Depuis 2 ans, les Pfister secourent les sidéens du Burkina Faso

mardi 15 novembre 2011
Ils se consacrent aux sidéens du Burkina Faso. Le point avec Jacques-Antoine Pfister, médecin spécialisé en soins palliatifs, et Isabel, son épouse, tous deux : séniors en mission.
Voici deux ans, Jacques-Antoine et Isabel Pfister de l’Eglise évangélique la Passerelle à Vevey prenaient une retraite anticipée et s’envolaient pour le Burkina Faso. Jacques-Antoine y a mis sur pied un centre médical consacré notamment à la prise en charge des affections opportunistes des sidéens. La prévalence du sida est très importante. Les malades sont souvent stigmatisés, et inventent toutes sortes de stratagèmes pour cacher la réalité à la famille...
L’idée est de promouvoir des traitements adaptés, notamment lorsque – humainement – on ne peut plus songer à guérir. La visée à plus long terme est une transformation des mentalités, jusqu’aux familles dans les villages, où on peut faire énormément de choses avec des moyens simples.
Isabel, formée en arts plastiques et histoire de l’art, s’est de son côté investie auprès de femmes malades du sida dans des « activités génératrices de revenus », par le développement d’un artisanat local.

Un accompagnement de fin de vie pour manifester l’amour du Christ
En janvier 2010, raconte Jacques-Antoine, nous allons visiter Marie, une veuve sidéenne, sur la demande de Delphine, également sidéenne. Marie vit isolée dans un quartier mal famé. Sa famille évite le contact et l’aide peu. Décharnée, aigrie, recroquevillée devant sa maisonnette, Marie se laisse pourtant soigner et accepte la prière, affirmant être enfant de Dieu. Sa santé décline, mais elle nous accueille les fois suivantes avec le sourire, et tient à prier elle-même. Quelques semaines plus tard, elle décède entourée de sa famille, qui nous remercie pour les soins, les vivres, et l’accompagnement de la disparue.
Quant à Delphine, son état s’aggrave courant 2011. Nous ne pouvons pas l’héberger dans notre centre, mais nous contribuons aux frais d’hospitalisation à l’hôpital public où elle décède rapidement, fin juillet 2011. En septembre, les enfants viennent consulter dans notre centre. Ils sont heureusement séronégatifs. Le père est aussi venu, juste pour nous remercier... La fille nous raconte la fin paisible de sa maman. L’avant-dernier jour, elle disait dans un souffle, en entendant les accompagnants pleurer la mort de sa voisine de chambre: « Pourquoi pleurent-ils ? Pour nous les malades du VIH, il est préférable de mourir, d’être délivrés des souffrances et d’aller au ciel.»

Un long cheminement après une interpellation venue d’Afrique
On ne s’improvise pas dans un tel service. Cette aventure est le résultat d’un long cheminement, après l’interpellation lancée en 2003 par Michel Nikiema, directeur de l’ONG chrétienne burkinabé de lutte contre le sida « Vigilance », qui se fait l’écho des malades : « Allez-vous nous renvoyer mourir au village, ou nous accompagner pour nous permettre de mourir dans la dignité, entourés de nos frères et sœurs ? »
Jacques-Antoine pressent que les soins palliatifs dans lesquels il s’est investi en Suisse peuvent apporter une réponse. Mais de l’idée à la réalisation, il faudra encore 6 ans. Ils quittent alors le confort de la Suisse, la présence de leurs enfants et petits-enfants, et un environnement ecclésial dans lequel ils étaient très engagés, pour se lancer dans cette nouvelle « carrière ».

Redonner une dignité
Quel regard sur l’Afrique, à cette étape du parcours prévu pour 5 ans ? « On se sent bien, mais on reste des étrangers ! et il faut l’accepter. » Les défis sont énormes et le fossé culturel béant. « Au début, tout ce que j’avais amené s’est révélé inutile », admet Isabel, pas découragée pour autant ! Après un congé cet été, les Pfister sont repartis pour un tour, prêts à continuer patiemment à servir et à témoigner aux côtés de leurs frères africains, pour redonner une dignité à ces « lépreux » modernes que sont les sidéens en Afrique.
Silvain Dupertuis

Dons : Service missionnaire évangélique, CCP 12-1401-1, « Ministère Pfister »

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Le Valais, en voie d’interdire les « thérapies de conversion »

    Ven 21 juin 2024

    Après Neuchâtel, c’est au tour du Valais de légiférer sur une interdiction des « thérapies de conversion » visant à modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. D’autres cantons suivent cette même voie. Quelles conséquences pour nos pratiques d’Eglises ? Le point avec Stéphane Klopfenstein, du Réseau évangélique suisse (RES-SEA).

  • Trois nouveaux capitaines aumôniers issus de la FREE

    Jeu 20 juin 2024

    Trois capitaines aumôniers issus de la FREE ont été nommés le 14 juin dernier à Soleure. Tous les trois ont la conviction qu’un témoin du Christ doit être disponible, à l’écoute, capable de servir son prochain, y compris auprès des militaires.

  • FREE COLLEGE fondements 24-25: deux anciens étudiants détaillent leur parcours

    Mer 19 juin 2024

    Fin août, le FREE COLLEGE relance la formation interactive « Fondements ». Au programme du premier module (2024-2025) : histoire de l’Église, Bible et Ancien Testament. Une occasion de mieux s’équiper dans son service à l’Église ou, tout simplement, de renforcer les fondements de sa foi évangélique. Témoignages de Melissa Feuz et Christian Haller.

  • Droit de mourir, dangereuse liberté

    Mar 18 juin 2024

    La fin de vie est souvent difficile, avec selon les cas d’importantes souffrances ou divers types de démence qui peuvent donner à la personne comme à ses proches l’impression qu’elle se perd. Vaut-il alors mieux hâter la fin, avoir la possibilité de décider de mettre un terme à son existence ? Ce courrier des lecteurs du pasteur Jean-René Moret, de l'Eglise évangélique de Cologny (FREE), est d'abord paru le 12 juin dans la Tribune de Genève.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !