Pour Miroslav Volf : « Des convictions exclusivistes ne constituent pas un obstacle à une société pluraliste »

mercredi 24 juin 2015 icon-comments 1

Pendant son passage à l’Université de Fribourg, Miroslav Volf a donné six conférences. Celle qui a le plus intéressé les évangéliques portait sur « Exclusivisme religieux et pluralisme politique ». Echos.

« Le fondateur de l’Etat américain de Rhode Island, l’Anglais Roger Williams, était un exclusiviste religieux. Ce chrétien convaincu a été le fondateur du premier Etat où prévalait la liberté de conscience et le pluralisme politique ! » Le jeudi 11 juin, lors de sa troisième conférence à l’Aula magna de l’Université de Fribourg, le théologien et professeur à l’Université de Yale, Miroslav Volf, a apporté un cruel démenti à tous ceux qui, dans notre société, pensent que des convictions fortes en matière religieuse entraînent de l’intolérance et de l’extrémisme du point de vue politique. La preuve : le premier Etat au monde qui a instauré la liberté de conscience, la démocratie et la séparation du religieux et du politique a été fondé par un chrétien exclusiviste, le baptiste Roger Williams, en 1636, à Providence aux Etats-Unis.

Deux impasses : le monopole et l’exclusion

Trop longtemps nos sociétés ont usé du religieux pour légitimer l’Etat et donner à une seule conviction religieuse le monopole de l’espace public. Ce fut le cas – et c’est encore le cas de manière atténuée dans des cantons comme Vaud, Berne ou Fribourg ! – dans nos sociétés européennes, qui bannirent les divergences d’opinion en excluant ou en marginalisant les individus qui les incarnaient. A l’heure du pluralisme religieux globalisé du XXIe siècle, une telle voie est une impasse pour gérer les relations entre religieux et politique.

Pour faire face à ces croyants exclusivistes que l’on ne trouve pas uniquement dans le christianisme, mais aussi dans l’islam, l’hindouisme et le bouddhisme – selon Miroslav Volf, approximativement 2,5 milliards de personnes sur la planète seraient des croyants exclusivistes ! –, nombre de responsables politiques occidentaux ne voient qu’une solution : exclure la foi de l’espace public. Par crainte de voir les religions entraîner conflits et chaos, il s’agit d’utiliser les instruments de l’Etat pour maîtriser et dominer le religieux. Faut-il, comme Jean-Jacques Rousseau le souhaitait dans son Contrat social, vraiment exclure les croyants exclusivistes de l’espace public ? « Ces croyants seraient alors confinés dans l’espace privé et ne pourraient pas déployer leur discours et leurs convictions en public. Ce qui serait dommageable ! » a déploré Miroslav Volf.

Donner du temps au temps

Certains sociologues de la religion, comme l’Américain Peter Berger, font confiance au travail du temps. « La mondialisation éroderait, selon eux, l’exclusivisme religieux en faveur de mentalités davantage pluralistes », a relevé Miroslav Volf. Il y aurait une sorte de « contamination cognitive » qui ferait douter de la pertinence de sa propre vision du monde. Au professeur de l’Université de Yale de constater que, dans la réalité, les choses se passent différemment : tous les croyants exclusivistes ne parviennent pas au pluralisme religieux. La cohabitation de représentants de différentes convictions religieuses entraîne même souvent le renforcement de l’engagement de chacun dans sa propre foi.

Le fait que le premier Etat dont la constitution a pleinement intégré le respect de la liberté de conscience soit l’œuvre d’un chrétien exclusiviste, amène, selon Miroslav Volf, des perspectives nouvelles. Aux Etats-Unis, la fondation de la ville de Providence en 1636, puis de l’Etat de Rode Island quelques années plus tard par le baptiste Roger Williams, atteste du fait que la séparation stricte de la religion et de l’Etat peut être l’œuvre de chrétiens convaincus. La constitution de cette « colonie » a instauré que la liberté de conscience valait pour tous, y compris « les papistes, les protestants, les juifs et les turcs » ! Tout cela parce que cette liberté de conscience se trouve dans la Bible. Pour Roger Williams, à aucun moment la foi ne peut être imposée à qui que ce soit. Elle est le fruit d’une décision personnelle, prise en toute liberté. De plus, Dieu ne force personne à croire. Il fait preuve de miséricorde aussi bien à l’endroit des justes que des injustes, comme le soulignent les Paraboles du Royaume de Matthieu 13 !

« Dieu est offensé par toute forme de contrainte en matière religieuse ! »

En prenant au sérieux la formule de Jésus : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22.21), Roger Williams a marqué une rupture avec une valorisation de l’Ancien Testament où religion et politique sont étroitement liés, comme dans la loi de Moïse. Contrairement à ce que les Puritains américains de son temps préconisaient, il a mis en avant le fait que l’amour de Dieu pour les pécheurs et l’amour que Jésus invite à pratiquer à l’endroit du prochain a des conséquences politiques qui entraînent l’égalité de traitement entre tous, croyants et incroyants, dans la société civile. « Roger Williams croyait à la Bible de manière absolue et il a affirmé avec force : ‘Dieu est offensé par toute forme de contrainte en matière religieuse’ », a lancé Miroslav Volf.

Le professeur de Yale a conclu sa conférence en affirmant son espoir que « toutes les religions mondialisées aient les ressources suffisantes pour promouvoir le pluralisme politique et ne pas oppresser les croyants d’autres convictions, les agnostiques et les athées ! »

Serge Carrel

Pour aller plus loin : Miroslav Volf, A Public Faith. How Followers of Christ Should Serve the Common Good, Grand Rapids, Brazos Press, 2011, 174 p.

  • Encadré 1:

    Fribourg : 6 conférences de qualité avec Miroslav Volf

    Un théologien évangélique dans une faculté de théologie romande, c’est suffisamment rare pour marquer les esprits. Une équipe d’évangéliques romands ont assisté à l’enseignement de Miroslav Volf. Jean-René Moret, doctorant à la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg, dresse un bilan de l’ensemble.

    Miroslav Wolf était à Fribourg du 10 au 12 Juin pour les journées d'études « Glaube und Gesellschaft » (foi et société). Ces journées sont organisées par un centre d'étude protestant attaché à l'Institut œcuménique de la Faculté de théologie catholique de l'Université (étatique) de Fribourg. Autant dire que le public était varié, des évangéliques aux catholiques en passant par des réformés. L'expérience linguistique était aussi particulière, avec des conférences principalement en anglais, mais aussi en français et en allemand, pour un public là aussi bigarré.

    Le but avoué des conférences est de mettre en rapport réflexion académique solide et engagement social et spirituel chrétien. Pari réussi avec Miroslav Volf, qui a abordé le thème du rapport entre foi et globalisation, avec une approche chrétienne bien réfléchie, qui rejoignait son public. Les sujets abordés étaient variés : rapports entre religions et globalisation, violence et religion, « Les chrétiens adorent-ils le même Dieu que les musulmans ? », exclusivisme religieux et pluralisme politique, etc. Il était encourageant de voir de grandes questions qui engagent la société être traitées sur la base de convictions chrétiennes, et de voir ce souci de l'impact de la foi chrétienne partagé par les intervenants suisses issus de plusieurs confessions, Eglises ou universités.

    La globalisation renforce les identités religieuses

    Disons quelques mots du thème central. Le processus de la globalisation aplatit les frontières nationales et les différences culturelles. Surtout, il fait cohabiter dans de mêmes lieux des religions différentes, ce qui force à repenser leurs rapports respectifs. On pourrait penser que les grandes religions sont menacées par le brassage culturel, mais pour l'heure elles restent plutôt en croissance. De plus, la confrontation avec des idées différentes force les croyants à mieux savoir pourquoi ils croient, ce qui contribue à renforcer leur identité plutôt qu'à l'affadir.

    Par contre, la puissance des processus économiques à l'œuvre presse les religions à se mettre au service des besoins du marché : fournir de l'espoir, des valeurs et la discipline nécessaire au bon fonctionnement économique. De même, le risque des théologies de la prospérité est grand : faire de la foi un moyen pour obtenir la santé, la richesse, la longévité et la fécondité. Ces risques constituent des trahisons, pour une foi qui, par nature, dépasse l'horizon de la vie présente.

    A l'inverse, les religions, et la foi chrétienne en particulier, peuvent être une puissance pour contester l'absence de sens d'une croissance sans conviction. Miroslav Volf a bien montré que l'attachement à Dieu ne conduit pas à mépriser le monde présent, mais au contraire donne une signification aux bonnes choses de cette vie. Les plaisirs terrestres peuvent être pris comme dons de Dieu, dans le cadre d'une relation avec lui, ce qui décuple leur valeur. Mais cela dépend radicalement d'une visée qui dépasse le monde présent.

    jr-moretJean-René Moret

     

     

     

     

     

     

  • Encadré 2:

    Miroslav Volf aux yeux d’un chrétien lambda

    Sur recommandation de Thomas Salamoni, pasteur dans l’Eglise évangélique Arc-en-ciel à Gland, Philippe Moret a participé aux trois jours de conférences de Miroslav Volf. Son regard.

    On peut se demander quel est l'intérêt pour un évangélique qui n'est ni pasteur, ni théologien, d'aller assister à une conférence de trois jours dans un institut rattaché à une faculté de théologie catholique. Mon pasteur m'en a parlé et m'a recommandé l'orateur principal, Miroslav Volf (1), dont je ne connaissais pas grand-chose à l'avance.

    De l’intérêt pour la foi dans l’espace public

    Je pense tout d'abord que chaque chrétien est appelé à réfléchir à comment sa foi interagit avec l'extérieur, quels sont les actes et les paroles qui en découlent, quelle place on souhaite laisser à ceux qui ne pensent ou ne croient pas comme nous. N'étant pas souvent à l'aise avec une manière parfois maladroite de communiquer sur la place publique et l'image pas toujours réjouissante que notre milieu donne à nos contemporains, j'en ai fait un sujet de réflexion personnel depuis un moment déjà. Avoir l'occasion d'assister à cette conférence donnée par un orateur évangélique invité dans une faculté catholique a suscité ma curiosité, et m'a semblé être l'occasion d'alimenter mes réflexions. Et je n'ai pas été déçu !

    Parmi les éléments clés que je retiendrais il y a l'idée que l'on peut avoir une foi « exclusiviste » (on croit à une vérité valable pour tout le monde) et vouloir défendre un pluralisme politique (donner une place à toutes les autres manières de voir le monde) au nom même de cette foi. Car sans vraie liberté religieuse, il ne peut y avoir de conversion ou d'adhésion authentique à une foi. Croire à une vérité universelle n'implique ainsi pas d'user de coercition pour la faire partager à d'autres. La position de Miroslav Volf va également à l'encontre de l'idée que l'on est parfois tenté d'avoir, comme quoi partager l'espace public avec d'autres religions nécessiterait de revoir à la baisse la portée universelle de notre foi.

    Un dialogue avec l’islam sans gommer les différences

    Parmi les thèmes abordés j'ai aussi retenu les relations avec l'islam et le développement d'un dialogue (2), basé sur les points communs: un Dieu unique et créateur, le commandement d'aimer Dieu et son prochain, de faire aux autres ce que l'on voudrait que l'on nous fasse. Il ne s'agit pas de gommer les différences ou d'affirmer que nos religions reviennent au même, mais de tisser des liens qui pourraient permettre une cohabitation plus pacifique entre deux des principaux courants religieux mondiaux. A mon sens un beau rappel que Christ nous appelle à être artisans de paix.

    De manière générale j'ai été très content d'assister à cette conférence dont les sujets variés ont été traités de manière accessible, sans nécessiter de connaissances théologiques poussées. Ces sujets que Miroslav Volf a traités sont aussi approfondis dans ses nombreux livres, écrits en anglais, mais que l’on espère prochainement traduits en français !

    s pmoret2Philippe Moret

     

     

     

     

     

    Notes

    1 Voir l’article de Thomas Salamoni : « Miroslav Volf et la mission publique de l’Eglise ».

    2 Voir l’article : « Miroslav Volf tire un bilan du dialogue avec les musulmans initié par ‘Une parole commune entre nous et vous’ ».

1 réaction

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • La médisance, une habitude nocive

    Mar 28 mai 2024

    Dire du mal ou se moquer des autres, c'est facile et croustillant. Mais la médisance crée une atmosphère toxique et mine profondément les relations. Ce texte de Jean-René Moret, théologien, physicien EPFL et pasteur à l’Église évangélique de Cologny, est paru dans le quotidien 24H, le 18 mai dernier.

  • Élections en Inde : le sort des chrétiens est en jeu

    Ven 24 mai 2024

    En Inde, la minorité chrétienne prie et jeûne en masse pour le résultat des élections du pays. Si le parti de Narendra Modi est élu pour un troisième mandat, la liberté démocratique et religieuse pourrait être anéantie. Portes Ouvertes appelle les chrétiens à la prière.

  • La FREE et la HET-PRO signent une convention de partenariat

    Ven 24 mai 2024

    Le 16 mai dernier, la FREE et la Haute école de théologie (HET-PRO) de Saint-Légier ont signé une convention de partenariat. Celle-ci entérine une collaboration qui s’est déjà développée durant de nombreuses années et décrit son futur. Cette signature intervient dans un contexte où les vocations pastorales se font rares.

  • Dignity: « L’objectif, c’est que ce documentaire soit une impulsion de vie »

    Jeu 23 mai 2024

    Il y a de l'espoir pour les victimes d'abus sexuels et un processus de restauration est possible. C'est ce message que porte le film-documentaire "Dignity, revivre après une violence sexuelle", qui sera projeté en avant-première le 8 juin prochain au cinéma Pathé Flon à Lausanne dès 18h15 (sur inscription: www.dignity.ch). Rencontre avec Margarita Fugger-Heesen (photo), productrice et réalisatrice du documentaire, co-réalisé avec Estelle Romano.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !