Covid-19: «Pardonne-nous, Seigneur», une prière du pasteur Kognon Keo (Côte-d’Ivoire)

Kognon Keo mercredi 18 mars 2020

Le coronavirus pousse les chrétiens du monde entier à s’approcher de Dieu et à prier. Après une prière des Philippines hier, en voici une autre qui arrive de Côte-d’Ivoire, du pasteur Kognon Keo. L’occasion de la lire, de la faire résonner en nous, puis de l’apporter au Seigneur !

La maladie du Coronavirus est en train de bouleverser le monde entier. Cette pandémie suscite en moi quelques réflexions en guise de prière.

L’homme est devenu si prétentieux qu’il se croit le maître de l’univers. Il est imbu de sa science et de ses capacités à décider de ce qui est bien et de ce qui est mal, sans se référer au Créateur de toute chose. Aujourd’hui, une minuscule créature, invisible à l’œil nu, nous ramène à notre juste mesure. 

Seigneur, pardonne-nous.

 

Les hommes sont devenus si égoïstes qu’il n’y a pratiquement aucune solidarité au sein de la race humaine. Tout le système appelé « communauté internationale » est dirigé par des intérêts partisans. Certains se vautrent dans un luxe insolent, pendant que d’autres meurent dans le dénuement le plus total. Aujourd’hui, chacun se rend compte que la race humaine a une communauté de destin. Le coronavirus se moque de nos différences raciales, sociales ou religieuses.

Seigneur, pardonne-nous.

 

L’Europe a imaginé toutes sortes de stratégies pour fermer ses frontières aux migrants indésirables. Les gens meurent par centaines dans la quasi-indifférence sur la Méditerranée et aux frontières du continent européen. Aujourd’hui, ce sont les Européens qui sont indésirables en Afrique et les États-Unis leur ont même fermé leurs frontières. Ils sont devenus à leur tour indésirables et doivent expérimenter ce que cela signifie de ne pas pouvoir aller et venir librement.

Seigneur, pardonne-nous.

 

Nous avons délégué l’encadrement de nos enfants aux institutions éducatives. Nous n’avions pas le temps pour cela. Aujourd’hui, les écoles et universités ferment leurs portes et nous ramènent nos enfants, nous obligeant à nous en occuper nous-mêmes.

Seigneur, pardonne-nous.

 

Nous sommes devenus esclaves du temps. Il dévore tout autour de nous, car nous en avons fait un dieu. Aujourd’hui, les mesures de confinement nous montrent qu’en réalité le temps n’est pas si précieux que nous en avions l’impression. Nous ne savons même plus quoi en faire.

Seigneur, pardonne-nous.

 

Nous avons des milliers d’amis virtuels sur les réseaux sociaux, alors que nous ne connaissons même pas notre voisin de la porte d’à côté. Aujourd’hui, nous sommes réduits à « tuer » le temps et la solitude en chantant sur nos balcons avec ces mêmes voisins à qui nous n’avons jamais prêté attention.

Seigneur, pardonne-nous.

 

Nous avons cru que la norme pour connaître la vitalité d’une Église, c’était sa taille. Pour beaucoup, la crédibilité d’un pasteur se mesure à la taille de son Église. Aujourd’hui, nos beaux et grands temples se ferment et nous privilégions les « Églises de maison » comme aux temps bibliques.

Seigneur, pardonne-nous.

Oui, Seigneur, pardonne-nous nos offenses, car nous ne savions pas ce que nous faisions.

Pasteur Kognon KEO
Président de l’Association des Églises Baptistes Évangéliques de Côte d’Ivoire (AEBECI)
(Publié avec autorisation)
Publicité

Twitter - Actu évangélique

Journal Vivre

Opinion

Opinion

Agenda

Événements suivants

TheoTV (mercredi 20h)

20 janvier

  • «La terre, mon amie» avec Roger Zürcher (Ciel! Mon info)
  • «Repenser la politique» avec Nicolas Suter (One’Talk)

27 janvier

  • «La méditation contemplative» avec Jane Maire
  • «Vivre en solobataire» avec Sylvette Huguenin (One’Talk)

TheoTV en direct

myfreelife.ch

eglisesfree.ch

  • Commission Afrique et Moyen-Orient

    Lun 16 novembre 2020

    En lien avec les Œuvres et Eglises concernées et avec les autres commissions géographiques (Asie et Europe), la commission Afrique-Moyen Orient (CAMO) a pour objectif d'accompagner (écouter, conseiller, soutenir, encourager, visiter...) les envoyés avant, pendant et après leur engagement en Afrique et au Moyen-Orient.

  • Gouvernance partagée à la FREE: 4 postes sont mis au concours

    Jeu 16 décembre 2021

    Après bientôt une année de discussion et de réflexion, la Rencontre Générale de la FREE a donné son feu vert pour la première étape concrète du changement de gouvernance de la FREE: la restructuration du poste de Secrétaire général, créé en 2007 lors de la fusion de la FEEL et des AESR, en plusieurs postes de Responsables de secteurs - de cercles comme on le dira dorénavant. Si certains d'entre eux restent bénévoles (comme l'Administration ou la Mission), 3 d'entre eux vont devenir salariés, entre 25 et 40%.

  • Rencontre générale de la FREE : vers une transformation radicale du poste de Secrétaire général

    Lun 29 novembre 2021

    La Rencontre générale de la FREE, qui s’est tenue le 27 novembre 2021 à Lonay, a décidé de transformer le poste de Secrétaire général en une équipe de « coordinateurs ». Cette évolution, ainsi que l’introduction progressive de la gouvernance partagée, devrait rendre la gestion de la FREE plus souple et plus accessible aux jeunes générations.

  • Dessinez avec nous l'avenir de la Communication FREE !

    Jeu 07 octobre 2021

    La Commission communication est au nombre des secteurs de la FREE qui évoluent vers la gouvernance partagée. Dans ce cadre, elle souhaite mieux connaître vos attentes en matière d’offre de médias. Voulez-vous dessiner avec nous le contour de la communication de la FREE en 2022 ? Pour cela, nous vous invitons à remplir un sondage à l'adresse suivante : https://fr.surveymonkey.com/r/FreeCom2022

eglise-numerique.org

point-theo.com

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !