Christian et Valérie Mairhofer : souvenirs et angoisses d’un couple pastoral en Egypte

jeudi 13 décembre 2007
Quelques semaines après le 11 septembre 2001, Christian et Valérie Mairhofer partent pour l’Egypte au service de l’Eglise évangélique du Caire et de l’Eglise protestante d’Alexandrie. Ce couple pastoral de la FREE passe 6 ans sur place et découvre la réalité de la vie des chrétiens au Pays des Pharaons, qu’ils soient évangéliques, réformés, catholiques, coptes, d’origine africaine ou européenne. Un parcours fait de joies, de doutes... et parfois de peurs. Une trajectoire de vie à découvrir.

« En Egypte, le mot « Dieu » est sur toutes les lèvres. On en a parfois ras le bol, car les actes ne suivent souvent pas ! » Christian et Valérie Mairhofer sont depuis début septembre le nouveau couple pastoral de l’Eglise évangélique des Uttins à Yverdon-les-Bains. D’octobre 2001 à juin 2007, ils ont vécu avec leurs deux filles dans le centre du Caire. 6 ans durant lesquels ils sont entrés « dans les baskets » des émigrés du Nord comme du Sud au Pays des Pharaons. 6 ans durant lesquels ils ont connu de l’intérieur le statut de chrétien en terre d’islam.

Un horizon qui s’élargit
En 2001, après 5 ans comme couple pastoral dans des Eglises de la FREE, Christian et Valérie Mairhofer s’engagent avec le DM-échange et mission, le département missionnaire des Eglises réformées de Suisse romande, pour assurer la desserte de l’Eglise évangélique du Caire et de l’Eglise protestante d’Alexandrie. « Moi qui venais des Assemblées de Dieu de France, se rappelle Valérie, mon passage dans la FREE avait déjà représenté un élargissement d’horizon. Se retrouver au Caire au milieu de réformés, de catholiques, de pentecôtistes, d’évangéliques plus classiques et de coptes, dans une communauté à majorité noire... a représenté un élargissement extraordinaire de mon horizon ! »
Pour ce couple pastoral, la découverte d’autrui et de ses richesses passe d’abord par la vie cultuelle dans laquelle il importe d’entrer. L’Eglise évangélique du Caire est marquée par la liturgie réformée. Pas question pour Christian de tout bouleverser. « J’ai dû entrer dans des cultes où la dimension du « nous », de la communauté rassemblée, était très forte et j’ai eu beaucoup de joie à vivre cela. » Il découvre la richesse d’autres façons de faire et apprend que de nombreuses manières de célébrer la foi dépendent de notre parcours de vie et de notre histoire personnelle. « Si chacun était venu dans cette communauté avec le désir de faire comme « à la maison », nous n’aurions jamais pu rester ensemble. Certains ont voulu imposer leur manière de faire, ça n’a pas marché. Ils sont partis. »

Face aux poussées migratoires du continent noir
L’Eglise évangélique du Caire accueille de nombreux Africains noirs. « Avec ceux qui se trouvaient en Egypte officiellement et avec un travail, nous n’avions aucun problème, se souvient Valérie. Ils n’étaient pas différents de nous. » Avec les réfugiés et les clandestins, les choses sont plus délicates. Pour les Africains du sud du Sahara, l’Egypte constitue un passage privilégié pour émigrer en Europe ou en Amérique du Nord. Ils sont donc nombreux à tenter leur chance au Caire, espérant obtenir un sésame qui leur permettra de gagner l’Occident. Beaucoup échouent en Egypte et passent de longs mois voire des années à attendre. « Avec ces frères et soeurs en Christ, nous avons découvert une piété africaine très fervente, ajoute Christian Mairhofer. Ils priaient beaucoup, jeûnaient et demandaient instamment à Dieu de leur ouvrir les portes de l’Europe. Souvent, nous avions l’impression que leur fréquentation de l’Eglise était motivée par leur désir d’émigrer. Il n’était pas rare de constater un décalage important entre leur ferveur et leur éthique au quotidien. »
Malgré cela, Valérie Mairhofer se rappelle avec émotion d’un Congolais qui, même s’il se trouvait en situation précaire, n’essayait pas de tirer un maximum de l’Eglise évangélique du Caire. « Il était toujours prêt à donner un coup de main, à essuyer une table et à porter la vie communautaire, sans en tirer un quelconque profit ! »

« Mieux vaut se faire rouler... »
Découvrant que « la misère du monde » frappe constamment à la porte de leur Eglise, les Mairhofer se laissent, au début, profondément émouvoir par les détresses individuelles qu’ils rencontrent. « Nous répondions très facilement aux sollicitations des gens qui arrivaient avec des situations si difficiles », se souvient Valérie. Petit à petit, ils ont dû mettre des limites et se montrer plus circonspects à l’écoute des histoires qu’on leur racontait.
Souvent ils découvraient qu’on leur avait menti ou qu’ils avaient été trompés. « Après quelque temps, relève Christian, nous avons adopté ce principe, tout en essayant de démêler le vrai du faux : mieux vaut se faire rouler que de passer à côté d’une aide essentielle... » « Mais avec des limites ! » s’empresse d’ajouter Valérie.

A la découverte des chrétiens coptes
Pendant ces 6 ans passés en Egypte, Christian et Valérie Mairhofer découvrent aussi la réalité des chrétiens en terre d’islam et dans un régime totalitaire. Tout d’abord en découvrant l’Eglise copte, une Eglise dont l’histoire remonte aux origines du christianisme puisqu’elle aurait été fondée par l’évangéliste Marc. « La richesse de l’histoire de cette Eglise, explique Christian Mairhofer, nous a impressionnés. En même temps sa prétention à être la plus authentique, parce que sa liturgie n’a pas changé depuis le Ier siècle nous a laissés dubitatifs ! »
En entrant en contact avec des chrétiens coptes, les Mairhofer découvrent aussi un pays où ce n’est pas d’abord la citoyenneté égyptienne qui constitue l’identité première de l’individu, mais son appartenance religieuse. Minoritaires, ces chrétiens connaissent les difficultés liées à ce statut. « Les chrétiens sur place, ajoute Christian Mairhofer, ont l’impression d’être des citoyens de seconde zone, mais nous, de l’extérieur, nous n’avons pas vu de persécutions. » Ceci dit, le climat religieux est explosif. Une étincelle suffit à mettre le feu aux poudres entre des chrétiens coptes et des musulmans. Pour l’ancien pasteur de l’Eglise évangélique du Caire, « ces troubles religieux sont bien souvent l’expression du désarroi social et économique actuel. Reste la question épineuse des persécutions à l’endroit des musulmans convertis à la foi chrétienne, une question qui se règle au cas par cas, parfois dans la violence... »

Condamné à une année de prison en première instance
Avoir affaire à la justice égyptienne n’est pas une partie de plaisir. Christian Mairhofer en a fait l’expérience en lien avec l’achat d’une villa que l’Eglise évangélique du Caire avait acquise. Il s’agit de la transformer en maison d’habitation et en lieu de rencontre pour des petits groupes se réunissant en semaine. En Egypte, il est très difficile pour une Eglise de construire de nouveaux locaux. Les chrétiens coptes font cela en catimini. Ils construisent une école ou un hôpital et, dans ce cadre-là, intègrent une salle de prière qui, à l’usage, devient une Eglise.
« Avant la fin des travaux de rénovation de cette villa, raconte Christian Mairhofer, le bruit a couru dans le quartier que nous allions ouvrir une Eglise. Trois plaintes pénales ont été déposées contre l’Eglise et son pasteur et nous avons dû arrêter les travaux ! » En première instance, le tribunal condamne Christian Mairhofer à une année de prison. « En Egypte, c’est courant ! explique-t-il. Quand vous avez maille à partir avec la justice, c’est le tarif minimal ! »

Un appui précieux de l’Ambassade de Suisse
L’Eglise et son pasteur font recours contre cette décision. Christian Mairhofer se retrouve devant un tribunal, dans une sorte de cage avec des barreaux, comme c’est l’habitude au Pays des Pharaons. « Ce jour-là, se rappelle-t-il, j’ai mis l’uniforme ! J’avais emprunté à un pasteur anglican une chemise de clergyman. J’aurais pu revêtir la robe noire réformée, mais, en Egypte, elle évoque plus la tenue d’un avocat que celle d’un pasteur ! » La consul de l’Ambassade de Suisse l’accompagne. « Si cette représentante officielle de la Confédération n’avait pas été là, commente Valérie Mairhofer, Christian ne serait pas rentré à la maison ! »
En final, la peine de prison est commuée en amende. « Ces démêlés avec la justice nous ont permis d’entrer plus avant dans la société égyptienne et de découvrir ses dysfonctionnements, conclut Christian Mairhofer. Que l’on soit copte, femme ou représentant d’une minorité, la société égyptienne discrimine beaucoup de gens ! De nombreuses personnes tentent de modifier cet état de fait, mais c’est un peu David contre Goliath. » Au Pays des Pharaons !

Serge Carrel

Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy, ébéniste, fabrique du matériel pour le culte

    Anaël Bussy vient de démarrer comme ébéniste indépendant à Chevilly, près de La Sarraz. Parmi ses premières réalisations, des plateaux en bois, destinés à la distribution de la Sainte-Cène.

    vendredi 20 mai 2022
  • Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Souffrance psychique : faire voir le bout du tunnel

    Les maladies psychiques n’épargnent pas les chrétiens. Après avoir traversé deux épisodes de décompensations et deux hospitalisations, Emmanuelle De Keuster de l’église évangélique d’Echallens (FREE) a ressenti le besoin d’exprimer son vécu à travers un CD et d’aller à la rencontre de personnes en souffrance psychique.

    lundi 04 avril 2022
  • Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    Un accueil communautaire en devenir sur la Riviera lémanique

    De la chapelle de Villard (FREE) à celle, toute monacale, des clarisses de Jongny : Maude Zolliker, 28 ans, nourrit avec 5 autres jeunes adultes le projet d’ouvrir une communauté d’accueil sur le domaine de la Grant Part jusque-là animé uniquement par les Sœurs. Une façon pour elle de vivre sa foi « concrètement ».

    mercredi 02 février 2022
  • « Le handicap n’est pas une punition ! »

    « Le handicap n’est pas une punition ! »

    Membre de l’Eglise évangélique de Gimel (FREE), Sylvie Gallay, 53 ans, a deux enfants, dont un fils aîné de 24 ans atteint d’autisme et d’épilepsie grave. Cette enseignante de formation appelle de ses vœux un accueil des personnes en situation de handicap non seulement à l’école, mais également au sein de nos Eglises. « Le handicap n’est pas une punition », estime-t-elle.

    vendredi 09 juillet 2021

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

LAFREE.INFO

  • Le Coast Camp a dû changer de chalet au pied levé, mais l’enthousiasme reste au beau fixe

    Ven 09 décembre 2022

    Un mois et demi avant le début du Coast Camp – un camp de ski réunissant plusieurs groupes de jeunes chrétiens – ses responsables ont dû trouver un autre hébergement. Le revers positif de la médaille, c’est que le nouveau centre de camp permet d’accueillir plus de monde. Les inscriptions sont encore ouvertes.

  • La FREE a signé la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs », élaborée et lancée par le Réseau évangélique suisse

    Ven 09 décembre 2022

    Présentée le 6 décembre 2022, la Charte « Ensemble contre les comportements transgressifs » vise à prévenir l’exploitation sexuelle, l’abus de pouvoir et d’autres violations de limites au sein des Eglises, organisations et œuvres chrétiennes. A l’instar d’une douzaine de fédérations d’Eglises, la FREE s’est engagée, par sa signature, à prévenir les comportements abusifs.

  • HET-PRO : une première volée de maîtres de stage

    Ven 09 décembre 2022

    La Haute école de théologie (HET-PRO), à Saint-Légier, vient de décerner vingt et une attestations à des personnes – pasteurs ou collaborateurs dans des œuvres chrétiennes – qui se sont formées comme maîtres de stages. Les participants témoignent de l’utilité d’une telle formation.

  • Un Suisse dans les prisons africaines du Congo RDC

    Jeu 08 décembre 2022

    Le Valaisan José Mittaz, prêtre et chanoine du Grand-St-Bernard, est actuellement au chevet des détenus de Bukavu et Kabare en République démocratique du Congo. Il met ainsi à profit un temps sabbatique auprès d’une population dans laquelle il dit reconnaître des sœurs et des frères en humanité. Un engagement inspirant dans cette période de l’Avent.

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !