Alfred Kuen va encore étoffer votre bibliothèque

vendredi 19 mars 2010
A 88 ans, Alfred Kuen continue de publier des livres de théologie les uns après les autres. Professeur et « maître formateur » dans une première vie, enseignant de la Bible dans une deuxième, l'auteur puise dans sa relation à Dieu et aux autres des trésors d'énergie.
Alfred Kuen vient de publier quatre nouveaux livres aux éditions Emmaüs, dont un sur la manière de résister à la tentation et un autre sur Marie. Lorsqu'on lui demande combien de livres il a écrit, l'auteur répond modestement qu'il n'a pas compté. Mais les libraires chrétiens savent qu'il a passé le cap des 50... et aussi que plus de 15 autres sont en gestation.
Mais qu'est-ce qui peut bien pousser cet homme jovial de 88 ans à une telle activité? Qu'est-ce qui incite cet ancien « maitre formateur » de l'Ecole normale, cet ancien professeur à l'Institut biblique et missionnaire Emmaüs, cet ancien directeur des éditions du même nom à faire cliqueter quotidiennement les claviers de ses Macintosh? « Le contact constant avec Dieu », répond Alfred Kuen sans hésiter. En découvrant son parcours de vie, on ajouterait: « Et toutes les personnes que Dieu lui a permis de rencontrer. »

D'abord, fonder une Eglise

Alfred Kuen a grandi dans une famille luthérienne de Strasbourg. Engagé dans les Unions chrétiennes de jeunes gens (UCJG), il a découvert la prière en groupe à la suite de la tentative de suicide d'un camarade. Puis la guerre a éclaté alors qu'il étudiait à l'Ecole normale. Avec d'autres camarades, il a été déplacé à Périgueux, loin d'une Alsace qui allait redevenir allemande pendant quelques années.
A Périgueux, il rencontre des camarades réformés, mennonites, baptistes, luthériens... « Notre référence commune, c'était la Bible, commente-t-il. Et nous avions le désir de retrouver la manière de faire des premiers chrétiens. » Le petit groupe se rencontre pour lire la Bible, prier, vivre la communion fraternelle et, finalement... partager la cène. Alfred Kuen se souvient: « On a demandé à des pasteurs. Puis on a franchi le pas en craignant que le ciel nous tombe sur la tête. » C'est ainsi qu'une Eglise est née.
En 1939, l'Alsace est rattachée à l'Allemagne. « Normalement, nous aurions dû rentrer chez nous, pratiquer le salut hitlérien et fermer les yeux devant la persécution des Juifs, explique Alfred Kuen. Mais nous ne l'avons pas fait. » Du coup, les jeunes Alsaciens se trouvent dans une situation intenable. Il sont recherchés par la France pour aller au Service du travail obligatoire (STO) en Allemagne... par l'Allemagne pour aller combattre sur le front russe... Il faut donc partir pour la Suisse.

Ecrire en réponse à des besoins

Après la guerre, de retour en Alsace, les instituteurs ne trouvent pas leur place dans leurs Eglises respectives qui étaient encore toutes de langue allemande, alors que plusieurs amis francophones s'étaient joints à eux. Ils continuent donc de se rencontrer pour vivre des cultes et des études bibliques. Comme ils viennent de différents horizons ecclésiastiques, ils cherchent dans la Bible ce qui concerne l'unité des chrétiens. « Un jour, un éditeur est tombé sur le texte de cette étude biblique, se rappelle Alfred Kuen, et cela a donné le livre « Que tous soient un », paru en 1964. » Puis le processus se répète. La communauté est confrontée à la controverse entre Eglises de multitudes et de confessants? Elle organise des études bibliques sur le sujet. Celles-ci donnent trois nouveaux livres: « Je bâtirai mon Eglise », « Naissez de nouveau » et « Le baptême ».
Marié en 1947, Alfred Kuen devient « maître formateur » à l'Ecole normale. Parallèlement, et durant 25 ans, il exerce un ministère d'ancien dans son Eglise. Il est confronté aux différents défis d'une communauté: croissance, travail parmi les jeunes, évangélisation, « essaimages »... Il se souvient: « Toutes sortes de problèmes liés à la vie de l'Eglise ont donné des livres par la suite. Les vacances étaient le seul moment où je pouvais vraiment travailler à l'étude de la Bible et à l'écriture... Et j'avais le privilège d'avoir pas mal de vacances! »
En 1976, Alfred Kuen prend sa retraite et vient en Suisse commencer une deuxième vie comme professeur à l'Institut biblique et missionnaire Emmaüs. Il est demandé pour donner des conférences et des enseignements en Suisse, en Allemagne, en France, en Angleterre, en Afrique... « Mes livres naissent souvent à la suite de telles conférences », constate-t-il. Ses cours à l'Institut biblique ont donné naissance à une « Introduction au Nouveau Testament » en quatre volumes.

Le livre comme moyen de formation

Aujourd'hui, Alfred Kuen continue d'écrire sur certains sujets qui lui semblent avoir été peu traités, « par exemple l’humanité du Christ ou la femme dans Eglise ». Et il vise un public constitué surtout d'étudiants d'écoles bibliques et d'autodidactes. « Je me suis formé essentiellement grâce à mes lectures, se souvient-il. Je suis reconnaissant envers les auteurs de ces livres et je me sens à mon tour un devoir vis-à-vis d'autres personnes ».
Certains lecteurs ont parfois regretté qu'Alfred Kuen ait tendance à faire le tour d'une question théologique sans prendre position lui-même. Alors il s'explique: « Dans mes derniers livres, j'ai développé des prises de position personnelles. Mais c'est un exercice difficile parce que bien des avis que je ne partage pas forcément sont pourtant respectables. » Issu d'une région multiculturelle qui – plus que d'autres – a souffert de la guerre, habitué à la rencontre de chrétiens de différentes tendances, médiateur apprécié, Alfred Kuen aime le dialogue et le respect par-dessus tout.
Si les autres, leurs idées et leurs besoins donnent de l'énergie à Alfred Kuen, la souffrance est également source d'inspiration. Il explique: « J'ai perdu mon épouse, ainsi que mon fils, décédé lors d'un accident de voiture. Il revenait d'un camp organisé par les Groupes bibliques universitaires. Ces moments douloureux m'ont amené à étudier le livre de Job et à y trouver des forces. Paul ne dit-il pas que la capacité à assumer des souffrances est un signe de maturité spirituelle? » Dans ce domaine aussi, Alfred Kuen a discerné des besoins. Il écrit donc un livre intitulé « De nouveau seul », destiné aux veufs et aux divorcés.

Claude-Alain Baehler
  • Encadré 1: Les dernières parutions signées Alfred Kuen
    Auteur d'une cinquantaine de livres, Alfred Kuen est connu en particulier pour le Nouveau Testament « Parole vivante », « La Bible du Semeur » dont il a initié et coordonné la traduction et la « Bible d'étude du Semeur ». Celle-ci a été vendue à plus de 70'000 exemplaires. Il est aussi à l'origine du recueil de cantiques « Chœur joyeux », édité à 30'000 exemplaires.

    Parmi ses dernières parutions, citons:
    • Les 8 volumes de l'« Encyclopédie des difficultés bibliques »
    • « Face à la tentation, comment y résister? » L'ouvrage montre des exemples bibliques de personnes confrontées à des tentations... et leurs manières d'y résister ou d'y succomber
    • « Marie dans l'Evangile et dans l'Histoire ». Le premier but de cet ouvrage est de nous confronter à la description biblique de Marie. Dans un deuxième temps, il aborde les questions controversées
    • « Musiques, évolution historique de David à nos jours ». Le premier de trois volumes présentant l'usage de la musique dans les temps bibliques, au service des Eglises et dans l'évangélisation.
Publicité
  • Surmonter les abus au fil d’un conte

    Surmonter les abus au fil d’un conte

    Il était une fois… une enfant abusée, dont les larmes sont recueillies par une grenouille qui l’accompagne jusqu’au Roi d’un royaume fabuleux. Dans cette histoire, la psychologue Priscille Hunziker parle de la prise en compte de la souffrance. « Le voyage que fait la petite Emmy, c’est la métaphore d’un accompagnement psycho-spirituel », dit-elle mercredi 6 avril. Rencontre.

    jeudi 07 avril 2022
  • Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Noël, ou devenir des sauveurs sur les pas de Jésus

    Au Liban, les habitants vivent l’intensité de la vie face à l’intensité de la mort, selon les mots du théologien et prêtre maronite Fadi Daou rencontré à Genève. Il invite notamment ses concitoyens à devenir des sauveurs… sur les pas de Jésus.

    mardi 21 décembre 2021
  • Noël, ou sortir de nos jugements

    Noël, ou sortir de nos jugements

    Thierry Lenoir est aumônier à 100% à la clinique de La Lignière à Gland. Cet ancien pasteur adventiste parle de l’esprit de Noël en termes de jugements moraux, sociaux et religieux à mettre de côté. Une réflexion qu’il partage dans l’émission Hautes Fréquences diffusée dimanche 19 décembre à 19 heures sur RTS La Première.

    mercredi 15 décembre 2021
  • « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    « Votre couple a 2, 10, 30 ans au compteur ? Prenez-en soin ! »

    On investit dans nos carrières professionnelles, dans nos maisons… mais pas assez dans notre couple. C’est le constat que dressent Marc et Christine Gallay, le couple pastoral de l’église évangélique (FREE) de Lonay. Qui pratique avec bonheur une méthode dite « Imago », qui met la cellule de base créée par Dieu à l’honneur. Rencontre.

    lundi 01 novembre 2021
  • « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    « J’ai été un bébé volé du Sri Lanka »

    Il y a quelques années, un trafic d’enfants proposés à l’adoption à des couples suisses secouait l’actualité. Sélina Imhoff, 38 ans, pasteure dans l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin, en a été victime. Elle témoigne avoir appris à accepter et à avancer, avec ses fissures, par la foi. Et se sentir proche du Christ né, comme elle, dans des conditions indignes. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

  • Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Pour les Terraz et les Félix, des choix porteurs de vie

    Abandonner la voiture et emménager dans une coopérative d’habitation ?... Deux couples de l’Eglise évangélique (FREE) de Meyrin ont fait ces choix qu’ils estiment porteurs de vie. « Le rythme plus lent du vélo a vraiment du sens pour moi », témoigne Thiéry Terraz, qui travaille pour l’antenne genevoise de Jeunesse en mission. « Je trouve dans le partage avec mes voisins ce que je veux vivre dans ma foi », lui fait écho Lorraine Félix, enseignante. Rencontres croisées. [Cet article a d'abord été publié dans Vivre (www.vivre.ch), le journal de la Fédération romande d'Eglises évangéliques.]

    vendredi 22 septembre 2023
  • Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian, une flamme d’espoir à Arusha

    Vivian symbolise l’espoir pour tous ceux que la vie malmène. Aujourd’hui, cette trentenaire tanzanienne collabore comme assistante de direction au siège de Compassion à Arusha, en Tanzanie. Mais son parcours de vie avait bien mal débuté… Nous avons rencontré Vivian au bureau suisse de l’ONG à Yverdon, lors de sa visite en mars dernier. Témoignage.

    jeudi 15 juin 2023
  • « Auras-tu été toi ? »

    « Auras-tu été toi ? »

    Elle puise dans le judaïsme de quoi nourrir sa foi chrétienne. La théologienne et pasteure Francine Carrillo écoute, calligraphie et fait parler les lettres hébraïques qui, selon elle et avec toute la tradition juive, sont porteuses de sens et d’espérance. Rencontre.

    lundi 20 juin 2022

eglisesfree.ch

LAFREE.INFO

  • Il était une foi des sages [2]

    Ven 19 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Il était une foi des sages [1]

    Ven 12 juillet 2024

    Combien de fois, en croisant une personne ou en discutant avec elle, vous êtes-vous posé la question : « Je me demande comment elle était quand elle était petite ? » Mais notre pudeur toute suisse nous empêche de poser des questions. Il ne faudrait quand même pas déranger avec nos questions, n’est-ce pas ?

    Marie Ray, dans ce podcast, est allée interviewer des sages, à propos de leur enfance, de leur adolescence et de leur foi. Le résultat ? Un récit de vie à deux voix qui vous plonge dans l’histoire insoupçonnée d’un sage inspirant. Venez donc chaque semaine retrouver Antoine, Pierre-André, Vreni, Cécile et les autres.

  • Concours de la FREE : Quatre bourses d’études ont été attribuées

    Ven 12 juillet 2024

    Début 2024, par le biais de son journal VIVRE, la FREE a lancé un concours pour encourager des chrétiennes et chrétiens, jeunes ou moins jeunes, à entrer dans leur vocation. Les quatre gagnants, trois garçons et une fille dans la vingtaine, sont aujourd'hui connus. Chacune et chacun recevra une bourse de formation en vue de ses études à la HET-PRO ou à la Start Up Ministries.

  • France: Une enquête sur l'éducation sexuelle auprès des jeunes évangéliques

    Ven 05 juillet 2024

    Quels sont les besoins en matière d’éducation sexuelle des jeunes évangéliques ? Quels sont les apports et les manques de l’enseignement des Églises dans ce domaine ? C’est sur ces questions que s’est penchée l’enquête « Éducation sexuelle scolaire versus communautaire : impacts, besoins et disparités de genre chez les jeunes adultes évangéliques en France ». Publiée en mai dernier, cette enquête est le fruit du travail d’André Letzel, ancien pasteur, conseiller conjugal et sexologue, et de Brice Gouvernet, docteur en psychologie et maître de conférence. 

Instagram

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !