Préparer sa mort, c’est se resituer face au Créateur (1)

vendredi 08 janvier 2021 icon-comments 1

L’épidémie actuelle nous oblige à nous confronter à la mort. Et ceci constitue une excellente occasion de nous rappeler que notre existence doit, au moins en partie, être consacrée à la préparation de notre mort et de notre rencontre avec Dieu.

Le Coronavirus nous replace face à notre mortalité. Nombreux sont ceux qui ont perdu un ou des proches, avec toute la douleur et le travail de deuil que cela implique. Pour tous, la mort est discutée dans les journaux, on se demande combien mourront dans l’épidémie, et on calcule peut-être ses chances d’être de ceux-là. Nous savons que nous mourrons tous un jour. Mais notre mode de vie vise largement à oublier la mort, à l’invisibiliser pour profiter de la vie – et surtout des biens de consommation et des loisirs.

Voir rôder la mort et devoir ralentir le rythme de nos vies ne nous laisse plus ignorer la mort et peut créer une angoisse. Mais cela peut aussi nous redonner l’occasion de penser notre mort, d’apprendre à bien mourir, ce qui fut longtemps vu comme le but central de la philosophie, voire de l’existence.

La mort nous scandalise, la mort nous fait horreur, et c’est normal. Dieu n’a pas créé l’être humain pour qu’il meure. Cependant la mort règne sur l’humanité en conséquence de sa révolte contre Dieu et en raison des mauvaises actions qui en découlent. Se couper de la source de la vie et du bien ne pouvait mener qu’au mal et à la mort.

Dieu est venu affronter la mort

Mais en Jésus-Christ, Dieu est venu affronter la mort sur son terrain. Après une vie sans faute, démontrant la bonté de Dieu, Jésus est mort de la mort que nous méritions tous. Le Dieu immortel a connu la mort, le seul homme vraiment innocent est mort comme un coupable. Et il est ressuscité, manifestant sa victoire sur le mal et la mort. Il offre par là la possibilité de changer de vie et de destinée, de vivre réconcilié avec Dieu et de savoir que la mort sera « retour à Dieu » plutôt que « départ vers le néant » ou la solitude éternelle. Préparer sa mort, c’est avant tout se resituer face au Dieu créateur et éternel.

Il y a cependant là plus qu’un « ticket vers le ciel », dont l’acquisition donnerait loisir de vivre dans la méchanceté ou dans une attente passive. Vivre en harmonie avec Dieu veut aussi dire refléter son amour sur cette terre, envers ses proches, l’humanité et la création. La réconciliation avec Dieu conduit à chercher la réconciliation avec tous, notamment en pardonnant et demandant pardon, tout comme Dieu pardonne par la foi en Jésus-Christ. Se préparer à mourir, c’est aussi vivre de manière à ne pas devoir rougir au moment où la fin viendra. Et Dieu vient en aide à ceux qui veulent changer de vie. L’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ donne des ressources insoupçonnées pour changer un cœur, guérir des blessures de la vie, renouveler sa manière de vivre.

La présence de la mort peut et doit donc être une occasion de nous y préparer, de vivre une vie dont nous puissions être fiers – quel que soit le moment où viendra sa fin – et de nous situer face au Créateur, à celui devant qui chacun aura à rendre compte de sa vie et de ce qui remplit son cœur. Comme chrétien, je ne peux que pointer du doigt Jésus-Christ, celui qui fait connaître Dieu et permet le retour à lui.

 

Jean-René Moret,
pasteur dans l’Eglise évangélique de Cologny

 

(1) Ce texte a été publié dans le journal 24 heures du 6 janvier 2021

1 réaction

  • Simone Givel lundi, 11 janvier 2021 10:44

    Monsieur Moret,
    Je retiendrai, en particulier, vos deux derniers paragraphes. Car pour moi, l'épidémie devrait nous rappeler que notre existence doit au moins être consacrée à la gérance de la Création que notre Dieu nous a confiée. L'épidémie doit nous recentrer sur une vie plus juste, moins égoïste, plus solidaire avec les moins bien lotis, dans le respect et l'aide aux plus faibles, le partage afin que tous puissent bénéficier des bienfaits que Dieu a voulu pour ses Créatures. Nous devons aussi veiller à conserver une nature intacte. Certes, nous avons perdu le Paradis mais rien ne nous empêche, en tant que Chrétiens à l'image du Christ de copier notre Sauveur ..... et le monde saura que nous sommes chrétiens par l'amour dont nos actes sont empreints...... Bonnes salutations.

Laissez une réaction

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

  • Sélina Imhoff : « Prends soin de ta vie et marche ! »

    Lun 25 janvier 2021

    Dimanche 24 janvier, la pasteure Sélina Imhoff a apporté la prédication du culte radiodiffusé sur RTS Espace 2 depuis l’église évangélique FREE de Meyrin. A partir des textes de Marc 5 : 22-43, elle a voulu communiquer qu’à l’heure où la pandémie isole les plus vulnérables, « il n’est jamais trop tard pour que la vie de chacun prenne un sens nouveau ». Voici le texte de sa prédication :

  • Karin et Eric Stauffer : à plein temps au service des couples en difficulté

    Ven 15 janvier 2021

    Loin de songer à la retraite, Karin et Eric Stauffer quittent leur ministère pastoral dans l’Eglise évangélique des Uttins (FREE), à Yverdon-les-Bains, et se lancent à plein temps dans « Couple à cœur », un ministère d’accompagnement de couples chrétiens en difficulté.

  • Deux cultes radiodiffusés depuis l’Eglise FREE de Meyrin : « Une joie ! »

    Jeu 14 janvier 2021

    Les dimanches 24 et 31 janvier, les pasteurs Sélina Imhoff et Philippe Henchoz présideront « avec joie » les cultes qui seront radiodiffusés sur RTS Espace 2 depuis l’Eglise évangélique FREE de Meyrin (GE). Les thématiques de leur prédication s’inscrivent dans une veine d’encouragement en ce temps de pandémie.

  • Le Christ s’est arrêté au Mormont

    Ven 18 décembre 2020

    La première « zone à défendre » (ZAD) de Suisse occupe la colline du Mormont, sur les communes vaudoises de La Sarraz et d’Eclépens, pour empêcher l’entreprise de ciment Holcim de s’étendre. Luc Badoux, pasteur du lieu, est allé à la rencontre des militants comme aussi la diacre Lyne Gasser. Un Noël chrétien au Mormont ? Reportage diffusé le 20 décembre 2020 sur RTS La Première.

eglisesfree.ch

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !