«La foi chrétienne n'offre pas de réponse au coronavirus. D’ailleurs est-elle censée en donner une?» par N. T. Wright

N. T. Wright mardi 31 mars 2020 icon-comments 5

Il est des prises de position utiles dans le milieu évangélique. Voici celle de l'Anglais N.T. Wright, l’un des plus grands spécialistes contemporains du Nouveau Testament, publiée sur le site internet du magazine américain « Time » le 29 mars. Cette fois, la version française est publiée intégralement! Merci à Michel Sommer!

Pour de nombreux chrétiens, les limitations dans notre quotidien suite au coronavirus sont arrivées en même temps que le Carême, la période, en tradition chrétienne, de l'abstinence. Mais les nouvelles réglementations sévères – pas de cinéma, fermeture des écoles, assignation virtuelle à résidence pour les plus de 70 ans – tournent en dérision nos petites restrictions du temps de Carême. Se passer de whisky ou de chocolat est un jeu d'enfant comparé au fait de ne pas voir ses amis ou ses petits-enfants, ou de ne pas aller au pub, à la bibliothèque ou à l'église.

Ne pas se tromper en matière d’espoir

Il y a une raison pour laquelle nous essayons normalement de communier en chair et en os. Et on comprend bien pourquoi le confinement solitaire est une punition si sévère. De plus ce temps de Carême n'a pas de date de Pâques fixe à attendre avec impatience. On ne peut pas cocher les jours. Il y a un calme, non fait de repos, mais marqué par une douleur angoissée.

Nul doute que les influenceurs habituels, un peu stupides, indiqueront les raisons pour lesquelles Dieu fait cela. Punition ? Avertissement ? Signe ? Ce sont des réactions spontanées de prétendus chrétiens dans une culture qui, depuis des générations, a adopté le rationalisme : tout doit avoir une explication. Mais supposons qu’il n’y en ait pas ? Supposons que la vraie sagesse humaine ne soit pas capable de relier des spéculations douteuses et de dire : « Alors, c'est tout bon ? » Et si, après tout, il y avait des moments comme ceux que T. S. Eliot a perçus au début des années 1940, des moments où le seul conseil est d'attendre sans espoir, parce que nous espérerions la mauvaise chose ?

Retrouver les lamentations !

Les rationalistes (y compris les rationalistes chrétiens) veulent des explications. Les romantiques (y compris les romantiques chrétiens) veulent être au bénéfice d'un soupir de soulagement. Mais ce dont nous avons peut-être le plus besoin, c'est de retrouver la tradition biblique des lamentations. Les lamentations, c'est ce qui arrive quand on demande : « Pourquoi ? » et que l’on n'obtient pas de réponse. C'est là où nous en arrivons lorsque nous dépassons notre inquiétude égocentrique à propos de nos péchés et de nos manquements, et que nous regardons plus largement la souffrance du monde. Il est déjà assez difficile de faire face à une pandémie à New York ou à Londres. Qu'en est-il dans un camp de réfugiés surpeuplé d’une île grecque ? Qu'en est-il à Gaza ? Ou au Soudan du Sud ?

A ce stade, les Psaumes, le recueil de cantiques de la Bible, reprennent leur place, au moment même où certaines Eglises semblent les avoir abandonnés. « Seigneur, aie pitié de moi, je suis sans force, dit le Psaume 6. Seigneur, guéris-moi, je suis profondément troublé. » « Seigneur, pourquoi te tiens-tu éloigné ?, demande plaintivement le Psaume 10, pourquoi te caches-tu quand la détresse est là ? » Et le livre des Psaumes continue : « Jusqu’à quand persisteras-tu à m’oublier ? » (Psaume 13). Et poursuit avec ce propos d'autant plus terrifiant que Jésus lui-même l'a repris dans son agonie sur la croix : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Psaume 22).

Oui, ces poèmes se terminent souvent dans la lumière, avec un sens renouvelé de la présence de Dieu et de l’espérance qui vient de lui, pas pour expliquer la peine, mais pour réassurer à l’intérieur de celle-ci. Mais ces poèmes empruntent parfois le chemin inverse. Le Psaume 89 commence en célébrant la bonté et les promesses de Dieu, change ensuite soudainement et déclare que tout est allé terriblement mal. Et le Psaume 88 commence dans la misère et se termine dans les ténèbres : « Et tu éloignes de moi tous mes amis. L’obscurité seule me tient compagnie. » Une parole pour notre temps de confinement.

Dieu aussi se lamente!

Intégrée ainsi dans les Ecritures, le but des lamentations n’est pas juste d’exprimer notre frustration, notre tristesse, notre solitude et notre radicale incapacité à comprendre ce qui arrive et pourquoi cela arrive. Le mystère du récit biblique est que Dieu aussi se lamente. Certains chrétiens voient Dieu au-dessus de tout cela, connaissant toute chose, en charge de toute chose, calme et insensible aux malheurs de son monde. Ce n’est pas l’image que nous repérons dans la Bible.

Selon la Genèse, Dieu est affligé à cause de la perversité violente de ses créatures humaines. Il est anéanti quand sa propre épouse, le peuple d’Israël, se détourne de lui. Lorsque Dieu revient vers son peuple en personne – l’histoire de Jésus n'a pas de sens sauf si elle nous parle de cela –, il pleure devant la tombe de son ami. L'apôtre Paul parle du Saint-Esprit qui « gémit » en nous, comme nous aussi nous gémissons au sein de la souffrance de toute la Création. L’ancienne doctrine de la Trinité nous enseigne à reconnaître le Dieu unique dans les pleurs de Jésus et dans l’angoisse de l’Esprit.

Répondre aux « pourquoi », pas une vocation chrétienne

C’est pourquoi, être capable d’expliquer ce qui arrive et pourquoi cela arrive ne fait pas partie de la vocation chrétienne. En fait, c’est une part de la vocation chrétienne de ne pas être capable d’expliquer, mais de se lamenter plutôt. Lorsque l’Esprit se lamente en nous, nous devenons, même dans notre confinement, de petits sanctuaires où la présence de Dieu et son amour guérissant peuvent demeurer. De là peuvent émerger de nouvelles possibilités, de nouveaux actes de bienveillance, une nouvelle compréhension scientifique, une nouvelle espérance. Une nouvelle sagesse pour nos responsables ? C'est en tout cas une pensée.  

N. T. Wright

Cet article est paru sur le site du « Time » le 29 mars. Traduction : Michel Sommer (avec nos remerciements!!!) et lafree.info.

  • Encadré 1:

    Bio express

    N. T. Wright est professeur de Nouveau Testament et de christianisme ancien à l'Université de St Andrews en Ecosse. Chercheur principal au Wycliffe Hall dans le cadre de l’Université d'Oxford, il est l’auteur de plus de 80 livres, dont « The New Testament in Its World ». En français, deux de ses livres récents ont été traduits aux éditions Exclesis : « Chrétien tout simplement » et « Surpris par l’espérance ».

5 réactions

  • Ray Mond mardi, 31 mars 2020 16:11

    Merci pour cet article. Il tombe tellement à propos.

  • Henri Bacher mercredi, 01 avril 2020 15:06

    Le même message en vidéo développé par le peintre François (Lausanne)
    https://youtu.be/nMKrK5YbyhI

  • André Geiser jeudi, 02 avril 2020 09:38

    Une parole éclairante, à contre courant de certaines idées bien répandues dans nos milieux, dans notre société! Tellement importante pour nous qui voulons tout comprendre, tout expliquer!

  • Christine Bourgeois vendredi, 03 avril 2020 09:47

    Merci pour cet article qui nous met face à la difficile réalité de nos limites et qui, malgré la douleur de cette confrontation, nous permet de nous ouvrir à la compassion du Père, à la confiance du Fils et à la lumière de l’Esprit. Très bon choix de la rédaction !

  • Jean-Mikhaël Bargy mercredi, 08 avril 2020 09:23

    Daniel Hyde a répondu à cet article. Une traduction de cette réponse est disponible ici : http://parlafoi.fr/2020/04/08/le-christianisme-offre-des-reponses-au-coronavirus-daniel-hyde/

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

3 juin

  • «Définitivement acquitté!» avec Norbert Valley (Ciel! Mon info)
  • «Guérir de son passé» avec Jacques Poujol (Vitamine B)

10 juin

  • «La paternité de Dieu» avec Paul Hemes (Ciel! Mon info)
  • «La protection divine» avec Anne Emmett (Vitamine B)

myfreelife.ch

  • L’Eglise La Passerelle investie dans le don de nourriture pour près de 500 personnes

    Mer 27 mai 2020

    Dans l’opulente Riviera lémanique, à Vevey, près de 500 personnes viennent chercher chaque semaine des produits alimentaires frais dans les locaux de l’Etape. « Le semi-confinement a plus que triplé le nombre de personnes dans le besoin », commente sur place Jean-Blaise Roulet, pasteur de l’Eglise La Passerelle (FREE), partie prenante de cette aide.

  • « Dieu m’a conduite. »

    Mar 19 mai 2020

    « Travailler dans une œuvre chrétienne n’est pas toujours facile. Il faut savoir pourquoi on est là ! » Rire en cascade et lunettes bien ajustées, Françoise Huguelet tire fin juin sa révérence à la FREE, qu’elle aura servie pendant 13 ans. Rencontre.

  • «Chronique de la salle de bain #9» : «Il était une fois un homme sage et son disciple...» (Marie Ray)

    Lun 11 mai 2020

    Dans un pays lointain d'ici, il y avait un homme parcourant le pays pour partager la Bonne Nouvelle de Jésus, souvent avec son disciple... Un jour, tout bascule et ils se font arrêter et jeter en prison... Quelle sera leur attitude dans cette épreuve? C'est la découverte que nous propose Marie Ray à l’occasion de sa neuvième « Chronique de la salle de bain ». Un clip à découvrir.

  • Sion : le culte "drive-in" passe à la trappe

    Jeu 30 avril 2020

    Après une première très concluante dimanche 26 avril, le culte en mode drive-in à Sion ne peut se répéter : le pasteur Matthias Radloff a reçu mercredi 29 avril une interdiction de la part des autorités cantonales. Il fulmine.

eglisesfree.ch

  • Coronavirus : les mesures à prendre proposées par la FREE et l'OFSP

    Ven 06 mars 2020

    Comme plusieurs unions ou fédérations d’Eglises, la FREE a proposé à ses Eglises membres de prendre les mesures suivantes en lien avec la propagation du coronavirus ou covid-19. Voici ce qui a été indiqué aux responsables des Eglises membres.

  • Partenariat avec la Ligue pour la lecture de la Bible

    Ven 12 avril 2019

    Le 6 avril 2019, lors de la Rencontre générale de la FREE, Philippe Thueler, Secrétaire général de la Fédération, a annoncé officiellement le partenariat entre la Ligue et la FREE pour la formation et le coaching des églises pour ce ministère.

  • Qui contacter en cas de soupçon d'abus sexuels sur les mineurs?

    Dim 03 mars 2019

    En complément à la nouvelle charte des moniteurs de l'enfance de la FREE, voici la liste des services et associations à contacter, selon les cantons, en cas de soupçon d'abus sur un mineur.

  • Lieux de culte : plutôt adaptés que neutres

    Mer 18 décembre 2019

    « Pour être missionnels, doit-on désacraliser nos lieux de culte ? » Tel était le thème de réflexion de l’après-midi, lors de la Rencontre générale de la FREE, le 23 novembre 2019 à Nyon. Cette réflexion a été introduite, le matin, par une méditation de Myriam Matthey, pasteure dans l’Eglise évangélique « La Fraternelle », à Nyon. Ensuite, durant l’après-midi, une table ronde a rassemblé Marc Gallay, pasteur dans l’Eglise évangélique de Lonay, François Kunz, architecte à Genève et Jacques André, pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny. Il ne sera, semble-t-il, pas nécessaire de « désacraliser » nos lieux de cultes et de les transformer en salles polyvalentes pour les rendre missionnels. Par contre, ils auront souvent besoin d’être adaptés.

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !