La boxe percute à l’église !

Gabrielle Desarzens lundi 14 janvier 2019

Des jeunes boxent chaque semaine dans les locaux d’une église évangélique de la FREE. Une façon de faire venir ou revenir les moins de 20 ans à l’église ! Stéphane Hofer, l’instigateur de la formule Box Up Crime Switzerland, espère que l’activité fasse boule de neige. Reportage sur place.

Hautes fréquences: Boxe à lʹéglise de Moudon (13.01.2019) Gabrielle Desarzens - RTSreligion

Matthias copieMoudon, un bâtiment clair sur deux niveaux, le long de la route de Berne : c’est là que se trouve l’église évangélique. Mais là aussi que se tiennent tous les jeudis soir les entraînements de boxe pour les 13 à 17 ans. De trente à soixante jeunes y convergent dès 19h, filles comme garçons. « Ça permet d’évacuer certains problèmes de la vie qu’on a en général, pis ouais, ça fait du bien », exprime l’un d’eux. Non sans ajouter que la pratique du noble art l’a aidé personnellement : « J’avais besoin d’une activité physique assez forte pour sortir la colère que j’ai en moi. Et ça marche bien. » Matthias, 28 ans, est l’un des membres du « staff », comme il dit. Il présente le local pour jeunes du rez-de-chaussée où deux sacs sont pendus au plafond : « On a débuté là, mais c’est vite devenu trop petit, on a dû monter dans la salle de culte où on fait aussi l’échauffement tous ensemble. »

Musique et bonne ambiance

Les premiers qui arrivent se donnent de grandes accolades, puis prennent les gants et les « pads », ces coussins que l’on enfile aux mains pour retenir les coups. Ils amènent ce matériel d’un réduit jusqu’à l’étage. Ce soir, c’est Ken, 17 ans qui dirige l’échauffement : « Répartissez-vous dans la salle. Allez, on fait les chevilles ! » Tous les jeunes se mettent en mouvement et suivent les indications au son d’une musique scandée que gère tout exprès le DJ d’un soir. « Y’a une bonne ambiance ici, les gens sont gentil », expriment deux jeunes filles de 14 ans. Plus loin, un ado lance que « c’est comme une famille ».

Modèle anglais

Box Up Crime Switzerland s’est créé suite à la rencontre entre Stéphane Hofer, membre de l’église évangélique de Moudon (FREE) et Stephen Addison, un Britannique qui a débuté l’activité dans son quartier défavorisé de Londres en 2013 et qui s’occupe aujourd’hui de quelque 600 jeunes boxeurs. « C’est lui qui est venu à Moudon et qui a cherché des personnes intéressées sur les terrains de foot. Ça a tout de suite marché ! » Box Up Crime pourrait être traduit en français par « La boxe contre la délinquance ». Ou contre « toutes ces choses qui dévient les jeunes de leurs rêves, de leur destin », exprime Matthias. Qui explique que le rêve du comité de l’antenne suisse est de faire croire les ados en leur avenir. « Moi-même, depuis deux ans que je viens ici, j’ai tellement évolué dans ma vie... Aujourd’hui j’ai un poste de manager dans ma boîte. Box Up m’a aidé à croire en moi. »

Essaimage

Stephane Hofer copieStéphane Hofer parle encore de « bonnes influences » que les 13 à 17 ans peuvent trouver là, autour d’une activité qui les intéresse. « Et pas de combat ici, c’est très clair ! Mais c’est magnifique de les voir dans nos locaux d’église ! » La formule a déjà essaimé à Vevey où les paroisses réformées de Corsier, Vevey et Chardonne la chapeautent depuis déjà plusieurs mois au moyen de la communauté l’Arbre de vie. Et Stéphane Hofer rêve d’avoir une remorque avec un ring gonflable pour amener Box Up dans d’autres villes et villages encore qui n’ont a priori pas de locaux à disposition.

Un lieu où les jeunes se sentent aimés

A l’issue de l’heure de sport, un « circle time » est institué, soit un moment où les jeunes se mettent en cercle pour recevoir un message de 10 minutes maximum qui les interpelle. Cela peut être une pensée, un témoignage, voire une prière… mais l’équipe fait toujours très attention de ne pas heurter les sensibilités plurielles qui se côtoient ici. « J’y assiste, mais ça ne me fait ni chaud ni froid », commente un jeune, qui fait une petite pause après avoir tapé dans les sacs. Un autre se souvient avoir été aidé par une pensée partagée lors de ces moments-là. L’enthousiasme pour l’aspect « sérieux » de la soirée est donc parfois mitigé. « Mais ici, on veut avant tout qu’ils se sentent aimés », résume Stéphane Hofer.

Gabrielle Desarzens

www.boxupcrime.org

  • Encadré 1:

    Que vient donc faire la boxe à l’église ?

    Stephane Barelli copieAu début du siècle passé, un mouvement qui s’appelait la « muscular christianity » en Angleterre est né pour faire l’apologie de la virilité. « Car l’Eglise anglicane de l’époque se féminisait, explique Stéphane Barelli, doctorant en sciences des religions à l’université de Lausanne. On a voulu alors mettre en avant un Christ plus musclé. Un Christ plus dur, plus agressif. » A la clé : les versets bibliques qui parlent du combat de Jacob et de l’ange, de Jésus qui jette dehors les marchands du temple, l’apôtre Paul qui compare le chrétien au lutteur... Le but était bel et bien de ramener les hommes à l’église. Le mouvement a par la suite pris son essor aux Etats-Unis. « Puis l’idéologie s’est répandue. Et d’autres formes sportives sont entrées dans les congrégations évangéliques, notamment le Ji Tsu brésilien et le freefight. »

    A parler de Box Up Crime, le chercheur estime que l’exercice de concentration que stipule la boxe est très formateur. « On peut remarquer d’une semaine à l’autre que l’on a progressé. Et insérer cette idée comme une graine dans la mentalité d’un jeune comme quoi il peut acquérir plus de dextérité, devenir plus technique, plus patient… S’il adopte ce schéma de pensée et qu’il comprend qu’il peut l’appliquer au travail, dans sa famille, avec ses amis, le tout dans le respect d’autrui, c’est à mon sens une grande victoire. »

    Une émission radio à écouter

Publicité
  • Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Quand le Covid percute les jeunes déjà cabossés

    Tatiana vit dans un foyer depuis plusieurs années. Elle ne peut rentrer le week-end chez ses parents, décédés il y a cinq ans. « C’est compliqué », dit-elle pour évoquer son quotidien avec la pandémie. Pour Roselyne Righetti, pasteure de rue à Lausanne qui la suit depuis sa naissance, ces jeunes doivent apprendre à ne pas perdre l’espérance. Cette rencontre croisée a donné lieu à une émission diffusée dimanche 30 mai dans Hautes Fréquences sur La Première.

    lundi 31 mai 2021
  • Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Les soirées masculines d’Alexandre Oehen

    Se retrouver entre hommes, bière à la main, pour parler de ses émotions, voire de ses fragilités : des soirées ou des virées entre hommes font de plus en plus parler d’elles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’y dit et s’y partage ? Alexandre Oehen, président du Conseil associatif de l’église apostolique CityLife Riviera à Vevey, organise des « soirées feu » depuis 2018 : « Parce que l’homme a tendance à mettre le couvercle sur ses émotions. Or il est précieux qu’il puisse ouvrir son cœur et pleurer comme n’importe quel être humain », a-t-il dit dimanche 18 avril dans l’émission Hautes Fréquences.

    mardi 20 avril 2021
  • Voyager ? Oui, mais autrement

    Voyager ? Oui, mais autrement

    Avec la pandémie, les gens du voyage se retrouvent bloqués dans leurs quartiers d’hiver. Grâce aux beaux jours qui reviennent, ils se déplacent en Suisse et espèrent franchir les frontières sous peu. Pour l’heure, leurs itinérances se font, du moins pour certains d’entre eux, en musique. Rencontre.

    lundi 15 mars 2021
  • Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Samuel Peterschmitt : « Mes temps de prière sont devenus merveilleux. »

    Il y a un an, l’église alsacienne La Porte Ouverte de Mulhouse était accusée d’avoir répandu le coronavirus dans toute la France. Après avoir perdu plusieurs proches et été hospitalisé lui-même, le pasteur Samuel Peterschmitt témoigne aujourd’hui avoir développé son souci de l’autre. Et son envie de communiquer combien vivre sa foi en Christ au quotidien procure de la joie !

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !