« L’Etat islamique et le futur de l’islam » par Martin Accad

Martin Accad lundi 01 février 2016 icon-comments 7

Martin Accad est un théologien évangélique libanais. Professeur associé d’études islamiques à la Faculté de théologie arabe baptiste de Beyrouth, il donnera une conférence sur « Le rôle des chrétiens dans l’accueil des migrants du Moyen-Orient », le samedi 5 mars à l’Eglise Arc-en-ciel à Gland. Il présente ici une lecture originale en lien avec l’émergence du soi-disant Etat islamique (1).

Etes-vous disposés à croire cela ? Il se trouve que plus d’une vingtaine de conférences et de consultations ont déjà été organisées par des organisations islamiques internationales afin de condamner la conduite de l’Etat islamique (E.I.) ! Et ce, durant les douze premiers mois, seulement, qui ont suivi l’apparition du groupe durant l’été 2014.

Très peu d’attention médiatique

Bien que les conclusions ainsi que les remarques tirées de ces réunions soient libres d’accès en ligne, les médias n’y ont porté que très peu d’attention. Il m’arrive souvent d’entendre des gens dénoncer le silence « manifeste » des responsables musulmans en ce qui concerne les atrocités commises par l’E.I., et le reproche de ne pas en faire assez pour les condamner. En fait, cette remarque ressort à chaque fois qu’un musulman commet un acte terroriste. De telles réactions ont éveillé ma curiosité. Au bénéfice de nombreuses connaissances musulmanes, je sais pertinemment qu’elles désapprouvent la conduite de l’E.I. J’ai donc décidé de creuser la question.

L’une des premières rencontres en réaction à l’E.I. a été organisée le 19 novembre 2014, par le Centre international pour le dialogue interreligieux et interculturel Roi Abdullah Bin Abdulaziz (KAICIID) à Vienne, en Autriche. La déclaration qui en découle est accessible en ligne et s’intitule : « Unis contre la violence au nom de la religion ».

La conférence a rassemblé les « hauts représentants des plus grandes institutions religieuses et sociales mondiales ». Elle avait pour but de développer « des programmes et des initiatives qui contribuent au renforcement de l’unité contre la violence au nom de la religion », et de « soutenir la diversité religieuse et culturelle en Irak et en Syrie ».

Plusieurs autres conférences

Un autre changement intéressant est intervenu ces derniers temps en Egypte. Il a été déclenché par l’appel au changement lancé par le président Abdel Fattah al-Sissi. En février 2015, le ministère égyptien des dotations religieuses a organisé une conférence intitulée : « La grandeur de l’islam et les erreurs de certains de ses adhérents ». La rencontre a soulevé quatre problèmes qui ont été traduits en 9 langues différentes (malgré un format peu commode) : (1) la politisation de la religion comme explication du gouffre qui sépare la grandeur de l’islam et l’attitude de certains de ses adhérents ; (2) la grandeur de la civilisation islamique, la grandeur de son système de valeurs, et la grandeur de sa conduite envers les autres différents ; (3) l’identification des erreurs intellectuelles et comportementales de ceux qui se disent faussement musulmans ; et (4) le besoin de rectifier l’image des musulmans en corrigeant le comportement erroné de certains et en développant des outils afin de corriger leur image au plan mondial.

De nombreuses autres conférences ont été organisées à Beyrouth, en Iran (ce qui n’est pas surprenant puisque les chiites ont été constamment la cible des violences de l’E.I.), ainsi qu’à Paris, Istanbul, au Tadjikistan, en Irak, à Amman, etc. Il est regrettable que les conclusions de ces réunions ne soient pas davantage accessibles à un lectorat anglophone. Les traductions quelque peu défaillantes pourraient expliquer ce manque de couverture médiatique.

En fait l’E. I. a transformé le visage de l’islam

Depuis l’été 2014, j’ai ouï dire plusieurs fois que l’E.I. « montrait finalement le vrai visage de l’islam ». Je crois qu’il serait plus juste de dire que l’E.I. a transformé le visage de l’islam. L’islam est bien trop diversifié pour se révéler dans un certain mouvement, une région, ou encore une certaine période de l’histoire. Mais je crois fermement que, sur le long terme, l’E.I. aura davantage contribué à transformer l’islam, qu’aucun autre mouvement de réforme de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle. Le côté positif de cette transformation n’apparaît pas au travers d’une action directe, mais, au contraire, il émerge suite aux réactions à la conduite barbare de l’E.I.

Le monde musulman est embarrassé. Cet embarras que l’E.I. suscite au sein de l’islam et du monde musulman refait régulièrement surface lors de ces conférences. Ce qui est légitime dans une société gouvernée par une culture de l’honneur et de la honte. Mais il reste à voir si le mouvement de réforme dans le monde musulman ira plus profondément et au-delà d’un désir de « sauver la face ».

La transformation sera-t-elle profonde ?

Les organisations et les gouvernements musulmans sont en train de lancer une série d’initiatives afin de s’assurer que les réformes gagnent en profondeur. Alors même que j’écris ces quelques lignes, je prends part à une réunion du KAICIID, qui réunit des doyens d’écoles musulmanes de la charia et de facultés chrétiennes de théologie. Le but de cette réunion est de créer un réseau d’écoles religieuses dans le monde arabe afin de coordonner nos efforts pour former des responsables religieux et des prédicateurs qui poseront de nouveaux fondements pour des communautés religieuses modérées. En espérant, qu’elles travailleront côte à côte afin de marginaliser les discours et les comportements religieux extrémistes et violents.

Alors que le monde musulman traverse des temps difficiles, quelle devrait être la position de l’Eglise chrétienne ? Devrait-on afficher une suffisance et une complaisance dignes du prêtre de la parabole ? Devrait-on marcher de l’autre côté de la route, indifférent et cynique ? Les musulmans gisent battus au bord de la route. Ils sont tombés aux mains de voleurs. On leur a arraché leurs vêtements, et on les a roués de coups, en les laissant à moitié mort. Serait-il possible que, là aussi, Jésus nous appelle à agir comme le bon samaritain ? Ce dernier a montré de la compassion. Il a soigné les plaies de l’homme avec de l’huile et du vin. Il l’a emmené dans une auberge et a pris soin de lui. Jésus dit : « Va, et agis de même ! » (Luc 10.30-37).

Martin Accad
Directeur de l’Institut du Moyen-Orient (Beyrouth)

Note
1 Ce texte est la traduction d’un article paru sur le site de l’Institut d’études du Moyen-Orient. Il est intitulé : « Isis and The Future of Islam ». Il a été traduit par Antje Carrel.

  • Encadré 1:

    Martin Accad en conférence le 5 mars à Gland

    L’association Portes ouvertes, le FREE COLLEGE et l’Eglise évangélique Arc-en-ciel à Gland organisent le samedi 5 mars une matinée de réflexion autour du thème : « Le rôle des chrétiens dans l’accueil des migrants du Moyen-Orient ». Cette conférence sera donnée par le théologien évangélique Martin Accad, professeur associé d’études islamiques à la Faculté de théologie arabe baptiste de Beyrouth (ABTS).

    Infos pratiques : samedi 5 mars de 9h à 11h30, Eglise évangélique Arc-en-Ciel, Vernay 34, Gland (à 5 min. à pied de la gare) ( www.eglise-aec.ch ). Entrée libre, participation aux frais.

    Plus d'infos sur cette matinée de formation.

7 réactions

  • Francois Sergy vendredi, 05 février 2016 11:17

    Voilà un autre son de cloche - bienvenu - qui, en effet, est peu médiatisé. Merci à la traductrice et à la FREE de se faire relais...

  • Peel Olivier vendredi, 05 février 2016 11:17

    Je suis sidéré par les propos tenus de ce théologien. Encore heureux que les populations soient plus qu'embarrassés par la barbarie de l'EI. Manquerait plus que cela. Toutefois, vouloir noyer le poisson en présentant les choses d'une manière mielleuse, c'est faire preuve d'un manque de sérieux. Le monde musulman (et il y a de nombreux musulmans qui sont des gens formidables) n'est pas rose ni pour les Juifs (qui ont pratiquement disparus du Moyen Orient) ni pour les chrétiens.

    Je suis d'accord qu'il faut une refonte totale des traditions, des hadiths ainsi qu'une lecture différente du Coran afin que chacun puisse enfin trouver une place de liberté dans l'Islam. Sans cela, rien ne changera et l'EI n'est peut-être que la face cachée de l'icerberg.

  • scharf vendredi, 05 février 2016 11:26

    Quand le catholicisme s'est installé ,c'était aussi une dictature,ils ont persécuté, tué etc....... au nom de d.ieu,LES CROISADES, ils ont massacré les juifs en leur disant qu'ils ont tué JESUS!!!!!!!!!!
    Aujourd'hui,l'islam régne,pourquoi? quelques soient la religion,on leur donne le pouvoir et c'en est fini du vrai message.
    L'église est devenue une association ou le message de notre ROI est bafoué ,
    Je suis juive et je crois que yéchoua est notre messie et sauveur pour nous et vous et qu'il revient bientôt.
    Quand JESUS dit que nous ferons de plus grandes choses que LUI, pour l'instant,les chrétiens sont dans la discussion et non dans la victoire,et le peuple souffre.
    "MANQUE DE CONNAISSANCE MON PEUPLE PERI" Lesjuifs se réunissent car le retour du messie est proche.Quand l'ETERNEL a envoyé ses prophétes,c'était pour que le peuple se repente.Les vrais prophétes ont étaient persécutés par leur propre peuple.Et Vous!Ou sont les pasteurs qui préchent la repentance et le retour de JESUS.
    Des discussions tout le monde en a,Je ne me retrouve dans aucun de vos milieux.
    rachel

  • scharf vendredi, 05 février 2016 11:34

    J'ai oublié de vous dire que je suis juive de ma mére et algérienne de mon pére( musulman)
    Le peuple musulman est une partie de moi que j'aime,le peuple juif est une partie de moi,
    nous attendons un message puissant ,et non vos forums qui ne servent à rien.Le diable est comme un lion rugissant cherchant qui il va dévorer, JESUS lui a écrasé la tête.OU ETES VOUS !!!!! ,,,
    rachel

  • Jane Maire samedi, 06 février 2016 18:36

    Je rebondis par rapport à cette conférence avec Martin Accad et aux réactions ci-dessus. Je me retrouve totalement avec François Sergy. Je me retrouve beaucoup dans ce que dit Rachel MAIS, je pense que sa frustration lui voile l'importance d'une démarche telle qu'inviter Martin Accad.
    Quelle importance? D'abord celle de sortir le sujet du tabou, et de nous aider, chrétiens de toute race en Suisse, à réfléchir pour agir et non pas à réagir par la peur dans nos tripes. Une conférence comme celle-ci est un premier pas vers un changement profonde d'attitude pour déboucher sur des actions empreintes de l'Esprit d'amour, l'Esprit de Dieu.
    Mais on doit d'abord confronter des attitudes non-réfléchies, qui mettent tous les musulmans dans le même panier, au lieu de voir en eux en tout premier lieu, notre voisin. Je ne fais que de citer-là un chrétien égytien que j'ai entenu à Lognes. Il connaissait la persécution de première main, et son message à nous européens, c'était de voir dans le musulman notre voisin. En plus, nous avons beaucoup de voisins musulmans qui sont aussi SUISSES, et de plein droit. Ils aiment la Suisse, c'est LEUR pays.
    La paix commence sur mon palier d'immeuble, dans le train que je prends pour aller au travail, dans la cour de l'école où je vais chercher mes enfants. "Heureux ceux qui répandent autour d'eux la paix, car Dieu les reconnaîtra pour ses fils."
    BRAVO à Portes Ouvertes, au Free college & à la communauté Arc-en-Ciel d'avoir organisé cette conférence. Et, pourquoi pas, prions que cela porte du fruit au centuple dans le paysage chrétien de la Suisse romande!

  • bilal lundi, 08 février 2016 13:51

    très nombreux dans le monde musulman sont ceux qui croient qu'il y a deux EI l'un rêve d'établir un Etat Islamique basé sur les principes purs et sublimes de l'Islam que beaucoup de gens, qui se croient avisés, ne connaissent pas encore; l'autre EI est un groupe de mercenaires qu'on a rassemblés (et bien sûr la question importante qui se pose PAR QUI?) pour donner une fause image de l'islam qui dénonce et condamne leur pratiques.
    Beaucoup de gens connaissent cette vérité mais ils se taisent. Un jour ils se dresseront devant le Grand Juge et répndront pourquoi ils se sont tus.
    http://www.islam-guide.com/fr/contents-wide.htm

  • P. North mercredi, 17 février 2016 23:12

    Cet article me laisse pantois. On dirait que l'auteur s'imagine que seul le "soi-disant Etat Islamique" pratique les atrocités qui, en réalité, ont été commises par l'Islam tout au long des quatorze siècles de son existence. N'a-t-il jamais entendu parler de l'esclavage, pratiqué allègrement dès les origines? N'a-t-il jamais entendu parler des razzias et de la piraterie qui ont dévasté le sud de l'Europe au Moyen Age et jusqu'au début du 19e siècle? Ne sait-il pas que l'EI ne fait que puiser son inspiration dans les textes "sacrés", Coran et Hadiths? Que la charia représente l'idéal juridique d'innombrables pays musulmans, et qu'elle est rigoureusement appliquée par bien d'autres que l'EI, et cela depuis longtemps?
    Que certains musulmans désapprouvent de telles atrocités est heureux, mais il faut bien voir que ceux-là se mettent en contradiction avec leur "beau modèle" qui, rappelons-le, inaugura son ministère en décapitant plus de six-cent Juifs. Comparer "le monde musulman" au Samaritain victime des brigands est au mieux aberrant, au pire obscène: le Samaritain est une véritable victime, tandis que le monde musulman est certes victime de l'islam, mais il l'a choisi! De plus, le Samaritain n'a jamais cherché la mort du Juif. L'Eglise n'a pas plus à secourir le "monde musulman" que le "monde athée" ou le "monde hindou", ou le "monde" tout court. Elle a certes à prier pour le salut de ces gens et à leur annoncer l'Evangile, ce qu'elle fait d'ailleurs déjà depuis des siècles.

Publicité

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !