Un pasteur malien face à l’islam radical au Sahel

mercredi 25 septembre 2013

Les groupes islamistes radicaux mettent sous pression la région sahélienne.
Pour le souligner, la section suisse de l'ONG Portes ouvertes a invité le pasteur Bouya de Tombouctou et le journaliste nigérien Illia Djadi. Rencontre.

La menace islamiste incarnée par différents groupes armés s'est amplifiée ces dernières années dans la région du Sahel. Le Malien Yattara Mohamed Ag Mossa, dit pasteur Bouya, a d'ailleurs dû fuir en avril 2012 Tombouctou et se réfugier dans la capitale Bamako. Invité par la section suisse de l'ONG Portes ouvertes, il a raconté jeudi 19 septembre en conférence de presse la précarité de ses fidèles réfugiés dans le sud du pays : « On a connu des moments de persécution très graves, a-t-il déclaré. En 2012, on a compris que l'islam est une menace réelle. Les combattants d'Ansar Dine (ndlr : qu'on peut traduire par « Défenseurs de la religion ») ont dit qu'ils allaient égorger tous les chrétiens de Tombouctou. J'ai alors commencé à inciter la communauté à quitter le nord du pays. »

Islam radical en progression
Portes ouvertes affirme que l'islam radical progresse aujourd'hui dans toute la zone sahélienne. Elle appuie ses craintes sur l'index mondial de persécution qu'elle publie chaque année. Pour le journaliste Illia Djadi – qui séjourne à Londres – les différents groupes islamistes armés ont une interprétation rigoriste du Coran et mènent dans la région la chasse à tout ce qui ne cadre pas avec leur vision de l'islam. Cela se traduit par la destruction de mausolées soufis, par exemple, comme à Tombouctou, ou par la conversion forcée à l'islam y compris de chrétiens. La menace concerne au final l'ensemble des populations de la région. Le journaliste a également souligné que la pauvreté généralisée fait le nid de ces mouvements qui recrutent facilement les jeunes désœuvrés.

Islam tolérant auparavant à Tombouctou
« Avant l'arrivée d'Ansar Dine, on vivait en bonne intelligence avec les musulmans de la ville, car l'islam était tolérant, a expliqué le pasteur Bouya en aparté. Des musulmans nous ont d'ailleurs aidés à partir, ma communauté et moi. » A évoquer la difficulté de vivre en réfugié à Bamako, le pasteur a parlé de grand contraste : « Il pleut beaucoup et nous, nous ne sommes pas habitués à ces pluies diluviennes. Nous avons souffert d'épidémies de paludisme », a-t-il souligné. S'il a ensuite parlé de la capitale en termes de stress et d'embouteillages, il a dit regretter l'air qui circule à Tombouctou, au contraire de Bamako « où on est étouffés. »

Projet de retour
La centaine de fidèles de sa communauté et lui projettent d'ailleurs de retourner dans le nord du pays : « C'est un grand désir et nous croyons que c'est aussi le désir de Dieu. Les Eglises ont été saccagées, mais elles sont toujours là. Vous savez, beaucoup de musulmans sentent l'absence de l'Eglise. Ils m'appellent au téléphone et me disent : 'Pasteur, vous êtes le symbole de la paix ! Tant qu'on ne vous voit pas, cela veut dire qu'à Tombouctou, cela ne va pas.' Nous sommes en train de redéployer nos activités dans le nord du pays. J'ai d'ailleurs écourté mon voyage en Suisse pour retourner rapidement et y réinsérer les frères et sœurs. Car nous croyons vraiment par la foi qu'il y aura une explosion de l'Evangile de Jésus-Christ dans cette région, même si des menaces y subsistent. »

Immense territoire
Si le nord du Mali est aujourd'hui libéré des combattants salafistes d'Ansar Dine, ceux-ci se déplacent et franchissent les frontières très facilement dans cet immense territoire sahélien. Les hommes du Mujao (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), qui est né en Mauritanie, ou d'Aqmi (Al Qaïda au Maghreb islamique), qui est d'origine algérienne, font de même. Ces différents mouvements s'allient ou s'affrontent, provoquant une grande insécurité au sein des populations.
Gabrielle Desarzens

Le pasteur Bouya était l'invité d'Hautes Fréquences dimanche 22 septembre sur RTS La Première.

Le site de l'ONG Portes ouvertes.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • « Auras-tu été toi ? »

    Lun 20 juin 2022

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Ven 20 mai 2022

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Jeu 07 avril 2022

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Lun 04 avril 2022

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !