"Et si l’UDF se transformait en lobby évangélique à Berne ?" par Serge Carrel

vendredi 18 décembre 2015 icon-comments 3

En marge de la présentation du livre Vivre en chrétien aujourd’hui, Serge Carrel interpelle les responsables romands de l’UDF, moroses depuis leurs échecs électoraux de cet automne.

Le dernier numéro d’Impulsion, le journal de l’Union démocratique fédérale (UDF), laisse entrevoir une situation de crise dans ce parti proche de certains milieux évangéliques. Malgré tous ses efforts, l’UDF n’a pas réussi à envoyer un seul de ses membres à Berne cet automne. Du coup, le ton de ce numéro est morose. Les contributeurs s’interrogent sur l’avenir des petits partis politiques en Suisse. « En encourageant les chrétiens à ne pas voter pour un parti chrétien comme l’UDF ou le PEV, les Eglises et leurs pasteurs se privent d’informations essentielles pour l’épanouissement du peuple de Dieu et de la société », déplore Marc Früh, son président romand.

Toujours en société chrétienne ?

La lecture du livre d’Alain Nisus, Vivre en chrétien aujourd’hui, peut constituer un apport important dans la réflexion sur la présence des chrétiens dans notre société (1). Il n’y a pas une seule manière de se positionner. Tout dépend des temps et des circonstances. Tout dépend aussi des orientations bibliques et théologiques choisies. Est-il encore pertinent aujourd’hui pour un « parti évangélique » de raisonner comme s’il était dans un régime de chrétienté ? Est-il toujours pertinent de légiférer en éthique individuelle et de voir ses initiatives ou référendum systématiquement balayés par le peuple ?

Un lobby à Berne ?

Pour bénéficier d’informations essentielles sur l’évolution de la Suisse et participer au débat public, les évangéliques n’auraient-ils pas besoin d’un lobby à Berne qui suivrait les débats, en informerait le milieu évangélique et défendrait auprès des députés les opinions de la famille évangélique ? Un appareil de parti, lourd et cher, serait abandonné, au profit d’une structure non partisane qui pourrait représenter l’ensemble du mouvement évangélique suisse dans des débats chauds comme la protection de la vie à naître, l’aide au développement, la liberté religieuse en Suisse et à l’étranger… Une telle dynamique est en train d’éclore au niveau cantonal avec la démarche de reconnaissance d’intérêt public des évangéliques, dans le canton de Vaud par exemple. Alors pourquoi ne pas faire de même au plan national ?

Serge Carrel
Journaliste lafree.ch

Note

1) Louis Schweitzer, « La société et l’Etat », in Alain Nisus (dir.), Vivre en chrétien aujourd’hui, Repères éthiques pour tous, Romanel-sur-Lausanne, Maison de la Bible, 2015, p. 591-620.
Voir aussi la présentation de ce livre sur lafree.ch.

Serge Carrel

Serge Carrel est au bénéfice d’une formation double: théologique et journalistique. Après dix ans de pastorat en France et en Suisse romande, il a travaillé huit ans comme journaliste aux émissions religieuses de la RTS. Aujourd’hui formateur d’adultes et journaliste en lien avec la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il essaie de tirer le meilleur parti de ce double ancrage. Que ce soit dans le cadre du FREE COLLEGE, de lafree.ch, de Vivre ou de la fenêtre chrétienne de MaxTV.

Formation reçue

Master en théologie (UNIL, 1986)
Centre romand de formation des journalistes (RP, 1996)

3 réactions

  • Rochat vendredi, 18 décembre 2015 11:53

    Serge Carrel pose une très bonne question lorsqu'il dit "-Est-il toujours pertinent de légiférer en éthique individuelle et de voir ses initiatives ou référendum systématiquement balayés par le peuple ?". on pourrait aussi se demander "est-il utile d'appeler à la conversion individuelle sachant qu'une très grand majorité y répond négativement ?"

    Mais, par contre, de grâce, arrêtons avec cette autre question que pose Serge "Est-il encore pertinent aujourd’hui pour un « parti évangélique » de raisonner comme s’il était dans un régime de chrétienté ?"
    CAR 1°) il n'existe PAS de "parti politique évangélique" (tout au plus des partis composés de croyants citoyens et respectueux/partisan d'une saine laïcité !) et
    2°) nous savons bien que nous ne sommes pas en "régime de chrétienté" (nous avons encore des yeux et des oreille !).

    Ceci dit, MERCI à Serge de poser l'utile question de la pertinence d'un lobby plutôt que d'un parti et SURTOUT lire le livre dont il fait l'utile recension et publicité de NISUS/SCHWEITZER "Vivre en chrétien aujourd'hui" en effet hyper pertinent et utile !

    Florian Rochat

  • Daniel G. lundi, 21 décembre 2015 00:56

    Depuis plusieurs années, j'avais pris l'habitude d'apporter fidèlement ma voix à l'UDF. Mais devant l'enjeu de ces dernières élections, j'ai eu besoin que mon vote soit "utile" et j'ai donc dû voter pour un parti déjà en place, ce qui m'a également donné l'occasion de réfléchir à la raison de mon adhésion à un parti chrétien.

    Je sais que tous les membres investis pour l'UDF consacrent beaucoup de temps, d'énergie, de travail, de prières et même de ressources financières à cette "noble cause", mais vu de l'extérieur, les fruits semblent invisibles ou pire inexistants. Ne serait-ce pas plus efficient que les chrétiens de l'UDF comme du PEV rejoignent un ou des grands partis actuellement en place pour faire la différence depuis l'intérieur, être une lumière pour d'autres militants engagés, être les conseillers des dirigeants de grands partis plutôt que de tenter en vain de devenir leurs concurrents politiques?

    J'adhère donc pleinement à cette suggestion de lobby évangélique à l'intérieur du parlement qui serait à mon sens beaucoup plus efficace et fructueux que la situation actuelle.

  • Carrel Serge lundi, 21 décembre 2015 11:58

    Merci à Florian pour cette réaction.
    Il faut juste avoir à l'esprit que le bilan de l'UDF, suite aux dernières élections nationales, est plus que mitigé. Ce parti annonce par ailleurs qu'il emboîte le pas au Comité d'Egerkingen pour la collecte de signatures en faveur de l'initiative "anti-dissimulation du visage"... Qu'un parti évangélique se lance dans une telle collecte de signatures me paraît tout ce qu'il y a de plus contreproductif. En terme d'image pour les évangéliques... En terme de musellement des libertés individuelles... Battons-nous plutôt pour la liberté de professer notre foi dans l'espace public, pour une laïcité ouverte à l'endroit des religions... Voilà une militance d'avenir! Interdire la burqa, à quoi ça rime?
    Bien à vous!
    Serge Carrel

Opinion - avertissement

Les signataires de ces textes sont soit des membres de l’équipe de rédaction de lafree.ch soit des personnes invitées.
Chacun s’exprime à titre personnel et n’engage pas la FREE.

Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !