Comme Dieu, sortez de votre zone de confort !

vendredi 22 février 2008

Motiver à la visite et à l’échange avec les envoyés et les partenaires de la FREE, c’est ce que vise la campagne « Dans les baskets d’autres chrétiens » de la FREE. C’est aussi ce que souhaite promouvoir cette prédication qui a été donnée dans quelques Eglises de Suisse romande durant cet hiver dans le cadre de cette campagne 07-08. A lire... pour se mettre en route et découvrir les différents projets proposés !

Dans vos balades en forêt, vous arrive-t-il de mettre un bâton dans une fourmilière ? C’est vrai, c’est le geste stupide à ne pas faire ! Ça ne mène qu’à détruire une construction soignée, élaborée à « grand renfort de sueur » par des centaines de fourmis. Ça ne rime en fait qu’à susciter l’hostilité de ces petites bêtes qui montent le long de votre bâton, tout excitées, pour tenter de rencontrer l’intrus qui se permet de détruire leur bel ouvrage.

Dieu se fait « fourmi »
Pour communiquer avec les hommes, Dieu n’a pas pris un bâton qu’il a plongé dans la fourmilière humaine ! Il a utilisé une autre stratégie, l’ensemble de la tradition chrétienne en témoigne ! Dieu s’est fait fourmi parmi les fourmis, être humain parmi les humains. Comme le dit le prologue de l’évangile de Jean : « La Parole a été faite chair et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité... » (Jn 1,14).
A l’heure des découvertes d’étoiles en dehors de notre système solaire, à l’heure de l’exploration de l’infiniment petit, on peine, même en tant que chrétien, à saisir l’audace de cette affirmation : le grand Dieu de l’Univers, Créateur de ce monde comme de l’infiniment petit, s’est approché de nous pour nous rencontrer au travers de Jésus de Nazareth.

Une conviction contestée
Cette conviction a de tout temps connu ses détracteurs. De nombreuses personnes au sein du peuple juif, du temps de Jésus et aujourd’hui encore, récusent cette affirmation. « On attendait un Messie victorieux qui bouterait l’occupant hors de nos frontières et c’est Jésus qui est venu ! Cet homme de Nazareth ne peut être le Messie attendu par Israël » (voir Mt 9,34)!
Les musulmans tiennent en haute estime la personne de Jésus. Le Coran ne rappelle-t-il pas que Jésus était un grand prophète envoyé par Dieu, né d’une vierge, et même qu’il a fait des miracles de guérison ! Mais sur le statut de Jésus, ils sont intraitables ! « Dieu n’a pas de fils ! » « Il n’y a qu’un seul Dieu et Mohamed est son prophète », dit la confession de foi musulmane. La récusation de l’incarnation va même plus loin, puisque le Coran affirme, quasi 6 siècles après les récits du Nouveau Testament (!), que ce n’est pas Jésus qui est mort en croix, mais quelqu’un a pris sa place. L’idée qu’un prophète puisse connaître une mort aussi horrible que celle de Jésus, leur est insoutenable. Dieu ne peut permettre que l’un de ses prophètes connaisse une telle fin.

Jésus, « tabernacle » de Dieu
Les chrétiens authentiques maintiennent la conviction d’un Dieu qui s’incarne. A la suite de l’évangile de Jean, ils affirment que le Tout-Puissant s’est fait homme et qu’il a habité parmi nous. Il est intéressant de noter que le verbe « habiter » (« skenoo » en grec) signifie au sens premier « planter sa tente », « faire du camping ». Ce mot est parent de « skenoma », utilisé pour « tabernacle », ce sanctuaire portatif qui accompagnait les Hébreux dans le désert, entre l’Egypte et la Terre promise. Dieu s’est fait homme. Il a « tabernaclé » au milieu de nous. Il est devenu « Tabernacle », présence de Dieu au milieu des hommes.
Et ce qui surprend, c’est que cette habitation de Dieu au milieu des hommes ne se loge pas dans des 5 étoiles ou des campings de luxe. Elle naît dans une crèche, en marge de la société palestinienne du Ier siècle, au milieu de gens ordinaires comme les bergers. Elle se développe dans une famille modeste avec Marie et Joseph pour parents. Jésus, cette présence incomparable, vit dans l’anonymat et la banalité du quotidien. Ce qui laisse pantois celui qui a soif de merveilleux, de démonstration tambour battant de la présence de Dieu au coeur du monde. Jésus naît pauvre. Il vit comme un pauvre et meurt comme un moins que rien, pendu à une croix tel un pitoyable brigand, pincé par la police pour ses forfaits !

Un Amour qui se découvre
Au coeur de cette vie de fourmi insignifiante, les chrétiens reconnaissent la présence extraordinaire de Dieu. Au travers de Jésus, Dieu révèle son visage. Le visage d’un être passionné par la rencontre de ses créatures, ardemment attaché à cheminer avec l’être humain. La résurrection de Jésus intervient alors comme une sorte de sceau divin sur la vérité de la révélation de Dieu comme celui qui aime !
Dieu nous aime. Dieu t’aime, ... (n’hésitez pas à insérer ici votre prénom !). L’expérience de cet amour au quotidien constitue un extraordinaire point de levier pour ébranler l’inertie de notre monde.
Au début du XIIIe siècle, un fils de marchand a pris conscience de cet amour dans la région d’Assise, au centre de l’Italie. François Bernardone, plus connu sous le nom de François d’Assise, était destiné à reprendre l’entreprise de son père, marchand drapier. Il aspirait à une carrière militaire de chevalier, mais sa rencontre de l’amour et de la tendresse de Dieu fait naître, au coeur d’un temps marqué par la violence des croisades et par les misères de la lèpre, un souffle de fraternité et de compassion.
Des siècles plus tard, cet amour rencontre aussi le champion de kung-fu, Tony Anthony (1), alors qu’il se trouve emprisonné pour vol à la prison centrale de Nicosie à Chypre. Habité par la violence et la haine, cet Anglais, à moitié Chinois par sa mère, voit sa vie prendre une tout autre orientation. Il avait les mains couvertes de violence et de sang. L’amour de Dieu fait fondre ce bloc glace et ouvre cet homme à la confiance et au pardon. Dorénavant, il témoigne de cet amour de Dieu aux quatre coins du monde.

Dieu sort de sa zone de confort !
« La Parole a été faite chair et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité... » (Jn 1,14). Pour exprimer cette réalité en français courant, on pourrait dire que Dieu a chaussé les baskets humaines. Comme le rappelle l’épître de Paul aux Philippiens (2,6), Jésus n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être l’égal de Dieu, mais il s’est dépouillé lui-même en prenant la condition d’esclave. Jésus n’a pas souhaité conserver à tout prix son standing divin et la communion qu’il avait avec le Père et l’Esprit. Dieu est sorti de sa zone de confort. Il a risqué la rencontre avec l’humanité pour lui communiquer quelque chose d’essentiel sur son identité : son amour pour nous !
La Suisse – à tort ou à raison – est perçue aujourd’hui comme un pays qui se replie sur sa zone de confort. Elle aurait peur des étrangers, peur des requérants d’asile, peur de l’islam, peur de la mondialisation, peur d’une précarisation de son mode de vie... Elle vivrait un profond repli sur elle-même et tenterait de s’abriter derrière ses certitudes et de rester bien emmaillotée dans sa zone de confort.
Pour certains, les chrétiens évangéliques seraient dans la même dynamique. Ils seraient devenus frileux, très attachés à un train-train confortable. Ils auraient aussi peur de perdre leurs acquis. Ils mèneraient un mode de vie quasi en tout point conforme aux standards matériels du jour. Leur horizon privilégié serait la consommation comme Madame et Monsieur Tout le monde.

Une campagne de la FREE pour sortir de sa zone de confort
Aujourd’hui, la Fédération romande d’Eglises évangéliques vous lance un défi : « Sortez de votre zone de confort ! Risquez autre chose au nom de l’Evangile ! » On a vu que dans le coeur de Dieu, il y avait ce désir de rencontre et cette disponibilité à sortir de sa zone de confort pour nous rencontrer. Imitons Dieu dans son geste d’incarnation ! Quittons notre zone de confort pour la rencontre d’autres chrétiens, d’Eglises partenaires dans le Sud, mais aussi d’Eglises partenaires en France, en Italie, en Roumanie...
Avec la campagne « Dans les baskets d’autres chrétiens », il s’agit d’encourager jeunes et moins jeunes à partir à la découverte de l’engagement de personnes envoyées par nos Eglises ou en partenariat avec elles. Nous proposons des voyages et des camps divers. Nous voulons aussi montrer qu’en relation avec nos envoyés ou avec des personnes dont nous sommes proches il y a des possibilités pour des jeunes d’effectuer des stages professionnels. Sortons de notre zone de confort pour témoigner auprès de nos frères et soeurs humains de l’amour de Dieu qui nous a rencontrés. Par amour, il a quitté sa zone de confort pour faire route avec nous, pour nous révéler l’ampleur de son amour, pour nous sauver de notre vaine manière de vivre.
Laissons-nous aimer par lui ! Et n’hésitons pas à forger des projets un peu fous, au nom de son amour !
Amédée Lerrac

Note
1 Voir Tony Anthony & Angela Little, L’oeil du tigre, La dramatique autobiographie d’un champion de kung-fu, Romanel-sur-Lausanne, Ourania, 2006.

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Des choix porteurs de vie

    Des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Les camps de l’été 2024

    Ven 17 mai 2024

    Cet été 2024, de nombreux camps sont organisés pour les enfants dès 4 ans, les jeunes et les adultes. Ce sont généralement des moment forts en amitié et en spiritualité pour les participants, comme pour les équipes d’encadrement. Voici une liste de camps qui acceptent encore des inscriptions, ou qui cherchent encore des bénévoles.

  • « Il était des fois » : une série de capsules vidéo mettant en dialogue des jeunes évangéliques, réformés et catholiques

    Ven 17 mai 2024

    Le 21 mai sortira sur les réseaux sociaux de la FREE et sur sa chaîne Youtube la première de cinq capsules vidéo réalisées avec Média-Pro, Cath-Info et DM. Dans cette série "Il était des fois", deux jeunes catholiques, deux jeunes réformés et quatre jeunes évangéliques, réunis le temps d'un week-end à la montagne, discutent de leur foi respective et apprennent à se connaître.

  • Cours Just People (4) : la justice au cœur des préoccupations et des actions

    Ven 10 mai 2024

    Lors de la quatrième rencontre du cours Just People, le 1er mai 2024, Salomé Richir-Haldemann, coordinatrice de Stop Pauvreté, a présenté la justice mise en pratique comme une exigence biblique, une conséquence naturelle du salut par la foi. Elle invite les Eglises et les chrétiens à mettre la justice au cœur de leurs préoccupations et de leurs actions.

  • Conférence «Où sont les femmes ?»: enjeux, constats et pistes pour favoriser le pastorat féminin

    Ven 10 mai 2024

    Ce n'est pas tous les jours que les Eglises de la FREE sont le sujet d'une étude pour un travail de master. Le 27 avril, dans le cadre de la Conférence "Où sont les femmes?" à St-Légier, Lisa Zbinden a présenté les grandes lignes de son travail sur le pastorat féminin au sein de la fédération. Alors que les Unions et Fédérations d'Eglises s'inquiètent pour la relève des postes pastoraux, des pistes ont été évoquées pour faciliter l'accès au pastorat aux femmes.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !