangélique vaudoise (FEV), elle a rejoint l’équipe d’aumônerie oecuménique de l’hôpital. Dans un contexte de pluralisme religieux reconnu, elle se rend au chevet de tous les patients des services qui lui sont confiés pour leur proposer conversation, écoute et accompagnement.

La tâche paraît rude, mais l’accueil est la plupart du temps ouvert du côté des malades. Assise à la cafétéria d’un des plus grands hôpitaux de Suisse romande, Virgine Reichel raconte avec des scintillements de contentement dans les yeux ses « rendez-vous divins ».

 

Une onction d’huile, puis le repas du Seigneur

 

« Il y a quelques semaines, une équipe soignante fait appel à mes services. Un de leurs patients est passé près de la mort et, depuis, il n’arrête pas de pleurer. » Au travers des contacts que Virginie Reichel noue avec lui, l’homme parvient à mettre des mots sur son vécu. Il a été bouleversé par le fait que Dieu le gardait en vie, alors qu’il était si près de la mort. Au fil des jours, Virginie apprend que ce malade a été exclu d’une Assemblée de frères à cause d’un mariage en dehors de son milieu religieux. L’aumônière lui propose ensuite une onction d’huile. L’homme y consent et souhaite partager le repas du Seigneur alors que cela fait 40 ans qu’il ne l’a pas pris. « Mon accompagnement permet tout simplement à des gens de retisser des liens avec leurs convictions de foi ou plus concrètement avec une Eglise », ajoute-t-elle. Au sortir de l’hôpital, ce patient n’en restera pas là. Il annonce qu’il fréquentera d’un peu plus près la paroisse réformée de son village...

 

Aller plus loin que l’empathie

 

Virginie Reichel goûte aussi parfois à une compassion particulière pour quelqu’un. « Une compassion qui dépasse largement la simple empathie à laquelle nous sommes tenus à l’occasion de nos visites », explique-t-elle. Il y a quelques mois, l’aumônière entre en relation avec une jeune femme blessée dans un accident de voiture. Dans l’accident, son bébé a trouvé la mort. Ce vécu remplit Virginie d’une compassion particulière à l’endroit de cette femme de religion musulmane. Et ce d’autant plus que les relations au sein du couple en deuil se détériorent. Sans tenir compte des désirs de la maman, le mari rapatrie le corps du bébé dans son pays d’origine et le fait inhumer en l’absence de la maman. « Nous avons vécu des moments forts le jour de l’enterrement, explique Virginie. Cette femme en deuil a accepté que nous priions ensemble et que nous goûtions à la consolation de Dieu... »

 

Accompagner pour faciliter l’acceptation du handicap

 

Depuis peu, Virginie Reichel a pris des initiatives dans un service de réhabilitation de personnes victimes d’un accident cardio-vasculaire. « J’ai réalisé qu’il y avait un manque dans l’accompagnement de ces patients qui ont pour la plupart entre 40 et 60 ans et qui passent entre 2 et 6 mois à l’hôpital. Notamment dans le suivi de l’intégration de leur handicap, passager ou définitif, à leur quotidien ». Sur le modèle de ce que fait déjà une de ses collègues dans un service d’orthopédie, Virginie propose à l’équipe soignante un accompagnement régulier de quelques patients. L’équipe réagit très positivement à cette offre. Depuis, l’aumônière salariée par la FEV est intégrée dans les horaires de soins et elle participe régulièrement aux colloques interdisciplinaires qui font le point sur l’état des patients.

« En fait, conclut Virginie Reichel, dans cet engagement d’aumônerie, je fais modestement ce que Jésus a déjà fait. Il parcourait les routes d’Israël-Palestine. Sur son passage, tout le monde n’était pas guéri, mais tous ceux qui se montraient ouverts à sa présence pouvaient le rencontrer ! »

Serge Carrel

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !